Des chirurgies de l'obésité aidennt à mieux contrôler le diabète
Journal Le soleil mardi 5 février 2008 page A8

Sujet: Une joke

On y lire:

Le contrôle du poids est probablement la plus importante composante du traitement du diabète adulte. Cependant, les changements de mode de vie et les traitements médicamenteux ne donnent jusqu'à présent que des résultats modestes pour maigrir, remarquent les chercheurs. Certains se penchent donc vers les chirurgies de l'obésité. Des techniques qui diffèrent selon où elles sont pratiquées.

Des obèses diabétiques paraissent avoir de meilleures chances de guérir en perdant du poids grâce à la pose d'un anneau gastrique plutôt que par des moyens conventionnels, révélait récemment une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association.

Les pertes de poids obtenues par les patients grâce à la chirurgie bariatrique sont plus importantes et durables, ce qui leur permet de mieux contrôler, voire d'obtenir des rémissions de leur diabète, explique le Dr John Dixon de l'Université Monash à Melbourne en Australie, principal auteur de ces travaux.

L'étude montre un taux de rémission de 76 % chez les obèses du groupe ayant eu une intervention chirurgicale et de 15 % pour le groupe témoin traité par des thérapies conventionnelles (faire plus d'exercice et changer de régime alimentaire).

À Québec, toutefois, la pose d'un anneau gastrique n'est pas retenue pour aider les obèses diabétiques. On préfère une autre technique.

L'intervention chirurgicale pratiquée par les chirurgiens de l'hôpital Laval pour réduire le poids des patients obèses est plus complexe que celle utilisée en Australie, mais elle est plus efficace, selon le Dr Simon Biron, chef du département de chirurgie de cet hôpital.

«Le diabète, ça fond comme du beurre dans la poêle. Même après 15 ans, le diabète n'est pas revenu chez nos patients», affirme le chirurgien.

Plutôt que de poser un anneau pour réduire la taille de l'estomac, les chirurgiens de l'hôpital Laval ont mis au point une technique appelée dérivation biliopancréatique qui restreint l'apport alimentaire et réduit l'absorption des aliments. Cette intervention est plus compliquée, plus longue à réaliser, mais elle est plus durable.

«Le taux d'échec avec l'anneau gastrique est relativement élevé à long terme, et ça, le Dr Dixon n'en parle pas», déplore le Dr Biron.

Pour l'hôpital Laval, pas question de poser des anneaux gastriques. D'autant plus que ces anneaux (qui coûtent entre 4000 $ et 6000 $ pièce) doivent être payés par le patient, même si la RAMQ (Régie de l'assurance maladie) rembourse les frais de chirurgie. «On ne veut pas faire payer nos patients», insiste le Dr Biron. L'intervention est pratiquée dans une dizaine d'hôpitaux au Québec, mais pas à Québec.

La pose d'un anneau gastrique pour réduire l'absorption d'aliments est la version plus sophistiquée du «brochage» de l'estomac populaire il y a quelques années, selon le Dr Biron. «L'intervention perd de l'intérêt en Europe. C'est ce que nos collègues nous disent lors des congrès internationaux», poursuit le Dr Biron.

Le nombre de chirurgies de l'obésité pratiquées à l'hôpital Laval augmente depuis trois ans : 330 auront été pratiquées en mars, mais 700 personnes sont sur la liste d'attente des chirurgiens, et autant attendent un premier rendez-vous.

Au moins 75 % des patients obèses opérés à l'hôpital Laval souffrent d'autres maladies, comme le diabète, l'hypercholestérolémie, l'apnée du sommeil, qui disparaissent avec la dérivation biliopancréatique. La dépression, l'hypertension artérielle et les problèmes orthopédiques sont grandement soulagés.

Depuis 15 ans, l'hôpital Laval a développé une expertise en chirurgie de l'obésité.

