La chanteuse d'opréra

Measha Brueggergosman

 

Originaire du Nouveau-Brunswick. gagnante du premier prix du concours international du Montréal des jeunesses musicales, Meascha Brueggergosman apparaît comme une étoile montante de la scène lyrique internationale. ses engagements, nombreux cette saison, la conduiront de San Francisco à Berlin. Une tournée de récitals en Amérique du Nord est également prévue, avec des arrêts au Kennedy Center de Washington et au Carnegie Hall de New York.

Journal le Soleil du mercredi le 8 septembre 2004

Critique
La pleine mesure du talent

Un public nombreux s'est présenté hier soir au Grand Théâtre pour accueillir la jeune soprano Measha Brueggergosman. L'invité de l'OSQ, manifestement en forme et en voix, a été chaleureusement applaudie par les spectateurs qui, faut-il le rappeler, attendaient ce moment depuis presque un an. 

Ce qu'il faut relever en premier lieu chez cette déjà artiste redoutable, c'est sa faculté d"expression qui, apparemment, s'appuie sur une approche très naturelle et très juste. On a l'impression que tout ce qu'elle chante est toujours d'abord réellement vécu, jamais feint. C'est dire à quel point elle peut être captivante. La première partie du concert, quoique constante, a d'ailleurs passé très vite.

Présence scénique

Parlant de présence scénique Measha Brueggergosman possède également le don de toucher son auditoire, de le mettre dans le coup et ce, avant même d'avoir ouvert la bouche, c'est un timbre subtilement coloré qui filtre l'espace. Le public est dès lors gagné à sa cause.

" Un ombre, une forme angélique passe dans un rayon tremblant, en voile blanc. " Dans ce Cimetière mis en musique par Berlioz (Les Nuits d'été), la voix, à peine éclairée par les sons en harmoniques des cordes, donne véritablement vie aux vers de Théophile Gauthier. L'image est si délicate et si précise qu'on ne peut s'empêcher de frissonner. L'instant d'après, quittant ce décor crépusculaire, le chant se fait plus libre, plus jeune et plus frais. Nous voici en  route pour l'île inconnue. Une vraie partie de plaisir.

Après Berlioz, l'orchestre et son invitée sont passée à Messenet. Ce fut d'abord la célébrissime Méditation que le violon solo Darren Lowe a livrée avec une classe et un style irréprochables, très proprement et sans ostentation. Vint ensuite le méconnu Sommeil de la Vierge, moment serein, élégiaque et sucré, où brillait le violoncelliste solo Blair Logren au milieu des cordes en sourdine personnifiant un chœur d'anges, le tout composait un tableau ma foi assez-joli.

Mme Brueggergosman est ensuite revenue sur scène pour donner la pleine mesure de son talent dans Rêve infini ! Divine extase, un extrait de l'opéra La vierge chanté de façon céleste, puissante et par-dessus tout convaincante.

Deux extrait, l'un du Cid et l'autre d'Hérodiade, ont ponctué la seconde partie, extraits de que la soliste a interprétés avec la même précision et la même expression lumineuse. Soulignons aussi au passage la clarté de sa diction. particulièrement frappante dans l'extrait de Manon qu'elle a offert en rappel.

Journal le Soleil du jeudi le 9 septembre 2004

Liens

Measha Brueggergosman son web site

Concours International de Montreal des Jeunesses Musicales

Le mercredi 8 septembre au Grand Théâtre de Québec, à 20 h Concert hors série dirigé par Yoav Talmi, avec Measha Brueggergosman

La pleine mesure du talent

OWU Online | Measha Brueggergosman 

Measha Brüggergosman Biography

La voix de rêve de Measha

Voici Québec - L'ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE QUÉBEC

 

Accueil - Contact 

Copyright © 2004, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.