Lutter contre l'obésité peut-il avoir des effets pervers?
Journal le Devoir samedi 8 janvier 2011 p.A4

Sujet:Nous avons tous droit à notre opinion

Selon des experts, la forte hausse des troubles de l'alimentation chez les enfants serait en partie causée par les campagnes de prévention de l'obésité.

Quand les tables débordent de victuailles, comme dans le temps des Fêtes, il faut faire attention aux petites recommandations lancées en direction des enfants qui auront envie de se régaler et qui, par conséquent, mangeront probablement plus qu'à l'ordinaire. Ces petites phrases bien intentionnées invitant à réduire ses portions alimentaires pourraient avoir des effets néfastes chez certains individus. Elles pourraient les précipiter dans le gouffre infernal de l'anorexie ou de la boulimie.

Le nombre d'enfants atteints d'un trouble de l'alimentation n'a pas cessé de s'accroitre au cours des dernières décennies, affirmait récemment, dans la revue Pediatrics, le Dr David Rosen, professeur de pédiatrie, de médecine interne et de psychiatrique à l'Université du Michigan. Notamment, de 1999 à 2006, le nombre d'enfants de moins de 12 ans qui ont été hospitalisés parce qu'ils souffraient d'un trouble de l'alimentation a grimpé de 119% aux États-Unis, précisait-on dans l'article. Or, selon plusieurs experts, les campagnes visant à prévenir l'obésité seraient en partie responsable de cette hausse.

«L'indice des troubles de la conduite alimentaire a fort probablement augmenté au Québec aussi», affirme le pédiatre Jean Wilkins, qui déclare traiter des jeûnes âgés de moins de 12 ans plus souvent qu'auparavant, à la clinique des troubles de la conduite alimentaire du CHU Sainte-Justine, dont-il est le responsable.

«Il s'agit d'une tendance internationale», confirme Howard Steiger, chef du Programme des troubles de l'alimentation apparaissent chez des enfants de plus en plus jeunes.»

Plusieurs facteurs sont avancés pour expliquer ce phénomène préoccupant. La puberté survient de plus en plus tôt chez les fillettes, souligne d'abord M. Steiger, tout en rappelant que «la puberté est un déclencheur de l'anorexie nerveuse chez les filles». Les images publicitaires et médiatiques érigeant la minceur comme un idéal de la beauté exercent une pression indéniable sur les jeunes, poursuit-il. «De plus, l'image corporelle devient une préoccupation à un âge de plus en plus jeune», soutient le spécialistes.

Les fillettes préfèrent la minceur

Les résultats d'une étude publiés ce moi-ci dans la revue scientifique Sex Roles lui donnent raison. Dans cette dernière étude, la psychologue Jennifer Harriger, de l'université Pepperdine, à Malibu (Californie), a montré que des fillettes âgées de pas plus de trois ans avaient déjà développé une préférence pour la minceur. Pour en arriver à de telles conclusions, la chercheuse a demandé à des fillettes âgées de trois à cinq ans de choisir, entre trois dessins représentant trois corps féminins différents - un mince, un moyen et un gros- celui qui illustrait la personnes qu'elles aimeraient avoir comme meilleure amie 72% des fillettes ont pointé la figure la plus mince, 22% ont opté pour la moyenne et seulement 7% ont sélectionné la plus corpulente.

Dans une autre expérience, les fillettes ont associé des adjectifs positifs, tels que mignonnes» et belles», beaucoup plus souvent que des adjectifs négatifs à la femme la plus mince. Et, inversement, elles ont attribué beaucoup plus fréquemment des qualificatifs négatifs à la femme la plus grasse. Également, lorsqu'elles ont dû choisir une figure pour leur servir de pion dans un jeu de serpents et échelles, 69% se sont emparées de celle représentant la femme la plus mince et 11% ont opté pour la plus enveloppé.

Également, les personnes atteintes d'anxiété, d'impulsivité, de trouble obsessionnel compulsif et d'humeur instable risqueraient plus de développer un trouble de l'alimentation, fait savoir Howard Steiger, avant de souligner aussi le rôle indéniable de l'hérédité.

