Dépression
Les filles plus à risques que les garçons
Journal de Québec du jeudi 20 novembre 2003 page 28

Sujet: Conséquence 

On peut y lire:

TORONTO (PC) - Les filles qui ont une moins bonne estime d'elle-même courent plus de risques de souffrir de dépression plus tard dans leur vie que les garçons aux prises avec les mêmes problèmes, indique une étude de Statistique Canada, publiée mercredi.

"Les filles qui ont une piètre image d'elles-mêmes à l'adolescence courent plus de risques d'être dépressives au cours des six années qui suivent, selon l'auteur de l'étude, Jungwee Park. Ces adolescentes auront aussi plus tendance à être obèses."

Les garçons ayant une image négative d'eux-mêmes à l'adolescence seront, quant à eux, plus susceptibles de devenir obèses ou physiquement inactifs. Mais ils ne seront pas particulièrement portés à souffrir de dépression.

"Leur seul point commun est l'obésité", a dit M. Park, commentant les résultats, qui démontrent une nette différence entre les garçons et les filles quant aux conséquences de cette perception négative, une fois rendus à l'âge adulte.

En 1994-95, une étude pancanadienne portant sur les jeunes de 12 à 19 ans a défini le concept d'"image de soi" à partir d'une combinaison de deux variables: l'estime de soi et la mesure dans laquelle une personne a le sentiment d'exercer un contrôle sur les événements de sa vie. L'étude avait conclu que l'image de soi des filles est généralement moins élevée que celle des garçons.

Six ans plus tard, les mêmes répondants ont été interrogés, cette fois sur la perception de leur état de santé général, afin de déterminer les effets de l'image de soi. La dépression est apparue comme la conséquence la plus alarmante d'une faible image de soi parmi les filles qui n'avaient pas signalé de problèmes de dépression en 1994-95.

Pour les garçons comme pour les filles, le revenu familial constituait aussi un facteur influant sur l'image de soi, particulièrement chez les jeunes de 16 à 19 ans.

L'étude, intitulée "L'image de soi à l'adolescence et la santé à l'âge adulte", conclut qu'une bonne image de soi est un facteur important pour développer une bonne santé physique et mentale.

La tendance qu'ont les filles à avoir une moins bonne image d'elle-même que les garçons peut s'expliquer en partie par les expériences différentes vécues au début de l'adolescence, au moment où les garçons et les filles commencent à être confrontés aux rôles stéréotypés assignés à chaque sexe.

Mon commentaire

Garantis, les intégristes anti-obésité font de cette étude statistique une interprétation différente de la mienne. Car pour eux, il faudrait que nous soyons tous et toutes minces pour être en santé, heureux et éternels. Ils ne considèrent pas que les rondeurs soient associées à la féminité. Finalement, ils ne tiennent pas comme de l'existence de l'obsession de la minceur.

Par conséquent, ils doivent conclure, à la lumière de cette information, qu'il faut lutter contre l'obésité pour aider les jeunes femmes à obtenir une bonne estime de soi. Que c'est leur obésité qui est responsable de leur faible estime de soi. En d'autres mots, il faudrait leur trouver un moyen de correspondre au stéréotype de la belle fille. Ainsi, en n'étant pas "obèse" la jeune femme peut ainsi ne pas se sentir moche en regardant les stars d'Hollywood. Ce qui l'évitera de souffrir de dépression. Lutter contre l'obésité, c'est lutter contre la dépression. Ce qui constitue un détournement de la réalité.

Il faut faire attention en utilisant le mot obésité. En effet, dans l'imaginaire des gens, l'obèse pèse 400 livres et a 6 mentons. De l'autre côté, l'obésité est définie, d'après les intégristes anti-obésité, commençant  à une valeur d'IMC très basse soit de 26. Ce qui fait que la majorité du monde se retrouve être considérer comme faisant partie des obèses.

La majorité des femmes ont aussi un IMC de 26 et plus. Elles peuvent toutes se considérer comme obèses. Cette obésité est plutôt associée à l'embonpoint génétiquement prévu par la nature pour les femmes. Un embonpoint responsable de la beauté plastique du corps de la femme.

Évidemment, cette étude statistique vient en fait de compte appuyer ma façon de voir les choses. En réalité, la vraie problématique à laquelle nous devons s'occuper, c'est l'obsession de la minceur propagée par la télévision, le cinéma, les revues et journaux.

C'est ce que je vous dis depuis longtemps. Les jeunes femmes pour se construire une image de soi positive, elles doivent pourvoir s'identifier à des modèles significatifs qui leur ressemblent physiquement. Les jeunes femmes ont besoin de se reconnaître à travers d'autres femmes pour se rassurer sur la normalité de leur corps. Chose qu'elles sont incapables de faire en ce moment.

Ce besoin d'identification est essentiel pour l'obtention d'une bonne santé mentale. Pour plus de femme ronde à la télévision est une question de santé publique. Moi avec mon site web, je me préoccupe principalement de la santé mentale des femmes. Lorsqu'une femme  est bien dans sa peau, elle a une bonne santé mentale, elle est dynamique, enthousiasme, motivée et heureuse.

Il faut arrêter d'être victime de cette situation et faire quelque chose. Si vous habitez la région de la ville de Québec, j'aimerais bien former une équipe de production pour produire des documents audio-visuels, contenant des femmes ayant des rondeurs, qui seront diffusés sur Internet .

Personne ne c'est montré intéressé à venir jusqu'à présent. Je prêche dans le vide ou quoi ?. Comment expliquer cette situation? C'est tu qu'aucune personne de la région consulte mon site ou c'est la gêne. Ce projet est d'une grande importance pourtant. 

Complément d'information :

Les filles courent plus de risques de souffrir de dépression que ...

Le Quotidien, le mercredi 19 novembre 2003. L'image de soi à l' ...

Canoe – Infos – Société: La dépression guette plus les ...

ADOLESCENTS-DEPRESSION,

L'image corporelle et la dépression

It is easy to see how many people can become depressed due to a negative body image.

Body-image and eating disturbances predict onset of depression ... -

The media continue to be a major influence on body image. Television shows, magazines and advertisers often show thin and pretty actresses and models

Eating Disorders & Body Image Information - Acadia University ...

Body image and women

News: Chico Life -Body image: looking good can be bad

ABOUT - FACE --- resources --- body image facts

Your Body: How to Improve Your Body Image

Weight, Shape, and Body Image

These are the images of "perfect" body shape and size that are given to us by the media, the fashion and fitness industry and by our society.


Les sujets précédents :
La prostitution juvénile est fortement tolérée au Québec
Étude sur les inuits Sédentaires mais en bonne santé 
L'obésité un gros Problème 
Des politiciens accusent Pop Idol de privilégier l'image au talent
Guess who? Did you guess?
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2000, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.