Sally Field's Diet Pill nightmare
The National Enquirer du 10 octobre 2000

Sujet:L'envers de la médaille de la minceur des stars

On peut y lire:

Her secret life of binge eating, depression and pill popping

Sally Field's bubbly personality hides a heartbreaking secret.

"The Flying Nun" star has for years been fighting bouts of depression so severe they've led to painful cycles of binge eating, starvation, passing out and popping diet pills.

Her millions of adoring fans have never suspected that the two-time Oscar winner plunges into blue funks so deep that she shuts herself off from the world, reveals an insider.

Sally has been fighting a weight problem and struggling with roller-coasting self-esteem ever since her teen years - often turning to mounds of food as a crutch.

Sally's worst nightmare has been diet pills - which she discovered while doing "The Flying Nun" as a 20-year-old. Sally, who's only 5-foot-2 hated the role and packed 20 pounds onto her 100-pound frame.

"She felt she looked like a squirrel with nuts in her cheeks," revealed a source. "She just hated her chubby face. She took diet pills to drop weight and joked that because of the pills her house was never cleaner. She was hyper and cleaned her house from top to bottom.

"When she used the diet pills, she really was "The Flying Nun." The side effects were almost unbearable. She shook, lost sleep and felt mentally fatigued."

Clearly, Sally's struggles are not yet behind her.

"She told me she still gets into funks where she hates the way she looks," revealed the insider.

Mon commentaire

L'histoire de Sally Field n'est pas une exception. Elle confirme ce que j'ai toujours dit au sujet des stars. Leur minceur est artificielle, elles font toutes des efforts extrêmes pour garder un faible poids corporel pour se plier aux exigences des milieux artistiques en termes d'apparence physique.

Cette exigence de la minceur transforme la vie des femmes artistes en un cauchemar, au prise avec un désordre alimentaire tout le long de leur carrière. Le seul moyen d'y remédier, c'est de changer de travail.

L'argument des vendeurs de diètes, qui dit que perdre du poids, contribue à améliorer l'estime de soi, ne tiens pas. Tu ne peux pas te sentir bien dans ta peau quand tu souffres de la faim.

Avoir une bonne estime de soi, c'est pouvoir avoir la force de s'évaluer positivement, en ne se laissant pas influencer par la mode et les gens qui vous entourent. D'ailleurs, on n'améliore pas son estime de soi en faisant quelque chose pour plaire à la société ou à quelqu'un.

Ce n'est pas parce qu'une femme a un corps socialement plus acceptable, qu'elle a une meilleure estime de soi! Elle a juste voulu éviter d'être jugée négativement et de souffrir d'exclusion sociale.

Quand je pense que Sally Field à été choisie pour jouer le rôle de Betty Mahmoody's dans le film "Jamais sans ma fille", une histoire vraie d'une femme mariée à un Irannien qui va cherche sa fille kidnappée par lui en Iran. Cette Betty Mahmoody's dans la vraie vie, est une femme bien ronde.

Pourquoi ne pas avoir choisi une comédienne au physique qui ressemble à la vraie personne ? Ceci, n'est pas un anachronisme, mais une insulte fait aux femmes. Parce qu'une ronde au cinéma, ça ne passe pas.

La majorité des vedettes ont développé une psychose face à la nourriture et à leur apparence. Donc, elles sont loin d'être des modèles à suivre.


Les sujets précédents :
Bamboula new-yorkaise
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2000, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.