Des campagnes dangereuses ?

Et que dire des effets pervers des campagnes de prévention de l'obésité? «Nous ne disposons pas de données qui décrivent l'effet des campagnes menées contre l'obésité, mais il est certain que les recommandations qui sont faites pour inciter les gens à réduire les calories qu'ils consomment et à faire davantage d'exercice physique encouragent l'anorexie chez les personnes vulnérables», fait-il remarquer.

Le Dr Jean Wilkins est pour sa part persuadé que les campagnes contre l'obésité peuvent affecter «les gens qui ont une fragilité, une vulnérabilité». «Ça fait des années que j'avance cette hypothèse et que je me fais tirer des balles. En raison de cette obsession du poids santé, les enfants se font dire très tôt dans la vie qu'ils doivent faire attention parce qu'ils pourrait devenir gros, ou qu'ils ont peut-être quelques kilos à perdre parce qu'ils sont grassouillets. Or ces petites phrases peuvent déclencher un problème alimentaire chez certaines jeunes filles qui sont plus vulnérables», déclare le chercheur qui traite même des garçons, dont les parents avaient réduit l'apport calorique «à un âge où les enfants ont faim». Pour faire face à ce dilemme, ces garçon mangeaient pour étancher leur faim, et ensuite ils se faisaient vomir pour faire plaisir aux autres.»

S'inquiétant du discours ambiant à propos du contrôle du poids, le Dr Wilkins interpelle tous les pédiatres. «Soyons prudents dans l'interprétation des courbes de croissance. cessons de dire à un enfant de huit ou neuf ans qu'il est gros. Parlons plutôt du poids naturel», lance-t-il, tout en insistant sur le fait que les très jeunes patients sont beaucoup plus difficiles à traiter que les autres.

Selon Howard Steiger, un rapprochement s'est amorcé récemment entre les spécialistes qui oeuvrent pour la prévention de l'obésité et ceux qui se consacrent à la prévention des troubles de l'alimentation, afin «de développer un message plus modéré qui recommanderait de manger sainement et équilibré, mais pas nécessairement moins». À cet égards, M. Steiger a participé à la rédaction de la Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée - à l'instigation du ministère des communications, de la Culture et de la condition féminine charte qui s'adresse notamment aux industries de la mode et de la publicité ainsi qu'aux médias, afin qu'ils s'engagent à promouvoir une diversité d'images corporelles, comprenant des tailles, des promotions et des âges variés. Voilà déjà un premier pas qui témoigne de la prise de conscience de ce problème de société.

Le Dr Jean Wilkins, de la clinique des troubles de la conduite alimentaire du CHU Sainte-Justine, est persuadé que les campagnes contre l'obésité peuvent affecter certains enfants. «Les enfants se font dire très tôt dans la vie qu'ils doivent faire attention parce qu'ils pourraient devenir gros, ou qu'ils ont peut-être quelques kilos à perdre parce qu'ils sont grassouillets. Or ces petites phrases peuvent déclencher un problème alimentaire chez certaines jeunes filles qui sont plus vulnérables.»

Mon commentaire

Les intégristes anti-obésité/malbouffe au Québec constitue un gros problème. En effet, ceux-ci exigent que les médias diffusent seulement leur opinion en justifiant cela par la prétendue situation catastrophique de la prétendue épidémie d'obésité. C'est très très urgent d'après eux de faire quelque chose pour éviter le désastre.

Ils ont réussi à faire croire qu'il y a une situation d'état d'urgence. Dans une tel contexte, tout est permis l'exagération, la démagogie, les mensonges, les inexactitudes, les faux semblant, etc. Ce qui fait problème, c'est leur stratégie d'utiliser la peur pour manipuler les journalistes dans le but de contrôler l'information. C'est de la dictature, les journaliste doivent ignorer ceux qui ont une opinion différente afin de ne pas mettre un doute dans l'esprit des gens sur la prétendue gravité de l'obésité.

