Méfiez-vous des régimes "yo-yo"
Revue Le Lundi du 23 février p.38

Sujet:Le vrai danger

On peut y lire:

Alors que la controverse persiste concernant les effets négatifs du "yo-yo" - succession de pertes et de reprises de poids - sur le corps, une récente étude réalisée auprès de 485 femmes montre qu'il entraîne une baisse du cholestérol (HDL), celui qui s'oppose aux dépôts graisseux dans les artères et protège ainsi contre les maladies cardiovasculaires. Ces données publiées dans le très sérieux Journal of the Americain College of Cardiology ne permettent cependant pas d'établir un lien de causalité direct entre le yo-yo pondéral et les maladies du coeur. Il serait pour cela nécessaire de suivre un plus grand nombre de femmes assez longtemps. Les auteurs incitent malgré tout les femmes à stabiliser leur poids plutôt qu'à enchaîner régime sur régime.

Mon commentaire

Le vrai danger réside dans la difficulté de ne pas pouvoir se sentir bien dans sa peau. Mon corps est-il correct ? Mon corps est-il assez ceci et cela ? Mon corps a-il trop de ceci de cela ? Puis-je me permettre d'aimer mon corps ? Dois-je haïr mon corps?

L'imposition très agressive de la norme minceur, place les femmes dans une incertitude face à la normalité de l'apparence de leur corps. Une incertitude qui se place entre d'une part une intuition et de l'autre une possibilité. Une intuition qui leur dit que leur corps est ainsi fait et qu'elles ne peuvent pas faire autrement. Et une possibilité de pouvoir le changer grâce à des régimes amaigrissants! Une incertitude qui les amène à avoir un questionnement défaitiste.

Si mon corps n'est pas comme celui qu'on glorifie dans les médias, a-t-il une valeur ? A-t-il une raison d'être ? A-t-il une utilité ? À quoi me sert-il ?

Pourquoi suis-je ainsi faite ? Qu'ai-je fais de mal, bon Dieu, pour avoir un corps si laid ? Pourquoi ai-je un corps ? Pourquoi suis-je ?

Finalement, la femme s'empêche de vivre parce qu'elle considère son corps inacceptable, laid, qui n'a pas de rapport, etc. Elle s'empêche d'être. Elle place sa vie entre guillemets, en attendant de réussir à devenir mince. Elle se dit qu'une fois mince, elle pourra se permettre d'être heureuse.

Ce questionnement négatif sur leur apparence physique pousse les femmes à vouloir perdre du poids. Dans ce cas, l'expérience ne semble pas être bonne conseillère. En effet, si après le troisième essai, la femme décide de refaire un 4e essai, il y a là un problème. Normalement, elle devrait finir par comprendre que cela ne fonctionnement pas. S'obstiner à espérer dans l'impossible, c'est une obsession maladive.

Alors, pour le bien de la santé des femmes, il faut valoriser la beauté de la rondeur féminine, pour qu'elles arrêtent de croire qu'elles peuvent changer l'apparence de leur corps. Il faut les rassurer sur la normalité de leur corps. Oui, votre corps est normal comme il est, parce que la nature voulue ainsi.

Par conséquent, pour être heureuse (avoir une santé mentale) la femme se doit de vivre en harmonie avec sa nature biologie et se distancer des diktats culturels.


Les sujets précédents :
School tells little girl she'... - Too fat for ballet!
Victimes de TCA se mobilisent!
Fans fear for 300-lb. Star Jones: I won't diet !
Pour pouvoir plaire aux producteurs - Kate Winslet à la diète
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2001, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.