Des régimes dangereux pour la santé
Journal la Presse du jeudi 20 janvier 2005 p.A11

Sujet: Mais pas pour celui vendu par les médecins?

On peut y lire:

215 méthodes amaigrissantes passées au crible

Une grande partie des méthodes amaigrissantes commercialisées au Québec comportent des risques pour la santé physique ou psychologique, indique une étude réalisée conjointement par l'Association pour la santé publique du Québec et l'Institut national de santé publique.

L'étude a évalué 215 méthodes amaigrissantes (produits, services et moyens) selon une série de critères établis par un comité d'experts composé de médecins, de nutritionnistes, d'un kinésiologue et d'un agent du Bureau de la concurrence. Toutes les méthodes ont fait défaut à au moins un des critères.

Par exemple, seulement 6 % des méthodes étudiées font la promotion d'une perte de poids considérée comme raisonnable, soit deux livres ou moins par semaine. Beaucoup proposent une diminution trop importante du nombre de calories ingérées par jour, ce qui constitue une menace pour l'organisme, considère Lyne Mongeau, nutritionniste et conseillère scientifique à l'Institut national de santé publique du Québec.

«L'organisme se met à se défendre, réduit son métabolisme, il va y avoir une attaque de la masse maigre, de la masse musculaire, et une perte d'eau. Le succès est immédiat, mais il n'est pas bon», explique-t-elle.

Non seulement les méthodes évaluées sont coûteuses (entre 590 $ et 1895 $ par an), mais moins de 3 % d'entre elles font valoir leur efficacité à l'aide d'études qui semblent fiables et rigoureuses, indique l'enquête rendue publique cette semaine.

Plusieurs méthodes suscitent des doutes quant à leur innocuité. Plus du tiers comportent des mises en garde sur l'impact qu'elles pourraient avoir sur la santé des utilisateurs et 23 % contiennent des ingrédients qui peuvent engendrer des effets secondaires, faire l'objet de contre-indications et avoir des interactions avec des aliments ou des médicaments. Or la majorité de ces méthodes à risque ne contiennent aucune mise en garde.

«Les PSMA (produits, services et moyens amaigrissants) font davantage partie du problème que de la solution, car ils peuvent faire obstacle et entraîner un délai majeur à l'atteinte d'une solution santé à un problème de poids ou d'image corporelle», conclut l'étude.

Le problème, c'est que les méthodes d'amaigrissement sont considérées comme des produits de consommation comme les autres. Les utilisateurs sont protégés comme consommateurs par les lois et règlements sur les contrats et la publicité trompeuse, mais leur santé n'est pas assez prise en considération, estime Lyne Mongeau. «Il y a rien qui tienne compte du fait que quand on prend des choses pour maigrir, on touche à l'intégrité du corps. Ça prend un contrôle spécifique pour cette industrie-là. Ce n'est pas banal. On ne peut pas comparer un produit amaigrissant ou même une visite chez Weight Watchers à l'achat d'une paire de godasses», fait-elle valoir.

Mon commentaire

Ils ont passé 215 méthodes amaigrissantes au crible et aucune mention du jeûne protéiné vendu par 110 médecins illégalement dans leur bureau de consultation. Ont-ils délibérément fait cette omission pour protéger ces médecins commerçants ? Où l'ont-ils fait de peur d'être poursuivis pour diffamation par ceux-ci?

En tout cas, ce document demeure intéressant. Il valide ma position anti-diète. Aucune méthode d'amaigrissement ne fonctionne vraiment, voilà! Les régimes et diètes sont tous potentiellement dangereux, voilà!. Que faisons-nous face à cette situation?

Ce n'est pas avec un tel document qui va pousser les femmes à faire une croix sur leur rêve de perdre du poids. Les femmes sont trop émotionnelles avec leur corps. Donc, seulement un faible pourcentage de femmes seront influencées, par celui-ci, au point de prendre la décision d'apprendre à aimer leur corps avec ses rondeurs. 

Alors, le moyen le plus efficace pour enlever aux femmes l'idée de vouloir perdre du poids, c'est de travailler sur l'aspect sur lequel l'industrie de l'amaigrissement mise. Celle-ci mise sur l'actuelle obsession de la minceur dans la société. La majorité des femmes sont complexées à cause de la norme beauté égale minceur. Par conséquent, cette norme constitue l'argument de vente le plus efficace qui soit.

Pour que les femmes se sentent belles et physiquement désirables, il faut leur présenter des modèles de femmes significatives qui leur ressemblent physiquement. D'où le mémoire que j'ai présenté à la commission parlementaire sur l'égalité.

Compléments d'informations 

L'histoire:

Des régimes dangereux pour la santé

MAIGRIR, POUR LE MEILLEUR ET NON LE PIRE

Maigrir, pour le meilleur et non le pire

Maigrir, pour le meilleur et non le pire le document en pdf

L'Ordre des pharmaciens du Québec apporte son appui au lancement du guide "Maigrir pour le meilleur et non le pire"

Produits et services d'amaigrissement - Le Collège des médecins dénonce les solutions "miracles"

Maigrir, pour le meilleur et non le pire

Dans le même ordre d'idée

Régimes : pour en finir avec les charlatans !

Une vaste étude américaine passe les régimes amaigrissants dans le broyeur

Le Bureau de la concurrence s'attaque aux régimes miracles sur Internet

Produits amincissants grosses promesses petits résultats!

Le cas des médecins commerçants

Infraction 

La vente de produits protéinés se poursuit avec l'approbation du syndic du collège des médecins

Autres

Better to Have a Large Body Than a Small Mind

Les sujets précédents :
Malade à force de faire attention
Elle était encore en couches pour sa première frite
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2005, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.