Maigrir : Plus stressant pour les femmes?
Journal le Soleil du Lundi 20 septembre 2004 p.A7

Sujet: Stressant, stressant

On peut y lire : 

Maigrir serait une expérience stressante pour les femmes, mais pas pour les hommes. Fanny Thérrien, une jeune chercheuse de la Chaire de recherche en obésité de l'Université Laval, est arrivée à cette conclusion en mesurant l'hormone du stress dans l'organisme de 93 sujet, des hommes et des femmes, ...

L'hormone du stress s'appelle cortisol, elle est facile à mesurer à partir d'un échantillon de sang ou de salive.

Pour sa thèse de doctorat, Fanny Therrien a voulu comprendre les effets de la perte de poids sur l'état de stresse de l'organisme. Pour chacun de ses sujets, elle a évalué le niveau de cortisol au lever du lit, une mesure reconnue comme un indice pour mesurer la réactivité de l'organisme au stress.

Chez les femmes, la situation bien différente. Fanny Thérrien a remarqué que la sécrétion de cortisol au lever est la même chez les obèses et chez les minces. Par contre, chez celles qui maigrissent, elle a noté une hausse importante de cette sécrétion de cortisol. Une mauvaise nouvelle, car qui dit hausse de cortisol dit augmentation du stress et de l'appétit.

Maigrir serai-il mauvais pour la santé des femmes ? Fanny n'ose l'affirmer. Il n'empêche que la perte de poids engendre certainement une réaction plus marquée chez les femmes que chez les hommes.

Une hausse du cortisol dans l'organisme pourrait en effet être nuisible et provoquer la reprise du poids perdu, mais elle pourrait aussi être nécessaire adaptation du corps à la perte de poids. D'autres recherches seront nécessaires.

À la lumière des conclusions de sa recherche, Fanny Thérrien se demande toutefois si c'est une si bonne idée pour les femmes obèses de perdre beaucoup de poids. "À moins de le perdre progressivement. La graisse périphérique pourrait protéger les femmes contre le stress. Atteindre le poids santé à tout prix ne serait pas nécessairement une bonne idée pour les femmes."

Fanny Thérrien est consciente que ses résultats de recherche chamboulent les idées courantes. beaucoup de choses restent encore à expliquer, avoue-t-elle. Comme vérifier l'impact sur le cortisol sur différentes stratégies de perte de poids.

Chose certaine, ses résultats démontrent que maigrir pourrait représenter une agression pour l'organisme féminin. ...

Mon commentaire

C'est intéressant que cette information provienne d'un groupe intégriste anti-obésité. Ceux-ci sortent toutes sortes d'études en espérant qu'elles viennent appuyer leur idée que l'obésité c'est pas bon et que perdre du poids c'est souhaitable. Mais, cela ne peut pas fonctionner à tous coups. La vérité est plus forte que toute, elle finira toujours par faire surface.

Par contre, la vérité n'est pas souhaitable d'être révélée pour l'industrie de l'amaigrissement. La vérité étant que les diètes ça ne fonctionnement pas, que la reprise du poids perdu est assurée, que la santé n'est pas une question de poids corporel, que plus tu essais de perdre du poids, par restriction alimentaire, plus tu engraisses et que les femmes sont faites pour être ronde et santé.

La santé, d'après ma conception de la santé, passe avant tout par le mental. Le stress concerne la santé physique et l'anxiété la santé mentale. Ce sont les deux facteurs par lesquels on évalue notre niveau de santé. Ainsi, plus on est capable de supporter un grand stress, plus on est en santé physique. Moins on fait de l'anxiété, plus on est en santé mentale. Moins on est capable de supporter un grand stress plus on fait de l'anxiété. Faire beaucoup d'anxiété provoque du stress, etc. C'est une roue.

Se battre contre sa nature biologique, c'est lutter contre l'impossible. Cela cause un stress inutile sur l'organisme. Faire une diète, restreindre son alimentation nous fait faire de l'anxiété. 

Il y a plusieurs sources d'anxiété associées à la volonté de perdre du poids:

Premièrement, la motivation de perdre du poids part d'une recherche d'un moyen pour faire baisser son anxiété. Anxiété, provoquée par le sentiment d'être physiquement inadéquate (peur du rejet) et par les médias qui répètent continuellement que l'embonpoint n'est pas bon pour la santé (peur d'être malade);

Par la suite, il y a celle qui est engendrée juste par le fait de penser à commencer un régime, ( la peur de souffrir de la faim et des inconforts causés par le changement de ses habitudes alimentaires).

Puis, durant le régime, la réduction d'apport calorique place notre corps dans une situation de survie. Une situation qui nous fait faire de l'anxiété. 

Puis finalement, nous sommes moins capables de support le stress usuel avec moins de calories de ce qu'ils nous en faut pour passer à travers nos journées. Cet excès de souffrance nous cause de l'anxiété. Donc, l'excès de cortisol, trouvé chez les participantes à cette étude, s'explique par diminution de leur capacité à résister au stress associé à leurs activités quotidiennes.

Pour une même quantité de stress, plus tu es capable de résister à ce stress (avec un niveau de confort, de manière aisé ou sans trop souffrir) moins tu as du cortisol dans le sang. 

Le poids santé, serait le poids que l'on peut maintenir sans faire de l'anxiété en relation avec le besoin de la faim.  

Complément d'informations :

Colloque Montpellier - 2004 L"étude

Ma conception de la santé

Le concept de santé (le stress est incontournable à moins de rester coucher à ne rien faire)

LES RONDEURS ET LA SANTÉ MENTALE

Le cortisol et le stress

Le Stress

The Stress Hormone Cortisol 

Stress, Cortisol and Weight Gain

Pharmacorama - CRH et ACTH

Le cortisol est une hormone stéroïde qui est libérée dans l'organisme en réponse à un stress physique ou psychologique.

Le stress

Stress et immunité : systèmes sympathique et para-sympathique


Les sujets précédents :
Trop sexy Trop jeune
Les dessous de la chirurgie esthétique  
Questions? et réponse! Poids et sexualité
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2004, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.