Régimes : pour en finir avec les charlatans !
Revue Châtelaine décembre 2000 p.66

Sujet:Un pissou

On peut y lire:

Si on racontait autant de bêtises sur l'obésité, le Collège des médecins interviendrait et il y aurait des procès, affirme le docteur Garrel, endocrinologue reconnu. Par Véronique Robert

Dominique Garrel, endocrinologue et directeur du Département de nutrition à l'Université de Montréal.

En outre, ceux qu'il qualifie de charlatans attirent de plus en plus d'adaptes. Non seulement donnent-ils de faux espoirs aux gens qui désirent maigrir, mais ils préconisent des méthodes qui peuvent présenter un danger pour la santé.

Dans l'ouvrage qu'il vient de publier chez Jacques Beaulieu, éditeur, intitulé Question de maigrir,

L'obésité nourrit beaucoup de charlatans aux théories fumeuses

Si on racontait autant de bêtises sur le cancer du sein, le Collège des médecins interviendrait et il y aurait des procès...

Pourquoi ce silence ? - Parce que les obèses sont ostracisés dans notre société...

Comment les obèses sont-ils exploités ? - Dans plusieurs cliniques d'obésité, on fait prendre aux patients des protéines en poudre ou on leur injecte des hormones comme l'HCG, sécrété pendant la grossesse pour maintenir la vitalité du placenta. On administre cette hormone à très faible dose, avec l'idée qu'elle accélère la fonte des graisses, particulièrement dans la région des cuisses et des fesses. Ce n'est pas dangereux, mais c'est inefficace, comme la montré une étude que j'ai réalisée. La réaction des médecins qui utilisent cette méthode a été de dire qu'on n'avait pas choisi les bonnes patientes...

Le problème, non seulement dans le public mais aussi dans le corps médical, est que la croyance en sa propre expérience, ou en ce qu'on croit être sa propre expérience, l'emporte presque toujours sur la science. On arrive donc difficilement à exercer une médecine reposant sur des faits.

Vous accusez ces spécialistes d'escroquerie ? - Pas du tout ! Ils croient dur comme fer à leurs théories. Mais, de plus en plus, des médecins et des gens sensés croient à des raisonnements sans aucune base scientifique.

Vous êtes particulièrement dur à l'égard de Montignac... - C'est le monstre de la théorie de l'insuline qui refait surface périodiquement, sous divers emballages. Cette théorie est à la base des régimes Montignac, La Zone, Atkins et plusieurs autres - il y a six ou sept Montignac aux États-Unis.

Peut-on être en forme malgré un surplus de poids ? - Les grands obèses ne sont pas en forme. Mais la question se pose pour les personnes modérément obèses. Qui sont aptes à faire de l'exercice - cette aptitude étant déterminée par leur capacité à utiliser l'oxygène, héréditaire à 75%. C'est d'un intérêt capital, car l'exercice pourrait régler leurs problèmes de santé - diabète ou maladies cardiovasculaires - de sorte qu'on n'aurait pas à se préoccuper de leur poids. On aurait fait un grand progrès.

On peut donc être obèse et en santé ? - C'est une question les plus intéressantes à l'étude. L'obésité est surtout dangereuse chez un sujet jeune ; après 65 ans, le poids a peu d'effet sur la longévité, et il n'en a plus après 70 ans. En outre, des données récentes indiquent que le poids n'a aucun impact sur la longévité de cardiaques diagnostiqués. J'ai montré les chiffres à des cardiologues et ils n'en revenaient pas ! Parmi les cardiaques, les obèses massifs vivent aussi longtemps que les gens de poids normal. Par contre, les risques de mortalité sont deux fois moins élevés chez les cardiaques qui font de l'exercice, quel que soit leur poids.

Pour l'instant, quelle méthode préconisez-vous ? - L'approche lente, qui s'est révélée la plus efficace, même chez les personnes où l'obésité a une composante héréditaire. La perte de poids se fait de façon très progressive, en insistant sur les changements d'habitudes plutôt que sur l'aspect régime. L'important est de mettre l'accent sur la santé, pas sur le poids.

