Skinny Uma Thurman :
I'M FAT
Movie beauty bares bizarre psychological disorder

Journal Globe du 13 mars 2001 p.46

Sujet: Une maladie miroir

On peut y lire:

Stick-thin Uma Thurman is one of the world's most beautiful women, but she suffers from a psychological disorder that makes her think she's fat.

After the birth of her daughter Maya Ray two years ago, the 30-year-old star of Pulp Fiction and Dangerous Liaisons developed body dysmorphic disorder.

The condition causes sufferers to develop a hatred for their bodies. Some desperate victims are even driven to self-mutilation and suicide.

Uma, who's also the face of Lancome makeup, can't help feeling she's overweight - even though she's as thin as a rail.

"Even since I had my baby, I've had that body dysmorphic disorder," admits the six-foot beauty, who's married to actor Ethan Hawke. "I see myself as fat".

During a recent interview, Uma ordered a meal and was nibbling on a piece of bread, when she suddenly exclaimed, "I don't want to eat bread" and tossed it back in the basket.

The movie siren has gotten so gaunt that shoulder bones stick out and her trademark cheekbones are sharper than ever, worrying her friends.

"Uma believes she's fat - and she's so thin", says actress pal Natasha Richardson. "I don't know where it comes from, but it's real."

Uma Thurman web site

Mon commentaire

Uma Thurman est victime de son contexte culturel. Elle est le reflet de ce que le "star system" exige au niveau de l'allure physique des femmes. Qui d'entre Uma et les producteurs de film souffre d'une maladie mentale. Qui souffre d'un désordre dysmorphique dans cette histoire de fou au juste ? L'anorexie n'est pas en soi un désordre alimentaire. Elle est un désordre dysmorphique fondamentalement. L'anorexique, plus elle maigrit plus elle se voit grosse. Le désordre alimentaire est seulement une conséquence de ce trouble sur la perception de soi.

Une jeune femme perçoit l'allure de son corps en fonction du type de corps valorisé dans la société. En exigeant la minceur pour les comédiennes, les producteurs de cinéma et de télévision expriment leur haine envers la rondeur féminine. Ceux-ci perçoivent les comédiennes toujours trop grosses et désirent qu'elles soient de plus en plus minces.

Par effet de miroir, les comédiennes adoptent un comportement qui est fidèle à ce que l'on pense au sujet de l'apparence physique des femmes. La haine envers la rondeur qu'a le milieu artistique transmet la haine qu'a la majorité des comédiennes envers leur corps de femme. La nature a prévu pour le corps féminin des rondeurs.

Une femme qui aime son corps et qui se sent bien, dans sa peau de femme, se sent bien avec ses rondeurs. L'industrie de l'amaigrissement est basée sur la haine de soi.

Une société qui glorifie les femmes qui s'acharnent à haïr leur corps, qui utilise l'expression "elle se prend en main" pour décrire la femme qui suit un régime amaigrissant, est une société malade. Que devons-nous penser de la société québécoise qui valorise les femmes qui s'automutilent ? Elle n'est pas mieux que celle dans certain pays où on pratique l'excision.


Les sujets précédents :
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2001, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.