Mon commentaire

Ce genre de recherche discrédite les promoteurs du brochage d'estomac. Proposer ce genre de mutilation physique pour autre chose pour ce qu'il est prévu. C'est malade mentale.

C'est une manière de faire la promotion de leur intervention chirurgicale en la banalisant.

La chirurgie bariatrique pour aider à enlever le mal de tête tant qu'à y être. Les complications d'une telle chirurgie sont ramenées au niveau de celui plombage de dents. ? C'est vraiment sans risque, mesdames, fait vous charcuter y a pas de problème là ?

C'est contradictoire l'affaire, il faut perdre du poids pour éviter de faire du diabète. Ceux qui sont obèses, parait-il, ont plus de chance de faire du diabète.

Le brochage d'estomac sert à faire maigrir. Alors, est-ce que la personne arrête de faire du diabète parce qu'elle a perdue du poids ou à cause de l'anneau gastrique? En fait, c'est faux de dire que l'anneau aide à faire diminuer le diabète. Cela aide seulement à faire maigrir, c'est la perte de poids qui aiderait pour la diminution du diabète.

La chirurgie bariatrique est le pire choix à faire pour perdre du poids. Car,les risques de complications sont plus élevés que les bénéfices.

La chirurgie baritrique n'aide pas à améliorer la santé, mais aide seulement à faire maigrir. C'est la perte de poids qui aide pour la santé et non le moyen utiliser pour perdre ce poids.

Le pire dans cette histoire, c'est qu'on apprend que les chirurgiens qui pratiquent le brochage d'estomac au Québec, n'offrent pas le choix de l'anneau gastrique pour une raison très douteuse.

En effet, cela en raison du fait que l'achat de l'anneau gastrique n'est pas couvert par le régime de l'assurance maladie. Ainsi, ce type d'opération serait accessible à un moins grand nombre de personnes. En passant, l'opération de la pause de l'anneau gastrique est pourtant réversible. Tandis qu'avec, la dérivation biliopancréatique, le charcutage est entièrement payé par l'état.

Avec l'anneau gastrique, moins de personnes pourraient se faire opérer. Les chirurgiens feraient moins d'intervention et feraient moins d'argent...

Ils font de la pression pour faire augmenter le nombre d'opération sans proposer l'anneau gastrique. C'est scandaleux.

Leur dénomination de psychopathe sanguinaire leur va à souhait. C'est scandaleux. On prend les femmes pour des cobayes, on les sacrifie sur l'hôtel de la folie pure. Elles n'ont aucune valeur on peut donc les mutiler et les tuer comme on fait avec les rat de laboratoire.

Complément d'information

L'histoire

Lap-Band success is related to reducing hunger

Surgery as an Effective Early Intervention for Diabesity

Obesity Surgery Seen As Diabetes Cure

La chirurgie de réduction de l’estomac peut guérir le diabète chez plusieurs patients en surpoids.

Des chirurgies de l'obésité aident à mieux contrôler le diabète

Gastric Bypass Surgery - The New Cure for Type 2 Diabetes

Les dangers de la dérivation biliopancréatique

Mario Meunier veut prouver que tous ceux qui subissent la chirurgie de l'obésité souffrent de nésidioblastose à différents degrés.

«Je préfèrerais être gros que malade»-- MARIO MEUNIE

Un Québécois vend son pancréas sur Internet

Sur Ebay

Offre inusitée sur eBay

Sa page officielle en pdf

La nésidioblastose

Autres

Severe hypoglycemia - complication of gastric bypass surgery

Rare Complication Leaves Gastric Bypass Patients Almost Disabled

Low Blood Glucose Levels May Complicate Gastric Bypass Surgery, Study Shows

La chirurgie baraitrique et l'encéphalopathie

Deux chirurgiens de l'hôpital Laval poursuivis pour 2 M$

Chirurgie de l'obésité: un traitement risqué

Sa perte de poids a entraîné d'autres problèmes

Mise en demeure de Dr Gaétan Barrette


Les sujets précédents :
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2008, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.