Mincavi Une recette gagnante
Journal Le Soleil du jeudi 19 janvier 2006 p.B1

Sujet: Un attrape-nigaud gagnant

On peut y lire:

De groupe d'entraide, l'entreprise est maintenant à la tête du plus gros succès québécois dans le domaine de la perte de poids.

Au Québec, tout le monde a une amie, une tante, un frère qui a réussi à perdre des kilos grâces aux rencontres de motivation des groupes Minçavi. Après plus de 20 ans d'expansion continue, cette entreprise fondée par Lyne Martineau s'offre une stratégie marketing et des produits à l'image d'un succès commercial digne des ligues majeures. Un virage à 180 degrés, qu'on doit à sa vice-présidente de fille, Caroline M. Gauthier. Quand la passation des pouvoirs permet de renouveler une recette gagnante...

À 10, Caroline M Gauthier était déjà fascinée par l'implication sociale de sa mère, Lyne Martineau, qui s'était transformée en conférencière bénévole sur la perte de poids, après avoir perdu 60 livres par la seule force de la volonté.

Vingt plus tard, la jeune femme... - Caroline est maintenant à la tête du plus gros succès québécois dans le domaine de la perte de poids : le groupe Minçavi.

La compagnie, qui est un modèle de développement régional, a son siège social à Danville, où elle emploie 300 personnes, dont 75 conférencières qui animent quelque 300 rencontres hebdomadaires dans tous les coins du Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick. Jusqu'ici 1,5 million de personnes ont joint les rangs de Minçavi depuis ses débuts et 31 000 membres sont inscrits aux courriels hebdomadaires de son site internet.

J'ai proposé des outils qui m'avaient servie et j'y ai ajouté le support d'un groupe, qui est fondamental...

J'ai simplement appliquée les préceptes du guide alimentaire canadien en coupant dans le gras et le sucre des recettes québécoises traditionnelles. 

La dernière idée de Caroline a aussi été un succès instantané : le livre Manger santé pour le plaisir, qui s'est envolé à près de 20 000 exemplaires depuis sa mise en vente dans les librairies et dans le site de Minçavi, en décembre.

Lyne Martineau est fière du chemin parcouru. « Minçavi est devenu un mode de vie et un programme recommandé par les médecins. Et l'épidémie de l'obésité rend notre travail plus important que jamais. »

Mon commentaire

Le classique, la femme qui perdre du poids et qui se sent investi d'une mission divine de faire maigrir toute les femmes de la planète. «Si j'ai réussi, vous pouvez réussir aussi.» Voulait-elle propager la bonne nouvelle ou bien voulait-elle faire facilement beaucoup d'argent ?

Implication sociale, faites-moi rire. Depuis quand abuser de la vulnérabilité des femmes pour faire de l'argent constitue une implication sociale. Minçavi  constitue une fraude comme tout les autres entreprises d'amaigrissement. En effet, il est malhonnête de tirer avantage d'un sentiment de honte pour faire quelque commerce qui soi. Par conséquent, si le contexte culturel était pro-rondeurs féminine, l'industrie de l'amaigrissement n'existerait pas.

Déjà, en partant avec un nom de commerce comme « Minçavi »,  c'est abusif. Il suggère deux concepts, qui révèlent sans trop de subtilité, sur lesquels cette entreprise mise pour faire de l'argent. Soit le rêve de minceur des femmes et la recherche d'une méthode qui assure de ne pas reprendre le poids perdu. Deux concepts irréalistes, qui réfèrent à des croyances ou à des légendes urbaines qui circulent dans la population. Croyance qui dit que: c'est seulement une question de volonté le fait d'être mince ou pas. Et la croyance qui existerait un moyen de ne pas reprendre le poids perdu.

Au cours de leurs 20 ans d'existence et parmi ces 1,5 millions de femmes qui ont joint l'un de leurs groupes de support, combien d'entres elles ont réussi à de ne pas reprendre le poids perdu, combien d'entres elles ont réussi à devenir mince comme elles rêvaient de le devenir, combien y  a-t-il plus de femmes minces au Québec grâce à Minçavi et dans combien d'année il n'y aura plus de femmes rondes au Québec grâce à Minçavi ? Zéro point dix zéros après le point.

Alors, comment se fait-il qu'aucune femme ne s'est plainte d'avoir été arnaquée par cette entreprise? La recette gagnante de Minçavi ne réside pas, dans l'efficacité de sa méthode d'amaigrissement, mais belle et bien dans sa technique de manipulation. Technique qui consiste à s'assurer que leurs ex-clientes s'attribuent toute la responsabilité de leur échec, de leur reprise de poids. De cette manière, elle est sûre de ne jamais avoir de mauvaise publicité. Ainsi, Minçavi a acquis injustement une excellente réputation de fiabilité et d'efficacité.

La manipulation réside dans leur concept de groupe de support. Premièrement, Minçavi rassure leur future clientèle avec les : « nous suivons le guide alimentaire canadien » et « nous sommes recommandés par les médecins ». Ça sert à rien d'être trop original dans la diète ou d'avoir un principe diététique particulier comme avec Montignac. Car l'objectif, c'est de faire tomber les femmes dans leur attrape-nigaud sans trop de réticence. Une fois engagées dans le processus, elles ne peuvent plus en sortir vraiment complètement. 

Le support de groupe sert à aider les femmes à supporter la souffrance des privations qu'elles doivent s'imposer pour perdre du poids et pour maintenir le poids perdu. Aucune femme, saine d'esprit, peut tolérée cette souffrance bien bien longtemps. La femme va un jour ou l'autre abandonner avant de virer folle. Puis, une fois qu'elle a repris le poids perdu, que se dit-elle? Je suis une incapable. Incapable de résister aux tentations alimentaires, incapable de me discipliner, incapable d'avoir de la volonté. Elle se culpabilise énormément. Elle se dit, ce n'est pas leur méthode qui n'est pas bonne, c'est moi qui suis incapable de faire les efforts pour. 

Mais, en vérité, même si on avait toute la motivation et le support du monde, ça ne rend pas une diète plus efficace. En effet, peu importe la méthode choisie pour perdre du poids, il est garanti que, dans 95% des cas, les personnes reprennent le poids perdu. Ce n'est pas une question d'avoir de la volonté ou pas. 

Ce qui est honnête de dire aux femmes, c'est que le poids corporel est une donnée qui varie très peu. Le mieux à faire, c'est d'apprendre à vivre avec vos rondeurs. En arrêtant de faire des diètes, votre poids va se stabiliser et peut-être même cela sera accompagné d'une légère perte de poids. Maintenir son poids stable, c'est ce qui est le mieux à faire pour votre santé.

Compléments d'informations 

L'histoire 

Mincavi

Minçavi: une recette gagnante

/ronde/vict.htm

Autre groupe de support

Weight Watchers is a fraud - You only get fatter


Les sujets précédents :
Plus ferme que jamais
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2006, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.