La malbouffe aussi dévastatrice que la nicotine
Journal Le devoir du vendredi 6 février 2004 page 1

Sujet: Manigance des intégristes anti-obésité

On y lire:

«L'abus du sel peut entraîner des maladies mortelles.» «Les gras trans font mourir à petit feu.» «N'empoissonnez pas vos enfants avec le du sucre.» «Trop de sel, de gras saturés et de sucre tue chaque année l'équivalent d'une petite ville.» Ces messages, inspirés de ceux qui décorent les paquets de cigarettes depuis quelques années, l'Union des consommateurs rêve de les voir un jour apparaître sur un grand nombre «d'aliments malsains» vendus dans les supermarchés. Et les pouvoir sa publics devraient rapidement en faire une réalité, a affirmé hier l'organisme devant la commission parlementaire qui, depuis mardi matin planche sur la sécurité alimentaire.

En ce qui concerne la malbouffe, l'union des consommateurs n'y va pas avec le dos de la cuillère. «Il faudrait envisager des mesures aussi importantes que celles entreprises contre le tabagisme et viser des résultats plus rapides et probants que ceux obtenus jusqu'à présent contre le tabac, explique-t-elle dans le mémoire qu'elle a déposé hier devant les membres de la Commission de l'agriculture, des pêcheries et de l'alimentation. Après tout, il ne s'agit pas d'éliminer une industrie, mais simplement d'amener l'industrie à des changements importants.»

L'urgence est à la porte... des frigos et des gardes-manger...

Ces équivalents de la nicotine et du goudron dans le domaine de l'alimentation, Québec devrait dès à présent le prendre très au sérieux et «envisager par tous les moyens des façon de lutter contre eux», a expliqué Charles Tanguay, porte-parole de l'Union. 

Très cher, à cause des nombreuses maladies chroniques qu'ils engendrent. Avec, en tête, des maladies en pleine croissance dans l'hémisphère nord: les maladies cardiovasculaires, les cancers, le diabète et l'obésité, comme le révèle une vaste enquête menée conjointement par l'organisation mondiales de la santé (OMS) et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agricultures (FAO).

«La facture totale est énorme, commente M" Tanguay. Selon Santé Canada, les coûts de la Malbouffe se chiffrent à 6.3 milliards de dollars par année.»

Mon commentaire

C'est les intégristes anti-obésité qui sont en dessous de cette histoire de fou. Car, ils dépensent beaucoup d'énergie dans les relations publiques afin de convaincre tout le monde du bien-fondé de leur bad trip. Dans un premier temps, ils ont réussi à faire faire un débat, le 2 février sur la malbouffe, au musée de la civilisation. Qui en n'était pas un au bout du compte. La présentatrice de ce faux débat, a dit au début, que cela tombait bien, il sera une  introduction à la commission parlementaire sur la sécurité alimentaire.

Je ne comprenais pas le lien entre la sécurité alimentaire et la malbouffe. Car, le choix alimentaire d'une personne et la qualité des aliments, c'est deux choses complètement différentes. Mais, dans un deuxième temps, j'ai tout compris en lisant cette dépêche, le vendredi suivant. J'ai compris que les bozos de l'université Laval avaient choisi cette commission parlementaire pour faire passer leur message anti-obésité. 

Ils ont choisi d'utiliser des intermédiaires, pour diffuser leur message pro-industrie de l'amaigrissement. C'est une stratégie pour donner une image de crédibilité plus grande à celui-ci. « Ce n'est pas seulement nous qui le disons, se diront-ils.»  

Ils ont réussi à convaincre cet organisme. Je dirais plutôt, ils ont réussi à les convertir à leur doctrine, au point qu'ils en sont devenus des disciples. Ils en sont même devenus plus convaincus du message que ceux qui l'ont inventé.

Ces bozos ont détourné leur message anti-obésité, en passant par la malbouffe, pour le faire passer dans une commission parlementaire sur la qualité des aliments. Ici, c'est la malbouffe qui cause des maladies dont l'obésité. Mais, dans le message officiel anti-obésité, c'est l'obésité qui cause les maladies cardio-vasculaires et le diabète. Si les gens mangeaient mieux, ils ne deviendraient pas obèses. Pas d'obèse, plus de diabète et plus de maladies cardiovasculaire. Pour ainsi dire, ils ont juste inversé le message. Ça revient au même. 

Précisons, le message anti-obésité, ne concerne pas le comment faire un bon choix d'aliments, mais le comment faire pour ingérer le moins de calories. 

Finalement, comparer la bouffe à un produit toxique comme la nicotine, c'est une exagération qui n'a pas sa place. C'est vouloir impressionner pour attirer l'attention, cela ne représente nullement  la réalité. C'est complètement absurde et dangereux.

Complément d'information

La malbouffe aussi dévastatrice que la nicotine

La mémoire de UNION DES CONSOMMATEURS

Charles Tanguay est responsable des communications et chargé de projets, (ils n'a aucune compétence pour affirmer quoi que ce soit au sujet de la santé)

Avec les shérifs de la malbouffe

Communiqué de presse

Un ouvrage qui se lit comme un roman très noir à vous rendre anorexique.

Sisyphe - La malbouffe n'est pas toujours un choix personnel

L'idée d'associer l'obésité au danger du tabac ne vient pas d'eux

Junk food has an addictive quality similar to nicotine, the scientific evidence isn't there yet.

Telegraph | News | Junk food 'may lead to eating addiction'

CSPI: Food Equals Tobacco

Fat Tax Attack!

Obesity is the new tobacco, warns health group

USATODAY.com - Surgeon general: Obesity rivals tobacco as health ...

Obesity may overtake tobacco as leading killer

Salt Addiction

Autre

Should we be afraid to eat?

Demonising individual foods and brands is not the way to educate people to eat a healthy

He takes all the pleasure out of eating by scaring people and using terror tactics

Everything is killing you


Les sujets précédents :
Sonia Vachon se confie: «Parfois je me trouve laide et grosse» 
La nouvelle mode à Hollywood Être rondes, c'est mieux 
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2004, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.