Mon commentaire

Le Dr Garrel n'est pas en conflit d'intérêt. Il est honnête et libre intellectuellement. Lorsqu'il s'exprime, ce n'est pas dans un but d'influencer les femmes à adopter un régime amaigrissant. Comme, c'est le cas avec Machin. Donc, il possède à mes yeux, une bonne crédibilité.

Malgré tout, je ne suis pas en accord avec tout ce qu'il dit, parce qu'il n'a pas une position claire contre les diètes et le discours alarmiste face l'obésité adopté par une partie de la communauté scientifique. Mais, il le laisse sous-entendre en utilisant des arguments de la communauté anti-diète (fat acceptance). C'est intellectuellement honnête d'être contre les diètes.

Il est pissou, c'est un peureux. Parce qu'il a choisi d'avoir une attitude de rectitude politique. Il a ménagé le chou et la chèvre. En ce sens, qu'il a fait un bel effort pour dénoncer les médecins qui font dans l'obésité dite esthétique, mais sans nommer leur nom.

Comment expliqué, qu'il se sent libre de traiter publiquement d'escrocs Montignac, mais pas certains autres? À la question : "Vous accusez ces spécialistes d'escroquerie ?", il a répondu "pas du tout", pour par la suite étirer son oui à l'aide d'une longue explication. Cela, c'est du patinage. Le feu Robert Bourassa ancien Premier ministre du Québec était reconnu comme le meilleur patineur. Il avait l'art de répondre aux questions, qu'il n'aimait pas, sans y répondre vraiment en détournant la réponse vers un autre sujet, pour donner l'impression aux gens qu'il a répondus à la question.

Quand on fait appel aux médias pour influencer l'opinion publique, il faut aussi faire face à la controverse. Ainsi, dénoncer un personnage public à partir de ses agissements, que lui-même rend public, ce n'est pas faire de la diffamation. Nous pouvons tous arriver à cette conclusion, parce que nous avons toute les mêmes informations à son sujet.

Faire de la diffamation, serait de juger un personnage public sur des faits inconnus du public. Faits, qui pourrait être inventés juste dans le but détruire sa réputation.

C'est évident, qu'il existe des spécialistes qui misent sur l'obsession de la minceur des femmes, pour faire fortune! En plus d'utiliser la crédibilité automatique leur donne le fait d'être un spécialiste sont protégé par un ordre professionnel. 

Les certains spécialistes au Québec sont intouchables. Les journalistes ont le droit de douter de la malhonnêteté d'un politicien mais n'oseront pas le faire envers d'un spécialiste. Dans les mentalités, les spécialistes ont une aura de pureté, ils sont tous des saints hommes.

Pourquoi le docteur Garrel n'a pas nommé le nom d'un spécialiste dans sa dénonciation ? La raison en est que les Ordre professionnels sont gérés comme une mafia. Les spécialistes sont soumis à la règle du racket de la protection. Les spécialistes protègent l'argent qu'ils font. L'ensemble des revenues des spécialistes constitue un énorme pouvoir. Ainsi, ils ont le pouvoir de se protéger avec les meilleurs avocats.

Dans leur loi interne (leur Omerta à eux), un médecin qui dénoncerait un autre spécialistes publiquement, signifierait faire une trahison. Il serait vu comme un traître. Aucun spécialiste n'oserait salir la réputation de sa propre profession et celle d'un de ses collèges.

Mais nous, nous avons le pouvoir de changer cette situation en faisant changer l'opinion publique. Pour ce faire, il faut dénoncer publiquement leurs agissements. Vous devez contacter les médias pour leur témoigner de votre expérience vécue avec un de ces médecins charlatan. Plus, il va y avoir des dénonciations publiques, plus l'opinion publique sera défavorable envers eux. Les ordres professionnels  n'auront pas d'autres choix, pour sauver leur réputation, d'intervenir pour les radier de l'ordre.

Si vous avez consulté un de ses spécialistes ou si vous connaissez quelqu'un qui l'a fait, envoyez-moi votre témoignage comme sur mon courriel et je le mettrai sur mon site.


Les sujets précédents :
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2000, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.