Un chercheur fumiste à l'Université de Montréal
Journal La Presse, samedi 26 mars 2005 p.A14

Sujet: Exagération sous-entend magouille  

On peut y lire:

Université de Montréal

Chercheur coupable de fraude criminelle

Presse Canadienne

Un chercheur renommé ayant été employé de l'Université de Montréal, Eric T. Poehlman, a admis sa culpabilité à une fraude criminelle, aux États-Unis; il retournera en cour le 4 avril.

D'après la poursuite, entre 1992 et 2000, alors qu'il oeuvrait à l'Université du Vermont, M. Poehlman a soumis 17 dossiers de subvention de recherche qui contenaient de fausses données. Trois millions $ US de fonds publics auraient ainsi été frauduleusement encaissés, d'après ce que rapporte le «Globe and Mail», ce matin.

La sentence qui lui sera imposée n'a pas encore été déterminée, la poursuite admettant que l'accusé a reconnu les faits et collaboré à l'enquête.

Eric T. Poehlman, qui est âgé de 49 ans, est un chercheur reconnu dans les domaines de l'obésité et du vieillissement.

Il s'est joint au département de nutrition de l'Université de Montréal en 2001, où il touché des centaines de milliers $ en subventions, bien après que l'enquête américaine à son sujet ait commencé. Il a démissionné en janvier dernier.

L'Université de Montréal refuse de commenter le dossier, tandis que des collègues de M. Poehlman ont dit avoir reçu ordre de s'abstenir eux aussi.

Mon commentaire

Cette situation de fraude de la part d'un chercheur de l'obésité nous révèle beaucoup de choses. En effet, cela confirme  le bien-fondé d'un doute concernant l'utilité de l'effort médiatique à essayer de convaincre la population que l'obésité constituerait le pire fléau que l'être humain a connu sur terre.

La couverture médiatique immense et fréquente sur la situation obésité/malbouffe est très douteuse. En effet, cette question est montée artificiellement au rang de pire catastrophe. Cela à l'aide des efforts énormes que déploient les intégristes anti-obésité en termes de relations publiques.   

Pour forcer les salles de nouvelles à parler souvent de l'obésité/malfouffe, il faut faire des multitudes d'études statistiques ayant pour seul but de démontrer l'ampleur du « problème ». Ces études sont commandées par l'industrie de l'amaigrissement. Donc, l'indépendance des chercheurs est ici totalement absente. En d'autres mots, le but de ces statistiques ne sont pas neutre. Ils ne se posent pas la question, c'est tu vrai ou c'est tu faux. Ils s'arrangent pour que cela soit toujours vrai. 

En fin compte, nous pouvons conclure que toutes les statistiques qui dramatisent la situation de l'obésité sont trafiquées. Eric T. Poehlman n'est pas le seul à faire des études contenants des fausses données. Tous les chercheurs qui se sont donnés comme objectif de terroriser la population avec ce qu'ils prétendre être une multiplication exponentielle des cas d'obésité, sont des fumistes.

Exemples de leurs affirmations gratuites: 

Nos enfants vivront moins longtemps que nous, c'est une triste nouvelle, c'est la première fois depuis 200 ans que l'espérance de vie est à la baisse. 

L'obésité devrait tuer 400 000 américains en 2005.

En 2005 aux États-Unis, l'obésité tuera plus que le tabac

L'obésité a coûté 75 milliards $ en 2003 aux États-Unis

La malbouffe aussi dévastatrice que la nicotine

L'obésité va peser sur l'espérance de vie

Le domaine de la recherche sur l'obésité est corrompu par l'argent. Ce qu'on cherche à faire avec cette stratégie de la peur , c'est de faire de l'argent en culpabilisant les femmes, un point, c'est tout. 

À l'image de l'industrie de l'amaigrissement qui constitue une fraude elle-même. Tous les gens, qui sont reliés de près ou de loin à la recherche sur l'obésité, sont des magouilleurs. Les intégristes anti-obésité de l'université Laval sont une gagne de clowns. Ils ne cachent pas leur lien avec Hoffman Roche malgré leur publicité douteuse avec l'histoire de Julie. Et en invitant les femmes à aller chez Mincavi, ils nous prouvent leur malhonnêteté scientifique. 

En conclusion, tous ceux qui ont une attitude alarmiste, exagérée, dramatisante et moraliste concernant l'obésité/malbouffe, sont des imposteurs. 

Informations supplémentaires

L'histoire

Eric T. Poehlman chercheur reconnu dans les domaines de l'obésité a soumis 17 dossiers de subvention de recherche qui contenaient de fausses données &

Le professeur Poehlman perçoit l’obésité comme un problème de santé publique grave.

Case Summary - Eric T. Poehlman

Poehlman was a star among obesity researchers.

The University of Vermont investigation concluded that Poehlman had fabricated most of the data used in a six-year study of changes in 35 women after menopause, which was published in The Annals of Internal Medicine in 1995. In 2003, the journal retracted the paper.

Office of Research Integrity

Office of Research Integrity

Former professor admits fabricating data on menopause, hormones

A travaillé avec Dominique R. Garrel; P. Ghadirian; Eric T. Poehlman;

Les recherches trafiquées sur l'obésité

Another 'Obesity Epidemic' Myth Exposed

New JAMA Study Challenges CDC´s 400000 Obesity Deaths Figure

And fat folks think their figures are flawed ones

there is no science-based evidence of a correlation between TV ads and overweight and obesity in children

These exaggerations have led the food police

Press Release | More Errors In CDC Obesity Deaths Study

CDC Must Retract Obesity Deaths Study

Some pharmaceutical interests, such as the American Obesity Association, are promoting an alarmist view of the problem in order to justify increased government support and promotion of new obesity drugs

The pharmaceutical industry in particular is putting its enormous resources behind research that grossly exaggerates the health risks and costs of being overweight.

plainte contre l'émission Découverte


Les sujets précédents :
Une pub sur une pilule amincissante qui fait rager les médecins
L'obésité va peser sur l'espérance de vie
L'estime de soi est-elle une marque de savon ?  
Québec Érotique une revue pro-pédophile
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2005, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.