Épidémie d'obèses au Québec
Journal de Québec mercredi 26 février 2003 page 3

On y voir et lire:

D'ici à 10 ans environ 1,8 million de Québécois seront touchés par le syndrome X, problème lié à l'obésité qui fait déjà des ravages chez les Américains.

Le cardiologue Martin Juneau révèle que l'exercice physique réduirait de 30% à 40% les risques de maladies cardiovasculaires liées à l'obésité.

Le Dr Marc-André Lavoie de l'institut de cardiologie, estime que si rien n'est fait d'ici peu, entre 25% et 30% des Québécois souffriront de troubles liés à l'embonpoint.

Sujet: Je ne le savais pas

Mon commentaire

Tiens, tiens!, je ne le savais pas. On ne nous en a jamais parlé de cela avant!!!

Non mais là, on nous prend pour des imbéciles. Comment le chef du pupitre peut décider de faire la première page avec une histoire qu'on nous ramène cent fois par année. On nous répète cela depuis dix ans qu'il y a une épidémie d'obésité. Par conséquent, il n'y a rien, vraiment rien, pour faire une première page avec cette niaiserie-là.

Pourquoi, y aurait-il  plus de personnes de fortes taille aujourd'hui qu'il y a cent ans ? Par quelle magie, y aurait-il de plus en plus de personnes de fortes taille?

Absolument rien

Ce constat bidon provient de statistiques détournées pour arriver délibérément à une conclusion qui dramatise à l'extrême l'embonpoint. 

C'est le bagage génétique qui détermine le plus nos chances développer une maladie (facteur de risque direct). Ainsi, si dans votre famille, il y en a eu plusieurs qui sont morts d'une maladie cardiaque, vous avez plus de chance d'avoir des problèmes avec votre cœur. 

Pour moi, l'embonpoint ne peut pas être considéré comme un facteur de risque indirect parce que c'est une caractéristique morphologie sur laquelle personne a de pouvoir dessus. C'est comme avoir les yeux bleus. Alors, nous pouvons considérer comme facteur de risque indirect seulement les choses sur lesquelles nous avons du pouvoir dessus, soit les choses qu'on peut changer.

Par conséquent, c'est seulement nos habitudes de vie et alimentaire que nous pouvons changer des choses. Ayez de bonnes habitudes alimentaires, faites de l'exercice physique régulièrement, dormez un nombre d'heures suffisantes, reposez vous, détendez vous, contrôlez votre niveau de stress et d'anxiété, ayez une occupation valorisante et ayez des relations sociales satisfaisantes et vous serez en santé et risquerez moins de développer une maladie.

Ce n'est pas parce que vous faites toutes pour être en bonne santé physique et mentale que vous allez être ou devenir mince.

Pourquoi cette mode, dans le monde médical, de s'attaquer à l'embonpoint? Pourquoi les médecins veulent que la population pense que l'embonpoint est à la source de toutes les maladies et de tous les malheurs de ce monde? Pourquoi leur obsession de vouloir éradiquer l'obésité?

D'ailleurs, l'embonpoint constitue plus une question morale que médicale. Ainsi, un médecin qui oserait dédramatiser l'embonpoint serait automatiquement rabroué et excommunié de la sainte église médicale.

Ce n'est pas en s'attaquant à l'obésité qu'on peut encourager les gens à faire attention à leur santé. Faire peur et terroriser les gens sur un facteur sur lequel ils n'ont pas de pouvoir, c'est inefficace. Il faut plutôt leur démontrer un avantage immédiat à adopter des bonnes habitudes de vie et alimentaires.

Mettre l'emphase sur l'obésité, cela distorsionne la réalité. Cela renforci la croyance qui dit que nous sommes tous fait pour être minces et athlétiques et ceux qui ne le sont pas ont fait quelque de pas correct. Si tu n'est pas mince tu es automatiquement  malade et condamné à mourir prématurément. Le pire la dedans, c'est que ce sujet intéresse seulement les femmes du à leur obsession de la minceur. Par conséquent, cela a un effet néfaste sur celles-ci en leur rajoutant de la pression pour qu'elles adoptent une méthode d'amaigrissement.

Si les médecins seraient intellectuel honnêtes, ils affirmeraient publiquement qu'une personne peut être en santé peu importe son poids ou sa morphologie. Mais, ceux-ci sont en conflit d'intérêt avec l'industrie de l'amaigrissement. Ils reçoivent des ristournes et des redevances. 

Pour conclure, la dramatisation de l'embonpoint profite indirectement à Québecor avec ses magouilles minceur (le Journal de Québec est publié par Québecor). Quand, on nous parle d'embonpoint ou ou d'obésité, ils faut demeurer très critique, parce que ce domaine est tordu et rempli de charlatans ($). 

Complément d'information

Dramatisation de l'embonpoint 

The alarmist rhetoric on fat is a little flabby. 

Weight and Health 

Big Folks Health FAQ 

Are the Health Risks of Obesity Exaggerated?

AWOL Magazine: The War Against Women's Bodies by Mumia Abu Jamal


Les sujets précédents :
Avril Lavigne en vedette aux Grammys
Obésité morbide - Feu vert pour 30 à 40 chirurgies supplémentaires

La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2003, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.