Un excès pondéral pourrait accroître les risques de maladie d'Alzheimer chez les femmes
Journal de Québec, mercredi 16 juillet 2003 page 2

Sujet: Allons-y à font!

On peut y lire:

Chicago (ap) - Les femmes présentent des kilos en trop pourraient courir un risque plus grand de contracter la maladie d'Alzheimer, selon une nouvelle étude suédoise. Les chercheurs ont trouvé « une relation frappante» entre des surcharges pondérales à l'âges de 70 ans et le développement de la maladie 10 à 18 ans après.

«Je pense que cela signifie que le surpoids et l'obésité restent un problème de santé publique et les femmes qui vieillissent doivent faire attention aux risques pour leur santé», signale l'auteur de l'étude, Deborah Gustafson.

Selon les chercheurs, cette étude en conforte d'autres selon lesquelles des facteurs vasculaires peuvent jouer un rôle dans la survenue de cette affection dégénérative du cerveau caractérisée par des troubles de la mémoire et jugement et une désorientation dans le temps et dans l'espace.

Mais l'Association Alzheimer, basée à Chicago, ajoute que des recherches plus approfondies sont nécessaires avant de tirer des conclusions. «Ces études nous donnent souvent des pistes à examiner, mais ce ne sont pas en elles-mêmes des preuves probantes», note Zaven Khachaturian, conseiller scientifique de l'association.

L'étude, publiée lundi dans la revue Médicale Archives of Internal Medecine, a examiné la relation entre la démence et l'indice de masse corporelle (IMC), qui est calculé en divisant le poids par la taille au carré. Elle porte sur 392 Suédois, hommes et femmes, qui on été suivis entre 70 et 88 ans à l'intérieur d'une étude sur les personnes âgées en Suède.

Seulement chez les femmes

Le lien entre un IMC important et la maladie d'Alzheimer a été établi seulement chez les femmes. L'analyse s'est concentrée principalement sur les femmes car seul un petit nombre d'hommes étaient présents dans la population étudiée.

L'étude a découvert que les femmes chez qui la démence a été diagnostiquée entre 79 et 88 ans accusaient un surpoids. et un IMC moyen plus élevé à 70, 75 et 79 ans que celui des femmes non touchées par la maladie. Ces dernières avaient un IMC légèrement au-dessus de 25 à 70, 75, et 79 ans. En revanche, celles qui ont contracté la maladie entre 79 et 88 ans avaient un IMC moyen entre 28,2 et 29,6 à ces âges.

Un IMC entre 25 et 30 est considéré comme indiquant un surpoids, alors qu'à partir de 30, il est caractéristique d'une obésité.

Le Dr David Bennett, directeur du Centre de la maladie d'Alzheimer au centre médical Rush-Presbyterien St-Luke à Chicago, estime que des études plus approfondies sont nécessaires. «Tout ce qui peut être associé à la maladie d'Alzheimer mérite des études complémentaires, dit-il. C'est peut-être la maladie à l'âge la plus horrible.»

Mon commentaire

Voilà une autre preuve évidente que les intégristes anti-obésité nous prennent pour des valises. C'est ce que je vous disais aux mois de mai et avril dernier, ils sont entrain de faire des études statistiques pour relier toutes les maladies avec l'embonpoint des femmes. Puis, on se fou de l'embonpoint des hommes, car ce n'est pas le marché cible de l'industrie de l'amaigrissement.

J'aimerais revenir sur le fait qu'on peut faire dire ce que l'on veut aux statistiques. Ainsi, c'est facile d'associer toutes les maladies connues avec l'embonpoint des femmes, car la grande majorité d'entres elles en font. C'est faire ce que j'appel de la statistique à la con. En effet, faisons marcher nos méninges un peu: 

  • il y a 20% environ de cas de cancer dans la population, 
  • on peut dire que 20 femmes sur 100 auront un jour un cancer, 
  • 80% des femmes ont un IMC de 26 et plus, 
  • alors sur ces 20 femmes qui auront le cancer, 16 font de l'embonpoint. 

On peut donc bêtement conclure que l'embonpoint est la cause du cancer chez les femmes.

Avec l'Alzheimer, le lien statistique avec l'embonpoint des femmes est encore plus facile à faire, car deux fois plus de femmes en souffrent que les hommes. Ainsi, comme la majorité des femmes font de l'embonpoint, "on ne s'étonnera pas qu'elles deviennent plus Alzheimer que les hommes". Ainsi:

  • sur les 61 880 femmes qui font de l'Alzheimer au Québec, 
  • il y 49 504 qui ont un IMC de 26 et plus.

On peut donc bêtement conclure que l'embonpoint est la cause de l'Alzheimer. Dans leur étude, en considérant l'Alzheimer touche 2% des femmes, avec 200 sujets, il ont eu 4 femmes qui ont eu l'Alzheimer. Toutes celles-ci avaient sûrement un IMC d'une valeur de 26 et plus (car plus de 75% des femmes font de l'embonpoint). Ciboire, que c'est con.

Vous voyez le genre d'interprétation cucu, qu'ils peuvent nous lancer avec des statistiques. Précisons, qu'une étude statistique n'a rien à voir avec une recherche scientifique qui tente d'expliquer un phénomène. Imaginez, les scientifiques n'ont pas encore trouvé l'origine de l'Alzheimer. Il est donc impossible d'expliquer, physiologiquement parlant, le phénomène biologique qui ferait que l'embonpoint engendrait l'Azheimer. 

Avec ces études statistiques bidon, l'industrie de l'amaigrissement désire uniquement maintenir le doute dans la tête des femmes. Ainsi, il faut d'autres études plus approfondies, disent-ils.  Ils avouent indirectement, que c'est farfelu comme lien. Mais l'astuce, c'est d'amener les femmes à conclure qu'on ne sait jamais, cela pourrait être vrai. Pour finalement, qu'elles surveillent leur poids en adoptant un méthode d'amaigrissement comme celle des Weight Watchers.

Les gens ont plus peur de devenir Azheimer d'avoir le cancer. Par conséquent, une fois de plus on tente de terroriser les femmes pour qu'elles dépensent de l'argent dans des régimes amaigrissants. 

Pourquoi une revue scientifique a tenu compte de cette étude statistique farfelue? Pourquoi, les journaux ont décidé de porter attention à cette niaiserie. Moi je pense, que c'est à cause du climat de panique dans l'opinion publique, en rapport avec l'embonpoint, que les intégristes anti-obésité ont crée toute pièce. Comme l'embonpoint est plus une question de morale que de santé, les gens gobent toutes leurs stupidités sans se poser de questions. 

Complément d'informations:

College of Agriculture: Utah State University

Obesity Could Increase Risk of Alzheimer's Disease

Obesity may raise risk of Alzheimer's: Preliminary study suggests ...

USATODAY.com - Alzheimer's-obesity link possible

DOUANCE Les statistiques et leur analyse

L’art de manipuler des statistiques pour prouver le bien-fondé de ce que l’on avance est un très vieil art

How to Lie With Statistics

Les mensonges des statistiques

Statistiques et Sondages

L'analyse statistique, bien conduite, est une dissection d'incertitudes, une chirurgie de suppositions.


Les sujets précédents :
Kraft promet de faire des efforts pour lutter contre l'obésité
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2003, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.