"L'opération qui m'a fait perdre 200 livres"
Revue Le Lundi 5 mai 2001 page 44

Sujet:Un infopub des psychopathes

On peut y lire:

Obèse depuis son plus jeune âge, Louise Forand Samson a subi une chirurgie bariatrique il y a deux ans. Cette délicate intervention lui a permis de connaître des plaisirs auxquels elle avait renoncé lorsqu'elle pesait 381 livres.

La privation a toujours fait partie de ma vie, de nous dire la dame d'entrée de jeu. Au total, j'ai dû perdre 2000 livres et j'ai dû en reprendre autant! J'ai passé mon temps à faire des régimes, à prendre plus de poids que j'en avais perdu. J'ai essayé toutes les diètes, de même que tous les programmes qui promettent un amaigrissement.

Mon arrière-grand-père l'était - il mesurait 6 pi 6 po et pesait presque 500 livres. Mon fils est bâti sur le même modèle. Je suis obèse et mes soeurs le sont aussi. L'élément génétique est donc incontestable, chez nous.

On dit que cette opération, la chirurgie bariatrique, coûte cher à la société, soit de 6000$ à 7000$. Mais l'obésité aussi coûte cher.

Personnellement, j'ai subi une déviation bilio-pancréatique avec commutation duodénale, c'est-à-dire que les deux tiers de mon estomac ont été retirés. La nourriture, au lieu de poursuivre sa route dans les voies biliaires, va directement dans l'intestin. Rien n'est stocké, tout est éliminé rapidement. C'était il y a deux ans. Les Dr Marceau et Biron de l'hôpital Laval, à Québec, se sont passionnés pour cette opération. Ils ont une grande compassion pour les obèses. Ils sont les meilleurs du monde dans ce domaine.

Avez-vous craint cette opération ? J'ai mis du temps à me décider. J'ai été mise en contact avec le Dr Bergeron de l'hôpital Laval. À l'époque, je pesais 381 livres. C'est lui qui m'a convaincue de consulter le Dr Biron, un chirurgien. J'ai demandé à rencontrer des gens qui avaient subi cette intervention, et j'ai choisi de discuter avec eux, de m'impliquer auprès d'eux. C'est à ce moment que j'ai commencé à me rapprocher des miroirs, à été mal dans ma peau, dans mon corps. Pour des raisons de santé, j'ai sauté des étapes et j'ai été opérée plus rapidement que prévu, soit le 31 mai 1999.

L'opération est-elle douloureuse ? C'est une opération sérieuse. Personnellement, j'ai connu des complications par la suite. Je me sentais malade, à plat. En fait, j'ai mis six mois à remettre complètement, à apprivoiser une nouvelle alimentation. Certains passent plus facilement à travers, ça dépend de chacun.

Y a-t-il des inconvénients liés à cette chirurgie ? Il m'arrive de vomir et maintenant, je ne peux plus mélanger les liquides et les solides. Mes goûts ont changé et j'ai moins faim. J'ai aussi beaucoup de flatulences.

Louise Forand-Samson accompagne et soutient des gens qui, comme elle, ont choisi de subir une chirurgie bariatrique. De plus, elle travaille à former un groupe de soutien pour les gens en pré et post-opération.

Mon commentaire

Subir cette mutilation physique inutile constitue un choix qu'une personne peut faire. Par contre, elle ne peut pas faire un choix éclairé, parce que la seule source d'information provient de ceux qui font la promotion du brochage d'estomac.

En effet, les chirurgiens psychopathes qui pratiquent ce charcutage sont mal placés pour donner des informations neutres. Parce qu'ils ont naturellement un préjugé favorable pour ce qu'ils font. Pour moi, ils ont du plaisir à charcuter les gens. Ils veulent en faire beaucoup pour pratiquer leur technique. C'est un loisir comme un autre.

Pour pouvoir prendre une décision éclairée, il vous faut avoir accès aux informations qui sont contres et celles qui sont en faveurs. Vous devez vous faire une opinion personnelle. Parce que vous êtes la personne la plus importante pour vous-même, vous êtes donc la mieux placée aussi pour décider ce qui est bon ou pas pour vous. Surtout, lorsque votre vie et votre qualité de vie sont en danger, vous ne devez pas laisser les autres prendre une décision à votre place.

Ces psychopathes sanguinaires profitent de la fragilité de leurs futures victimes pour les convaincre de se faire ouvrir la cage thoracique. En effet, quand une personne est rendue à envisager peut-être de se faire brocher l'estomac, c'est parce qu'elle est en état de souffrance morale avancée. Elle désire perdre du poids pour améliorer sa qualité de vie. Par conséquent, personne étant perturbé émotionnellement, peut faire un choix éclairé.

De plus, ce qui rend cette personne vulnérable, c'est le manque d'information mit à sa disposition et sa position d'infériorité comme patient face aux médecins. Le chirurgien est en position d'autorité, il peut faire sentir à son patient qu'il est un Dieu qui sait tout, qui a raison en tout et qui ne se trompe jamais.

Cette personne se sent très petite devant ce Dieu le père qui se dresse devant elle. Elle n'a pas le choix, elle doit se soumettre à penser comme lui pense. Elle s'en remet totalement à lui pour prendre sa décision.

