Ni boulimiques Ni anorexiques, mais...
Revue Femme avril 2003 page 22

Sujet: Minceur! Mince alors


On peut y lire:

Certaines femmes entretiennent une relation conflictuelle avec la nourriture. En fait, elles souffrent de troubles alimentaires non spécifiques. Un mal flou et méconnu, mais pourtant très répondu.

Il y a 6 ans, Josie-Anne, 30 ans, s'est laissé tenter par un club d'amaigrissement bien connu pour perdre cinq livres en trop. Au programme: un plan alimentaire strict, des rencontres de motivation et des pesées hebdomadaires. Elle maigrit. Puis, une peine d'amour la fait décrocher. C'est alors que les vrais ennuis commencent. «Mes relations avec la nourriture se sont complètement corrompues après ce régime, témoigne la jeune femme. J'avais subi un véritable lavage de cerveau. Pour moi n'existaient plus deux catégories d'aliments: ceux qui étaient permis et ceux qui étaient interdits. J'avais perdu tous mes repères, ne sachant plus comment manger normalement.

Josie-Anne l'ignore encore, mais elle souffre d'un trouble alimentaire non spécifique (TANS), un ensemble de rituels et de lubies alimentaires difficile à diagnostiquer et à soigner car cliniquement inclassable: «Les femmes qui en souffrent développent toutes sortes de stratégies, explique Nathalie St-Amour. infirmière et directrice dans le traitement des désordres alimentaires. Elles se font vomir une fois de temps en temps, recrachent leurs aliments, abusent occasionnellement de laxatifs, se pèsent souvent, se préoccupent exagérément de leur silhouette, se voient plus grosses qu'elles ne le sont en réalité, ont des lubies alimentaires, suivent des régimes à répétition, etc. D'autres ont des "rages" d'exercice physique..."

Ces troubles affectent 7% de la population en général et 10% de la population étudiante. De plus, environ 9 malades sur 10 sont des femmes. Quoique les plus fréquents, ces cas «non spécifique» se retrouvent sur des listes d'attente dans les hôpitaux, très loin derrière ceux qui sont classés «anorexiques» ou «boulimiques» parce qu'on les estime moins graves. Pourtant, ils peuvent avoir des conséquences très sérieuses. «Si la personne se fait vomir, même épisodiquement, on peut observer à la longue une détérioration de l'émail des dents ou des dommages à l'œsophage et à  l'estomac, explique Mme St-Amour. Sur le plan psychologique, on note une profonde détresse, des états dépressifs, de la neurasthénie, de la fatigue, une faible estime de soi... La personne ne sent isolée et impuissante face à son problème. Souvent, elle a honte et n'ose pas parler à qui que se soit. «Et si l'on ne réagit pas à temps, les TANS peuvent conduire à l'anorexie (parfois mortelle) ou à la boulimie, formes extrêmes de la maladies.

À la source du problème: des modèles culturels qui valorisent la minceur. Les femmes qui se jugent sévèrement, sont insatisfaites de leur physique et se sous-estime s'avèrent les plus vulnérables. Perfectionnistes et cherchant l'approbation d'autrui, elles veulent maigrir. Or, toutes les études le prouvent, ce sont justement les régimes de privation qui déclenchent la maladie. «La plupart de nos patientes ont commencé par une diète banale, affirme MMe St-Amour. Petit à petit, ces femmes sont entrées dans un cercle vicieux en devenant dépendantes de règles alimentaires extrêmement  strictes. Elles craignaient de les abandonner par peur de perdre la maître de leur poids. Grâce à des programmes personnalisés, nous les aidons à reprendre confiance en elles et à cesser de dépendre de ces règles limitatives.» 

Heureusement, il existe des issues de secours. Le conseil du Dr Cheri K. Erdman, auteur de Ronde et épanouie (Éditions de l'homme): «Concentrez-vous sur la mise au point d'habitudes de vie saines, oubliez le pèse-personne et commencez à vivre la vie que vous souhaitez dans le corps que vous possédez.»

Mon commentaire

La revue «Femme» n'a pas de suite dans ses idées. Au mois de mars, elle nous parlait de  «Et si c'était vos émotions». Un article qui encourageait les femmes à la restriction alimentaires. La restriction alimentaire, les régimes et les diètes provoquent les désordres alimentaire dont celui qui est décrit dans cet article.

Le contraire de manger ses émotions, c'est la maîtrise ou le contrôle de sa prise alimentaire. Les femmes qui ont ce trouble alimentaire non spécifique (TANS) sont très loin de manger leur émotions. Elles comptabilisent chaque micro-calorie qu'elles ingèrent. Pourtant, elles sont le modèle type de la femme parfaite que cette revue valorise. La femme mince (poids santé IMC moins de 25) qui ne mange pas ses émotions afin de  le demeurer. En effet, la revue «Femme» comme toutes les revues pour les femmes ont comme mission d'aider les femmes à atteindre cette image de perfection. 

Comment une revue, qui encourage l'obsession de la minceur, peut s'intéresser aux désordres alimentaires sans se contredire et être prise au sérieux. En effet, 90% de leurs lectrices sont obsédées par leur poids, elles rêvent toutes un jour d'obtenir un corps mince et parfait. Par conséquent, aucune femme ne va tenir compte de cet article. Car aucune ne se verra au prise avec un tel désordre alimentaire. Moi, je n'ai pas ce problème-là, se diront-elles. 

La première réaction est de refuser d'admettre qu'on souffre d'un désordre alimentaire.

Il y a des femmes qui ont un désordre alimentaire épisodique. Qui souffre de ce désordre alimentaire (TANS) que moi j'appel la restriction alimentaire. Soit celles qui font un régime amaigrissant une ou deux fois par année, mais qui se nourrissent normalement entre-temps. Faire un régime, c'est entrer en désordre alimentaire volontairement. 

Perdre du poids, c'est la santé, disait-il. Mais, en vérité, la femme qui fait un régime amaigrissant se fragilise au niveau de sa santé mentale. Elle risque de tomber dans l'engrenage du désordre alimentaire. Donc en plus d'être inutile, parce que le poids perdu se reprend toujours, vous risquez de développer une maladie mentale.

Ce qui serait le plus efficace, pour aider les femmes avec leur image corporelle, serait de valoriser la beauté de la rondeur féminine. En d'autres mots, les revues féminines devraient n'avoir que des publicités et des reportages illustrés avec des femmes ayant des rondeurs. Et très important, de ne plus parler de méthodes pour perdre du poids. Mais, elles ne le feront pas parce que l'obsession de la minceur est payante. C'est ce qui les fait vivre. 

Complément d'informations:

Dossier sur l'anorexie 

Anorexie et désordres alimentaires :


Les sujets précédents :
Perdre du poids: une prévention efficace contre le cancer
Les femmes des chefs politiques
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2003, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.