Détermination
L'opération qui m'a donné une nouvelle vie
123 lb en moins

Revue Dernière Heure du 19 août p.17:

Sujet :Encore! une autre fois, pourquoi ?

On peut y lire :

Après avoir essayé toute la gamme des diètes possibles et imaginables, Diane Tousselle a pris les grands moyens pour retrouver une taille lui permettant de reprendre le contrôle de sa vie. En 1998, elle subit une réduction de l'estomac!

Jusqu'à l'âge de 30 ans, Diane Tousselle avait toujours maintenu un poids santé. Puis à la suite d'évènements tristes, elle s'est jetée sur la nourriture afin de surmonter sa peine. Elle s'est mise à engraisser jusqu'à atteindre 263 lb! Mal dans sa peau, Mme Tousselle n'acceptait pas cet embonpoint qui sapait sa qualité de vie. Conductrice de camions lourds pour la ville de Montréal, elle éprouvait même de la difficulté à exercer son métier, à cause de son problème de poids. L'opération qu'elle a subie en mars 1998, visant à réduire la taille de son estomac, a transformé sa vie. Elle nous raconte comment cette intervention a fait d'elle une nouvelle femme.

..je n'ai jamais pesé plus de 170 lb. Comme je mesure 5 pi 7 po et que j'ai une forte ossature, mon poids était correct.

Ayant de la difficulté à contrôler mes émotions, je mangeais pour tout et pour rien; que je sois triste ou gaie, je mangeais, lorsque je m'ennuyais, je mangeais. Bref, toutes les excuses étaient bonnes pour me mettre quelque chose sous la dent!

Je les ai tous essayés, même les injections pour maigrir. Après avoir perdu quelques livres, si je faisais preuve de négligence, je gagnais plus de poids qu'avant.

Qu'est-ce qui vous a décidé à opter pour une opération visant à réduire l'estomac? - L'inconfort en milieu de travail.

...vous ne deviez pas aimer votre apparence! - Non, ...

Craigniez-vous cette opération ? - Non. Ma mère, qui pesait 310 lb, et l'une de mes soeurs avaient opté pour cette solution.

Pendant cinq semaines, j'ai dû manger uniquement des aliments ayant une consistance molle, comme du jello, du yogourt, etc. Mon médecin m'a expliqué que cette diète facilitait la guérison de l'estomac. Au bout de cinq semaines, n'en pouvant plus, j'ai téléphone à mon diététicien : je l'ai supplié de me laisser manger un oeuf brouillé! Jamais de toute ma vie un aliment ne m'a semblé aussi bon! (rires).

Est-ce qu'on vous a imposé des restrictions alimentaires ? - Pas vraiment, mais mon estomac accepte difficilement les aliments très sucrés. Je souffre de maux de coeur et mon organisme veut tout rejeter. L'année dernière, j'ai mangé un biscuit à la guimauve recouvert de chocolat. Quelques coins de rue plus loin, j'ai dû m'arrêter pour vomir.

Vous sentez-vous brimée ? - Non. J'ai toujours préféré une deuxième assiette à un dessert.

Avez-vous encore des rages de nourriture comme autrefois ? - Quand j'ai envie d'une tablette de chocolat, par exemple, je projette dans mon esprit des images positives. Je pense aux avantages de l'opération : pouvoir jouer au hockey et faire de l'escalade. Je pense à mes jeans... qui sont maintenant de taille 28 plutôt que 42!

Les mamelons semblaient perdus dans deux amas de chaire molle. Pour y remédier, j'ai subi une implantation mammaire, non pas à la silicone, mais une solution saline. Maintenant, je me sens comme à 20 ans! (rires)

Vous sentez-vous différente maintenant ? - Je ne suis plus la même personne! En troquant mes leggins et mes chandails amples pour une robe ou une jupe ajustée, j'ai découvert la coquetterie. Même au volant d'un camion, au travail, je porte toujours un léger maquillage. Pour ajouter à ma fierté, mon mari me complimente souvent en me déclarant : "Je ne pensais jamais que tu serais aussi belle !"

Mon commentaire

L'utilisation des mots "Détermination" et "reprendre le contrôle de sa vie", nous démontre que ce genre de reportage a pour but d'encourager les femmes à subir cette mutilation physique. Cela constitue une infopub déguisée sous la forme d'une entrevue choc payer par les médecins qui font ce genre charcutage. Ils veulent en faire beaucoup de brochage de l'estomac, c'est payant. Leur message c'est : "soyez déterminées comme Diane et reprenez le contrôle de votre vie en subissant cette "opération".

L'histoire de cette Diane est vraiment pathétique. Sur un coup de tête, elle a pris la mauvaise décision. Elle a été déterminée à détruire sa qualité de vie. Sa vie est finie.

Dans son cas, 263 lb, ce n'est pas énorme pour sa grandeur. Elle était comme Ginette Reno. Et, à ce que je sache, son poids ne l'empêche pas d'avoir une vie remplie et riche.

Elle était loin d'être une supersize. Mais de toute façon, cette "opération" est injustifiable dans tous les cas, peu importe le poids de la personne. Dans cette entrevue, le mot santé n'est pas mentionné une seule fois. Mais, le mot apparence revient souvent. Pourtant dans la documentation, il est dit, que cette "opération" est réservée aux obèses morbides dont leur santé est en danger immédiat! Ce qui est loin d'être le cas ici avec cette Diane.

Ce qui prouve que ces médecins font cette "opération" majeure et invasive pour une raison esthétique. Mettre sa vie en danger pour une question d'apparence, c'est insensé. Imaginez, l'horreur de cette "opération" en le comparant à celle qui permet de changer de sexe. Ainsi, avant de faire un changement de sexe l'homme doit être suivit pendant des années par un psychiatre pour être sur qu'il prend la bonne décision. Puis, il faut considérer qu'un changement de sexe ne met pas en danger la survie de l'organisme. Tandis que pour le brochage de l'estomac, cela place la personne en danger de mort, parce que le système digestif fait partie des quatre fonctions du corps essentielles pour notre survie (le coeur, le cerveau et les poumons). Il est complètement inconcevable qu'un médecin banalise cette intervention sans faire un suivi psychologique et en omettant de parler des conséquences futures sur la qualité de vie.

Elle a réduit son espérance de vie de 20 ans. Mais le plus grave, c'est sa baisse drastique de qualité de vie. Diane nous le laisse bien voir dans son témoignage, quand elle nous dit qu'elle n'est plus capable de manger du chocolat. Ainsi, elle fera de l'anxiété reliée à la nourriture le reste de ses jours.

Elle devra toujours surveiller le type d'aliment qu'elle mange et elle ne pourra plus jamais manger à sa faim. Elle aura beau penser aux avantages de cette "opération" porter des vêtements plus ajuster, faire de l'escalade, etc., cela ne fera pas diminuer son niveau de souffrance morale relative à son besoin de se nourrir. Pour finalement reprendre le poids perdu.

Une telle mutilation physique ne devrait pas être tolérée par le Collège des Médecins.

Mise en demeure de Dr Gaétan Barrette


Les sujets précédents :
L'amour fait manger Calista
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact 

Copyright © 2000, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.