Tipper's too fat! - Bill's insult sparks Clinton
Gore feud

Journal Globe du 29 août p.8:

Sujet:Minceur et statut social

On peut y lire :

Tipper's too fat! Those three words "casually dropped by the president - were the first shots in what has become a nasty war between the Clintons and Gores.

"Al Gore is seething over Bill Clinton's callous remarks," one insider tell Globe. "And his poor wife Tipper just devastated. The president's comments were out of line and totally uncalled for".

Clinton made the cruel remark to a top aide during a planning session for Gore's campaign.

"While discussing strategic points, he just blurted out, "You know, Tipper is too fat for a first lady. She needs to lose weight fast!

"Clinton went on to discuss what kind of image Americans have in their minds for a first lady. He added that Hillary has constantly changed her look - and kept trim- to stay attractive.

"If he's such a stickler on what women should look like, then what was he doing with Monica Lewinsky?"

Mon commentaire

Cet article confirme ce que je pensais au sujet du scandale sexuel du président avec Monica. Bill Clinton l'a dit ouvertement, la femme du président doit avoir une allure physique digne de son statut social.

Ce qui détermine le statut social d'un homme, c'est la grosseur de son porte feuille, sa marque de voiture et la grosseur de sa blonde. Un homme qui a beaucoup d'argent fait partie de la haute classe ou dirigeante. Les riches ont des attributs et un style afin de se distinguer des pauvres. Un riche doit ressortir de la masse. Il faut que cela se voie qu'il a de l'argent.

D'où découle la raison d'être des produits de luxe. Le statut social des femmes dans ce contexte dépend des hommes. La femme devient un objet de luxe qui sert à se distinguer des pauvres.

C'est la minceur d'une femme qui est choisie comme signe distinctif pour se démarquer de la populace. C'est d'ailleurs un choix judicieux, en effet tout ce qui est dur à obtenir rend la chose exotique et désirable. Ainsi, les femmes minces sont rares, de plus celles-ci doivent faire d'énormes efforts et dépenser énormément d'argent pour le demeurer.

Tandis que pour une femme pauvre, en situation de survie, le look de son corps devient secondaire. Une pauvre utilise son argent pour manger et une riche pour trouver un moyen pour manger moins sans souffrir. Au moins ici, il y a une égalité, les femmes pauvres ne mangent pas plus que les riches.

Pour Bill Clinton, il faut avoir deux femmes une pour bien paraître en public et une pour coucher avec. Une moralement acceptable, la pure, la mince et une immorale, la sale, la putain, la "grosse" (Monica).

Aurons-nous une "grosse" comme première femme des États-Unis ? Si oui, nous n'avons pas fini d'entendre parler de ses efforts pour perdre du poids dans les journaux à potins.


Les sujets précédents :
Mon histoire "Je ne voulais plus être la grosse de la famille"
Médicament anti-obésité incommodant pour Roche
Soumise à un régime de fer - Les sacrificices de Lara Fabian
Détermination - 123 lb en moins - "L'opération qui m'a donné une nouvelle vie
L'amour fait manger Calista
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact 

Copyright © 2000, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.