Heavy cost of fat
National Geographic, August 2004, page ?

Sujet : Un sujet géographique?

On peut y lire :

A love of carbs? A lack of exercise? The real reason one in three Americans is obese is simpler than you think.

Mon commentaire

Le National Geographic s'est fait emplir par les intégristes anti-obésité. Ils ont des recherchistes qui n'ont pas cherché trop trop loin. En effet, ceux-ci se sont basés seulement sur un phénomène d'un brio de relation publique de la part des intégristes anti-obésité. À force d'en parler, le monde et surtout les médias ont fini par croire que l'obésité constitue un grave problème de santé en progression fulgurante.

Faire un dossier, à partir d'une légende urbaine lancée par l'industrie de l'amaigrissement, ça manque de sérieux venant de la part d'une revue qui a beaucoup de prestige. S'ils auraient choisi d'en connaître un peu plus sur le sujet, ils avaient  tenu compte de la position du fat acceptence et de Paul Campos. Au bout du compte, ils auraient décidé plutôt de faire un dossier qui aurait porté comme titre «À qui profite l'hyper-dramatisation de l'embonpoint?» En d'autres mots, ils se seraient aperçus de manque de sérieux du discours alarmiste des tenants de la minceur pour toutes.

Finalement, il y a un manque de subtilité flagrante à choisir d'illustrer un article sur l'obésité avec une belle femme ronde au corps de déesse. En effet, c'est les femmes qui constituent le marché cible de l'industrie de l'amaigrissement. Ainsi, plus on parle de l'obésité dans les média, plus il y a de femmes qui achètent des produits et des méthodes amaigrissants.

Complément d'informations:

Why we are so fat

National Geographic magazine août 2004

Dramatisation de l'embonpoint


Les sujets précédents :
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2004, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.