L'obésité a coûté 75 milliards $ en 2003 aux États-Unis  
Journal de Québec, lundi 22 janvier 2004 p.18

Sujet: Tendance superficielle 

On peut y lire:

WASHINGTON (AFP) - Les dépenses médicales attribuables à l'obésité ont atteint 75 milliards de dollars en 2003 aux États-Unis, financés pour moitié par le contribuable, selon une étude officielle publiée mercredi.

"L'effet à long terme de l'obésité sur la santé de notre pays et sur notre économie ne doit pas être sous-estimé", a déclaré Julie Gerberding, directrice des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) d'Atlanta (Géorgie), l'autorité américaine de surveillance sanitaire, qui a participé à l'étude.

Le pourcentage de dépenses publiques de santé attribuables à l'obésité va de 4% dans l'Arizona (sud-ouest) à 6,7% en Alaska (nord-ouest).

"Ces estimations constituent les meilleures informations disponibles sur l'impact économique de l'obésité au niveau des États", a expliqué Eric Finkelstein, économiste pour le groupe d'étude RTI International et auteur principal du rapport.

L'étude détaille la part de ces dépenses financée par l'argent public au travers des programmes Medicare et Medicaid réservés aux personnes âgées et défavorisées. Au niveau local, le coût public de l'obésité est allé de 87 millions dans le Wyoming (ouest) à 7,7 milliards en Californie en 2003.

"Ces résultats montrent que le coût médical seul reflète l'importance du défi", a pour sa part noté le secrétaire à la Santé Tommy Thompson.

Environ 31% des adultes sont obèses et 33% sont en surpoids aux États-Unis, portant à 64% le total des personnes affectées d'une surcharge pondérale, selon des statistiques des CDC arrêtées en 2000.

Les résultats détaillés de l'étude sur les dépenses de santé liées au surpoids sont publiés dans le numéro de janvier de la revue Obesity Research.

Mon commentaire

Pour comprendre cette dépêche, il faut se mettre dans l'esprit que toutes les histoires qui sortent dans les médias, les intégristes anti-obésité y sont pour quelque chose. Ils commandent des études statistiques avec des résultats et une interprétation établis d'avance. Alors, pourquoi, qu'est-ce qui les motive à vouloir absolument dramatiser l'embonpoint ?

Agissent-ils par pur altruisme ? Désirent-ils sauver le monde de l'hécatombe prochaine de l'épidémie d'obésité ?  Nous veulent-ils que du bien ? Sont-ils des bonnes personnes dans le fond que nous devons croire sans se poser des questions ?

Non! La lutte anti-obésité est le domaine de recherche le plus corrompu. En effet, l'industrie de l'amaigrissement rapporte des milliards de dollars par année, elle finance les recherches et les études. Donc, les intégristes anti-obésité travaillent seulement pour l'argent, pour leur salaire ou pour sauvé leur job.

Analysons leurs chiffres pour réaliser qu'ils veulent rien dire en fait compte. Pour déterminer où commence l'embonpoint, ils choisissent les valeurs de l'IMC. Ainsi, tous ceux qui ont un IMC de plus de 25 sont placés dans ceux qui sont malades. Comme la maladie fait partie de la condition humaine, il facile de faire un lien entre l'embonpoint et toutes les maladies. 

100% des gens vont souffrir d'une ou plusieurs maladies au cours de leur vie. Très peu de gens meurent de vieillesse en santé. La majorité succombe d'une maladie. 

En lisant cette dépêche, on pourrait croire que c'est seulement 64% personnes qui vont développer une maladie. Et l'autre 36% ne développeront pas de maladie. Que leur minceur leur garantit une vie sans maladie. En d'autres mots, que si toute la population aurait un IMC de 25 et moins, on fermerait les hôpitaux.

Les personnes qui ont un IMC de 25 et moins, de quelles maladies vont-ils souffrir ou ont -ils souffert ? En proportion, les gens qui ont un IMC de plus de 25, ne tombent pas plus malade que ceux qui ont un IMC de moins de 25. 

Faisons 2 groupes de personnes sur un nombre de 100, 64 ont un IMC de plus de 25 et 36 ont un IMC de moins de 25. Si la prévalence d'une maladie en particulier touche 10% de la population générale. Il y a aura 6.4 personnes qui auront cette maladie à l'intérieur du premier groupe et 3.6 dans le deuxième groupe. Il y a donc plus de personnes ayant cette maladie dans le premier groupe que dans le deuxième. On peut dire bêtement que ceux qui font de l'embonpoint coûtent plus cher au système de santé. Mais réalité, cela s'explique tout simplement parce qu'ils sont plus nombreux que le deuxième groupe. 

Compléments d'informations 

L'histoire

Yahoo! Actualités - L'obésité a coûté 75 milliards de dollars

BBC NEWS | Americas | Obesity cost US $75bn, says study

Un sujet traité

Santé - L'obésité touche plus de 30% des Américains

Big Fat Blog: The Media: Obesity Costs $75 Billion

Show Me The Data: The "300,000 deaths" statistic

WRA - Obesity in the Headlines

Q: Are the health risks of obesity exaggerated? - Insight on the

Dire Warnings About Obesity Rely on a Slippery Statistic -

Obesity Statistics Seriously Flawed


Les sujets précédents :
Poser nu : presque un don
On continue de manger gras et sucré
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2004, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.