Les profits de Weight Watchers prennent du poids
Journal Le Soleil mercredi le 15 mai 2002 page cahier c 1

Sujet: L'obsession de la minceur à la bourse 

On peut y lire:

François Pouliot

À La recherche d'une société dont les revenus engraissent et les bénéfices prennent du poids ? Au lendemain du dévoilement de résultats en hausse de 60% au premier trimestre, les analystes ont passé la journée d'hier à réviser leurs prévision sur... Weight Watchers International.

Entrée à la Bourse de New York au mois de novembre, la société semble en voie de devenir l'une des coqueluches de Wall Street. «Elle a battu le consensus du marché par un cumulatif 13 cents par action depuis qu'elle est devenue publique», dit Gregory Cappelli, analyste chez Crédit Suisse First Boston.

Au premier trimestre, Weight Watchers rapporte une augmentation de 26% des inscriptions à ses programmes aux États-Unis.

M.Cappelli s'attend à ce que la croissance se poursuivre au cours des prochains trimestres, bien qu'à un rythme plus modéré. La direction de la société estime qu'à long terme, ses ventes devraient connaître une croissance annualisée de 10 à 12% et ses bénéfices net enregistrer une progression de plus 20%.

Les analystes estiment que les projections de la compagnie s'appuient sur d'intéressantes perspectives de marché.

Selon Crédit Suisse First Boston, plus d'un milliard d'individus dans le monde ont un problème de surplus de poids. Pas moins de 61% des adultes américains entreraient aujourd'hui dans cette catégorie, alors que la proportion n'était que de 47% il y a 20 ans. «La tendance des régimes alimentaires est à la hausse pour des raisons de santé, d'apparence et de qualité de vie», estime Gregory Cappelli.

Pour l'heure, Weight Watchers ne semble encore qu'en amorce de pénétration de la plupart de ses marchés. Les observateurs citent notamment l'exemple de l'Angleterre. Dans un marché où la compétition est plus intense et où elle affronte notamment Slimming World, la société enregistre un taux de pénétration de plus de 20% chez les femmes de 25-64 ans. À titre de comparaison, en 2000, le taux de pénétration aux États-Unis, son principal débouché commercial, n'était que de 7%.

Weight Watchers International est pour l'instant présente dans une trentaine de pays. Son plan d'affaires table sur des rencontres de groupe où sont abordées diverses questions telles la gestion d'un agenda pour permettre l'exercice ou encore la façon de se comporter lors de copieuses fêtes. Les programmes durent habituellement entre 8 et 13 semaines. Les analystes expliquent que près de 75% des participants s'inscriront à plus d'un programme. «Les clients et clientes de Weight Watchers sont dans la mi-quarantaine et doivent en moyenne perdre 50 livres. Parce que la perte de poids est d'environ 1.5 à 2 livres par semaine, plusieurs doivent assister à plus d'un programme», affirme M. Cappelli.

Outre des rencontres de groupe, la société tire aussi des bénéfices de la vente de produits. Au premier trimestre, les produits alimentaires, livres, CD et calculatrices de points Weight Watchers ont représenté plus de 30% de ses revenus. Certains font valoir que le titre n'est pas peu cher, alors qu'il s'échange actuellement plus de 30 fois le bénéfice attendu pour 2002. Crédit Suisse First Boston le reconnaît, mais maintient tout de même une recommandation d'achat avec une cible à 47$. La maison Merrill Lynch a quant à elle un prix cible de 52$.

L'action de Weight Watchers International a fermé hier à 42,76$, en hausse de 3.41$.

Weight Watchers Québec

Mon commentaire

Wow! Est-ce possible que des gens décident de mettre l'argent dans une entreprise basée sur des accroires ? Weight Watchers,  c'est monté, une richesse en misant sur la bêtise humaine. 

Une femme qui est mal dans sa peau, qui n'aime pas son corps, qui est découragée et abattue parce que dans les médias on ne lui fait jamais sentir qu'elle pourrait avoir un corps beau et santé. Et quand en plus, on lui fait comprendre que le seul moyen d'être heureuse dans la vie, c'est de perdre du poids, elle devient très émotive et prend des décisions sous le coup de l'émotion.

Elle n'est plus capable de s'arrêter pas pour réfléchir. Elle tombe dans le mode nounnoune. Par conséquent, Weight Wactchers est une entreprise spécialisée dans le remplissage de cruches. Le pire dans cette histoire, c'est qu'il n'y rien dans la société, à part peut-être le Web, pour ramener à la raison ces cruches, pour qu'elles réalisent qu'elles se font avoir royalement avec les Weight Watchers. 

Comme, ce n'est pas correct d'avoir des rondeurs, c'est correct de vouloir perdre du poids et toutes le méthodes semblent bonnes et efficaces. Pourquoi critiquerait-on le choix que fait une femme de s'être décidé de "se prendre en main". HEIN!  

Écrire un article sur les succès financiers de Weight Watchers, dans la section économique d'un journal, cela vient renforcer le mythe que leur méthode fonctionne vraiment. 

Évidemment, la méthode Weight Watchers ne fonctionne pas plus que les autres méthodes. Car concernant la perte de poids,  la seule chose qui est prouvée scientifiquement,  c'est que dans 95% des cas les gens qui ont perdu du poids le reprennent. Donc, avec Weight Watchers comme avec toutes les autres méthodes, il est impossible de perde du poids une fois pour toute.

Est-ce que vous pensez que les patrons de Weight Watchers croient que leur méthode permet de ne pas reprendre le poids perdu? Sûrement pas. En effet,  ils misent sur ce fait indéniable pour faire de l'argent. Si leur méthode fonctionnerait vraiment, les femmes n'auraient pas besoin à s'inscrire à plusieurs séries de rencontres, pour finalement abandonner parce qu'elles n'arrivent pas maintenir le poids perdu. 

Les femmes s'essayent plusieurs fois avec Weight Watchers,  parce qu'on leur fait accroire que c'est à cause de leur manque de volonté, si elles n'ont pas réussi à ne pas ré-engraisser. C'est parce que, l'histoire des diètes est un perpétuel recommencement,  que l'industrie de l'amaigrissement est aussi rentable.

Pour la société en général, pour l'industrie de l'amaigrissement et pour les militants anti-obésité (spécialistes qui font de la recherche sur l'obésité) ce qui compte, c'est d'essayer. Ce n'est pas de réussir. Ce qui est inacceptable. Tu n'encourages pas une personne à entreprendre quelque chose dont la réussite est impossible. 

Comme Weight Watchers, c'est une supercherie, ça prend un méchant taré pour acheter des actions pour cette compagnie. Weight Watchers  est une entreprise contestée et contestable. Elle pourrait faire faillite du jour au lendemain. Weight Watchers ne vend ni biens, ni services. Ils vendent un rêve, une illusion, une promesse qu'ils ne peuvent pas tenir.

Complément d'informations

The Federal Trade Commission and Weight Watchers International
This agreement, by and between Weight Watchers International, Inc.,and Federal Trade Commission
Are You Dying to Lose Weight?
Fat is a $34 billion business - 2001-09-24 - Atlanta Business ...
No Fat Chicks
Jenny Craig must warn consumers that most weight loss is temporary and must also back their claims with scientific evidence
My Weight Watchers group leader used to call it "your own personal coffin,"


Les sujets précédents :
Malgré un moratoire de 10 ans - Des prothèses au silicone sont encore implantées
Les Canadiens sont de plus en plus gros !
Un prof en forme
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2002, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.