Mon action pour souligner mes 20 ans d'activisme à valoriser la beauté les femmes rondes

La marche de l'indifférence

J'ai besoin d'affection

«Loser» et fier de l'être

Pétition pour appuyer ma marche de l'indifférence du 26 septembre 2013 à Québec.

Le jeudi 26 septembre à 15h00, je débuterai une marche en partant du bureau d'arrondissement de Ste-Foy (Édifice Andrée-P.-Boucher - 1130, route de l'Église Québec (Qc)) jusqu'au parlement du Québec. Je vais emprunter le boul. Laurier, le boul. René Lévesque, la rue Cartier et la Grande Allée.

Je vais porter une pancarte où il sera inscrit « J'ai besoin d'affection »

Mon objectif est de signaler qu'après 20 ans d'activisme la souffrance morale des femmes rondes laisse encore indifférent les médias traditionnels, les députés, les féministes et les différents intervenants de la société Québécoise.

Malgré l'importance du mouvement sociale des taille plus, fat acceptance, fat activism et fat admiror sur internet cela laisse indifférent les médias traditionnels, les députés, les féministes et les différents intervenants de la société québécoise.

Les femmes rondes sont des personnes humaines qui ont une valeur inestimable. Elles méritent toute notre respect, notre attention, notre amour et notre compassion.

Je vais faire cette marche en espérant qu'un jour la souffrance des femmes rondes soient reconnue socialement au même titre que celle des homosexuels. Si les homosexuels souffrent d'homophobie les femmes rondes souffrent de grossophobie.

Les femmes rondes se font insulter quotidiennement par leur entourage dans l'indifférence totale. Elles se font insulter aussi par les humoristes, les journalistes, les intellectuels et les animateurs par l'entremise des médias dans l'indifférence totale.

Le pire dans cette injustice, c'est que les femmes n'osent pas aller sur la place publique exiger d'être respectée de peur de se faire lapider avec les questions de santé.

L'indifférence de la société face à la souffrance morale des femmes rondes se décèle par

Le refus d'admettre tout ce qui maintient les femmes dans l'obsession de la minceur tel que:

La grande tolérance au mépris, aux préjugés et aux commentaires haineux contres les femmes rondes tels que:

Le mépris

  • Laisser croire aux femmes qu'elles sont responsables de leur poids et que si toutes les femmes rondes feraient attention elles seraient toutes minces.

  • Laisser croire aux femmes que la minceur constituerait l'état normal et les rondeurs seraient une anomalie.

  • Laisser croire aux femmes que la beauté est réservée qu'aux femmes minces.

  • Le refus de reconnaître la beauté des femmes rondes.

  • La société, en valorisant le fait de se préoccuper de son poids et à faire des restrictions alimentaires on encourage le comportement masochisme chez les femmes.

Les préjugés

  • Les femmes rondes mangent leurs émotions
  • Les femmes rondes mangent beaucoup
  • Les femmes rondes ont un beau visage
  • Les femmes rondes ont de la misère à se trouver un amoureux
  • Les femmes rondes sont en mauvaise santé
  • Les hommes qui préfèrent les femmes rondes sont pas normales

Les insultes

  • grosse torche,
  • grosse truie,
  • toutoune,
  • petite grosse,
  • grosse tout trempe,
  • paquet de graisse,
  • bouboule,
  • baleine, etc.

Demande officielle de reconnaissance

Le 13 septembre 2013, j'ai fait une demande publique et officielle de reconnaissance sociale de la souffrance des femmes rondes à Agnès Maltais ministre responsable de la condition féminine à un de ses attachés politiques à son bureau de comté.

Explication du « j'ai besoin d'affection »

Le besoin d'affection et la reconnaissance sociale est une seule même chose. Être touché affectueusement, est la forme la plus pure de reconnaissance sociale. Cela nous donne le sentiment d'être vraiment aimé et cela donne un sens à notre existence ou le sentiment d'avoir sa place dans ce monde-ci.

La souffrance morale des femmes rondes est directement associée à leur besoin d'affection. En d'autres mots, les femmes rondes ont besoin d'être rassuré sur leur capacité de plaire pour espérer d'être aimée et de recevoir de l'affection.

Se sentir rejeté et méprisé à cause de son poids, diminue l'espérance des femmes d'être aimée par un homme un jour.

Reconnaître la souffrance morale des femmes rondes, c'est reconnaître leur besoin d'affection, c'est reconnaître leur besoin d'être aimer.

Si la souffrance morale des femmes rondes serait reconnue publiquement, cela les aideraient à prendre confiance en elles pour faire face à l'adversité. Elles auraient le sentiment d'avoir le droit d'être ce qu'elles sont physiquement. Elles auraient aussi le sentiment d'avoir la légitimé d'exiger d'être respecté.

Pourquoi je demande de l'affection

Opération revalorisation

Serre-moi fort ! : parce que l'attachement est indispensable pour le couple

Photos reportage sur le gala des PRIX GÉMEAUX 2013

Faites vous en un T-shirt

Le fichier PDF de l'affiche « j'ai besoin d'affection » redimensionnée pour faire une impression sur un t-shirt

Liens reliés

"Fat shaming week" : une semaine pour harceler les femmes rondes

Why I Like Being Fat

Discrimination Against Overweight People

Too Fat To Work | This Morning - Katie Hopkins and Jay Cole Interview

Why do we hate the overweight so much?

Colleges fit 'fat studies' into curriculum


[Affection] -[Belles Rondeurs]- [Courriel]

Copyright© 2013, Les productions Belles Rondeurs Tous droits réservés.