Ne pas être informé, vous empêche de pouvoir faire un choix par vous-même. Vous vous fiez aux autres. Vous n'êtes plus responsable de vos décisions. Vous n'êtes plus maître de vous-même. Toutes les personnes qui ont subi ce charcutage, elles ont remis leur destinée entre les mains de ces psychopathes. Elles leur ont dit : "si vous pensez que subir cette opération me fera du bien, c'est que vous devez avoir raison, vous êtes un médecin, vous devez savoir ce que vous faites".

Ces psychopathes profitent de l'état de souffrance morale de ces personnes pour les influencer. Ils leur disent : "ton obésité va te faire mourir", ils les acculent au mur. Ne voyant pas vraiment d'autre alternative à leur situation, elles n'ont d'autre choix que d'accepter de se faire faire le brochage d'estomac.

Ces chirurgiens ne sont pas honnêtes. C'est louche leur affaire, très louche, car ils ne sont pas capables de vivre avec la controverse ou, avec les gens qui sont contre leur pratique. Pour eux, nous devons tous, sans exception être d'accord avec ce qu'ils font. Parce que l'obésité coûte très cher à la société, paraît-il. Ils dramatisent à l'extrême les conséquences de l'obésité pour justifier leur trip sanguinaire. Ils se disent : "c'est tellement une grave maladie l'obésité, que personne ne peuvent être contre ce que nous faisons, nous contribuons à la baisse du pourcentage d'obèses au Québec". "Nous sauvons des vies".

Pour se faire une idée juste sur le brochage d'estomac, il vous faut comprendre le processus physiologique concernant la prise de poids et la perte de poids. En d'autres mots, tout connaître et tout comprendre sur le système énergétique du corps humain. Vous devez en savoir autant que le médecin, à ce sujet-là.

Ainsi, vous réaliserez l'absurdité du principe qui sous-entend le brochage d'estomac. Cela devrait être interdit. Premièrement, il est médicalement parlant ridicule de toucher à un organe qui est sain et qui n'a aucun lien avec une maladie. En effet, l'estomac n'est pas responsable de l'obésité ou de la prise de poids d'une personne. En ce sens, il n'ordonne pas à la personne de manger. C'est le système nerveux qui gère la prise alimentaire. En effet, l'estomac prend ce qu'on lui donne bêtement.

Il est justifié de faire une opération au coeur chez une personne qui a une maladie cardiaque, une opération aux reins chez une personne qui souffre d'un trouble rénale, etc., mais il est injustifié de toucher à l'estomac d'un obèse parce qu'il n'a rien à voir avec son obésité.

Ainsi, le brochage d'estomac se justifie ou pas selon la manière qu'on explique l'obésité. On peut expliquer l'obésité selon deux postulats. Le premier est de dire que les personnes sont responsables de leur obésité. Elles deviennent obèses parce qu'elles sont de grandes mangeuses, elles sont incapables d'arrêter de manger, elles mangent leurs émotions, etc. Le deuxième est de dire que les personnes ne sont pas responsables de leur obésité. Ainsi, comme l'obésité est génétique, les personnes obèses ne mangent pas plus que les autres. Elles ont génétiquement un métabolisme plus lent que les autres, tout simplement.

Ceux qui pratiquent le brochage d'estomac postulent donc que les obèses sont responsables de leur obésité. Cette opération permet de guérir leur péché de gourmandise. On les place sous un régime amaigrissant forcé pour leur reste de leurs jours. Ce qui est très nuisible pour leur santé physique et mentale. En effet, cela abaisse dramatiquement leur métabolisme de base qui était au départ très bas. Comme le brochage d'estomac n'est d'autre qu'une sorte de régime amaigrissant, la perte de poids est aussi temporaire qu'avec les autres sortes de régimes.

Par contre pour faire maigrir une personne sans nuire à sa santé, il faut agir sur ce qui gère le bilan énergétique du corps. Celui-ci étant l'hypothalamus. Il nous donne la sensation de la faim quand notre corps a besoin d'énergie, et la sensation de satiété, quand ses réserves se sont refaites. L'hypothalamus maintient notre poids à une valeur constante. Si nous ingérons plus de calories que nécessaire, il augmente notre métabolisme de base pour brûler les calories excédentaires et si nous ingérons moins de calories que requis, il diminue le métabolisme de base pour économiser nos réserves.

Pour vous aider à prendre une bonne décision, il faut que vous fassiez appel à une association qui défend les droits et le bien-être des personnes très obèses. Mais, il n'y en a pas au Québec. Car, l'opinion d'une association comme la NAAFA aux États-Unis est beaucoup plus crédible, parce leurs membres vivent la situation eux-mêmes. Si la NAAFA est contre le brochage d'estomac, c'est qu'ils y ont des arguments valables et solides en ce sens.

Opérée, Sylvie Laprise sait que 700 patients attendent
Les risques pour les femmes : faites un X sur l'idée d'avoir une enfant après cette opération.
Traduction de la politique de la NAAFA par Allegro fortissomo

Mise en demeure de Dr Gaétan Barrette


Les sujets précédents :
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2001, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.