Les intégristes anti-obésité/malbouffe souffrent de narcissisme, il se voit posséder le monopole de la vérité. Personne ne peut penser sans eux. Ils savent mieux que nous tous, ce qu'il faut penser au sujet de l'obésité.

Nous avons tous droit à notre opinion. Le problème avec les intégristes anti-obésité/malbouffe ce n'est pas leur opinion mais, leur volonté d'empercher ceux qui ne partagent pas l'opinion de s'exprimer.

L'opinion extrémiste anti-obésité aurait moins d'impact sur les gens, si elle serait considérée au même niveau que toutes les autres opinions. Si cette opinion ne serait pas considérée comme une vérité ultime mais simplement comme une façon de voir les choses parmi tant d'autres, elle aurait beaucoup moins d'influence sur les jeunes qui sont vulnérables à développer un désordre alimentaire.

Si les médias traditionnels et les journalistes tiendraient compte de toutes les opinions concernant le prétendu problème de l'obésité; l'obsession de la minceur serait moins répandue.

Compléments d'informations

L'histoire

Lutter contre l'obésité peut-il avoir des effets pervers?

EATING DISORDER RATES RISING

Eating Disorder Awareness Urged for Pediatricians

Fat Police Are Triggering Eating Disorders in Kids

Eating Disorders and the Obesity Epidemic: Why the Controversy?

Why America's Obsession with Weight is Hazardous to Your Health

Even Preschool Girls Favor Being Thin, Study Finds

Preschoolers want to be thin, study finds

Even 3-year-olds think being thin is in

Girls as young as 3 want to be thin, small study finds

Three-Year Old Girls Want To Be Thin

La prétendue urgence de lutter contre obésité galopante

Dossiers obésité infantile Vers un désastre

Cri d'alarme au congrès canadien de cardiologie

La malbouffe aussi dévastatrice que la nicotine

L'une des pires menaces à la santé

En 2005 aux États-Unis, l'obésité tuera plus que le tabac

L'obésité va peser sur l'espérance de vie

Halte à la malbouffe à l'école selon La revue du Liban

L'obésité des enfants, une «crise» mondiale

Les conséquences de la guerre à l'obésité

Malade à force de faire attention

Les filles de 15-20 ans, une «génération formatée maigreur»

Les régimes contre l'obésité sont inefficaces

Le contrecoup du discours anti-obésité

L'anorexie frappe au primaire

End the War on Obesity: Make Peace With Your Patients

Si l'entreprise commerciale Weight Watchers se dit qu'elle contribue à la réduction de l'épidémie d'obésité, il y a un problème là.

Weight Watchers est une méthode d'amaigrissement recommandée par le conseil du statut de la femme et par le fonds pour la promotion des saines habitudes de vie

Le contrôle de l'information pour donner l'impression d'une unanimité

Mise en demeure du Fonds Québec en forme

Plainte envers l'émission dimanche magazine diffusée le 16 janvier 2011. Santé- L'obésité des jeunes

Plainte envers l'émission L'épicerie diffusée le 13 octobre 2010. Dossier sur l'obésité

Plainte contre RDI santé du 21 avril 2010 pour prédiction astrologique anti-obésité

Plainte contre l'émission Découverte du 4 octobre 2009 à la télévision de Radio-Canada pour désinformation et démagogie

Plainte contre Simon Durivage (Radio-Canada & RDI) pour fausse allégation

Plainte envers le service des nouvelles de Radio-Canada au sujet du rimonabant

Radio-Canada se défend d'avoir fait de la publicité gratuite pour un commerce d'amaigrissement Malgré les évidences

Plainte contre l'émission Ma vie en main du 18 septembre

Radio-Canada embrasse l'explication génétique de l'anorexie

Une info-publicité pour la chirurgie bariatrique

L'extrémisme anti-obésité/malbouffe de Radio-Canada

Plainte envers l'émission Découverte à la SRC du dimanche 17 avril 2005

La mauvaise foi de Radio-Canada

Plainte et promesse de Radio-Canada


Les sujets précédents :
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2011, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.