Jamie Lee Curtis
À 44 ans, l'actrice américaine ne veut plus tricher sur son âge

Magazine Le Lundi 27 septembre, 2003, p. 30

Sujet: Tout ce que l'on ne vous a jamais voulu vous dire 

Ce qu'on peut y lire:

Jamie Lee Curtis n'a vraiment pas la langue dans sa poche. arborant depuis peu une chevelure grisonnante, la sympathique actrice est fière de son physique et défend sa position face aux autres stars de Hollywood qui trichent sur leur image.

L'an passé, vous avez posé en maillot de bain, sans maquillage, pour briser le mythe de la star. Regettrez-vous cette décision?

Au contraire, j'aurais dû le faire plus tôt! Il y a des centaines de femmes qui m'ont écrit pour me remercier. Je me montre telle que je suis: sans fard et sans trucage. Il faut apprendre à aimer son corps. J'en ai marre des magazines qui montrent des photos truquées de célébrités. Au lieu de faire rêver les lecteurs, cela frustre les femmes de voir certaines stars de 40 ans qui ressemblent à des filles de 20 ans!

Vous voulez parler de Demi Moore...

Il n'y a que Demi, vous savez. Arrêtons le massacre! Les photos des stars sont presque toujours retouchées par ordinateur: on enlève les bourrelets, les rides, etc. C'est ridicule et cela trompe les gens.

Jamie, pourquoi avez-vous décidé de ne plus cacher vos cheveux gris?

J'en ai marre de dépenser des fortunes dans les salons de beauté et je trouve que la plupart des coiffeurs ont une attitude insultante envers leur leur clientes. Me teindre les cheveux pour paraître plus jeûne est l'une des plus grandes humiliations que j'ai connues ces dernières années. Et j'ai décidé de mettre fin à petit jeu là. Cela fait des années que je cache mes cheveux grisonnants pour plaire aux producteurs et obtenir des rôles de femmes plus jeûnes. Je suis fatiguée de tricher. J'ai appris à faire avec ce que la nature m'a donné. J'ai de beaux yeux bleus, qui sont mis en valeur par la couleur naturelle de mes cheveux.

On vous voit de moins en moins au cinéma. Pourquoi?

Les raisons sont multiples. Un, je ne cherche pas désespérément à travailler. Deux, j'accepte seulement certaines propositions que l'ont me fait. Trois, on ne me propose pas grand chose de bien. Et quatre, il y a de moins en moins de travail à Hollywood pour les actrices de mon âge. Ah oui, j'allais oublier autre choses d'important: je ne travaille que si le tournage me permet de concilier mon travail avec ma vie de famille et mon rôle de mère. Cela ne veut pas dire que je veux absolument être à la maison tous les soirs. Mais je refuse de partir trois mois pour un tournage au Canada si mes enfants sont à l'école.

...

Mon commentaire

Le monde artistique trompe les femmes. Ce monde nous impose l'idée que seulement les femmes minces peuvent être considérées comme belles et sexées. Ils nous font croire que les femmes minces représentent l'idéal et le summum en terme de beauté féminine. Le monde artistique entoure d'un voile de prestige la minceur de leurs vedettes féminines. Elles sont supérieures aux autres femmes de par leur supposée beauté. 

Les revues pour hommes genre Summum et d'autres du genre (Maxim, GQ et Max) incultent aux hommes un fantasme déviant, parce que dirigé vers des corps artificiels. Fantasmer, sur ce qui n'existe pas. Fantasmer sûr le prestige de la femme au de lieu de ce qu'elle a vraiment de l'aire. C'est pas normal. Si ça prend absolument sur une femme des implants mammaires, qu'elle ait subi une liposuccion et, des injections de collagène et qu'elle soit retouchée avec le logiciel PhotoShop pour jouir. Il y a un sérieux problème là. Plus, c'est artificiel, plus c'est existant sexuellement. C'est pas normal.

Les femmes croient aussi que rien d'égal la beauté de ces stars. On leur donne des modèles de beauté à suivre qui n'existe pas vraiment et donc inaccessibles. La minceur, c'est une fumisterie qui sert bien l'intérêt de l'industrie de l'amaigrissement. Ces entreprises utilisent une tromperie, qui nous provient des producteurs d'Hollywood, pour arnaquer les femmes en leur faisant croire qu'elles peuvent devenir minces comme les vedettes à lesquelles elles aimeraient tellement ressembler. 

Pour être mince comme les stars - Perdez 7 lb en 7 jours

La sortie de Jamie Lee Curtis nous prouve que les producteurs de cinéma et de télévision sont tous psychotiques. Ils prennent les comédiennes pour des objets en plasticine qu'on peut manipuler pour leur donner le look qu'ils veulent suivant leurs propres fantaisies. L'exigence de la minceur constitue une fantaisie qui a des conséquences graves dans la population féminine. Elle est responsable de l'obsession de la minceur, des désordres alimentaires, des abus des entreprises d'amaigrissements, des abus de la chirurgie esthétique, etc.

La solution réside dans la création de produits culturels contenant des femmes ayant des rondeurs. Il faut donner aux femmes des modèles de beauté réaliste et accessible. La beauté féminine réside, pas dans l'exception, mais dans le commun et dans la variété. 

Finalement, le monde artistique n'a pas seulement un rôle de divertissement, mais un rôle social. C'est comme dans le sport, les athlètes servent de modèle de courage et persévérance aux jeunes hommes. Chose utile pour faire son chemin dans la vie. Il faut utiliser la culture pour démontrer aux jeunes femmes qu'il n'est pas nécessaire d'être mince pour avoir du succès et faire son chemin dans la vie.

Complément d'informations :

Hey, she's 'Perfect'

Jamie Lee Curtis keeps it real

Jamie Lee Curtis Gallery 1

Yahoo! Actualités - La chirurgie esthétique? Pas forcément la

http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=36517.html Bio


Les sujets précédents :
Dossiers obésité infantile Vers un désastre
Good news for big women You don't have to be skinny to be healthy
Dress smart Fashion tips for the full-figured woman 
Then and now
Hillary at war with child Chelsea

Le pouvoir de séduction de l'anorexie d'après Dentyne Ice et Cadbury
Identification d'une hormone pouvant aider au traitement de l'obésité
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2003, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.