Les Canadiens sont de plus en plus gros !
Journal de Québec jeudi 9 mai 2002 page 23

Sujet: À qui sa sert ? 

On peut y lire:

Ottawa (PC) - Bien qu'un nombre croissant de Canadiens se disent actifs au niveau physique, le problème de l'obésité gagne du terrain au pays, révèlent des données rendues publiques par Statistique Canada, hier.

Entre 1994-1995 et 2000-2001, la proportion des Canadiens adultes - âgées de 20 à 64 ans jugés obèses est passée de 13 à 15 pour cent, a fait savoir l'organisme fédéral, dont les conclusions sont fondées sur des données recueillies de septembre 2000 à novembre 2001, durant le premier cycle de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC).

Le nombre des adultes obèse a augmenté de plus de 500 000 pour s'établir à presque 2,8 millions pendant cette même période, ce qui représente une hausse de 24 pour cent. Cependant, cette augmentation est en partie attribuable au vieillissement de la population. L'évaluation de l'obésité menée dans le cadre de l'ESCC se fonde sur l'indice de masse corporelle, ... Si le résultat est de 30 ou plus, une personne est jugé obèse.

La croissance de l'obésité est évidente depuis le milieu des années 80, et elle est encore plus prononcée aux États-Unis, a mentionné é Art Salmon, de l'Institut canadien de la recherche sur la condition physique et le mode de vie.

«En réalité, nous devenons de plus en plus gros», a-t-il déclaré en entrevue.

«Cela va se poursuivre à moins que nous fassions plus d'activité physique et que nous freinions notre appétit pour la restauration rapide, à haute teneur en calories,» a-t-il ajouté.

Les maladies attribuables à l'obésité vont peser de tout leur poids sur le système de la santé, ces prochaines années, a outre affirmé M. Salmon. La tendance actuelle est plus prononcée chez les hommes que parmi les femmes, selon statistique Canada.

Mon commentaire

En janvier, on nous a parlé de l'augmentation de l'obésité chez les enfants et les adolescents, en mars, ils sont revenus encore avec cette augmentation de l'obésité chez les jeunes et au mois de mai ils nous reviennent, avec l'augmentation de l'obésité, chez les adultes. Ils nous reviennent avec ces statistiques bidon à tous les 2 ans au moins depuis 10 ans.

C'est comme avec les publicités de couches qui sont de plus en plus absorbantes à tous les 2 ans. Dans d'ici dix ans, si la tendance se maintient, 200 % des gens seront des obèses de 200 kilos.  Cela veut rien dire, c'est une astuce publicitaire pour faire du lobby auprès du gouvernement pour obtenir des subventions pour faire des recherches pour trouver la pilule miracle qui rendra encore plus riche l'industrie pharmaceutique.

Des statistiques qui font jouir les militants anti-obésité, ceux qui jouissent à dramatiser, à juger, à moraliser les personnes parce qu'elles n'ont pas un corps d'athlète. C'est grave, grave grave grave, ça coûte cher au système de santé, c'est, c'est....

Utilisons notre intelligence, comment devrions nous réagir à se faire dire et redire que le monde engraisse, que devons nous en penser, que devrions nous faire, comment cela devrait nous toucher, quel intérêt il y a de savoir cela, qu'est-ce que cela va changer dans la vie des gens ? 

Cela est utile à rien et à personne, sauf à fournir des arguments à l'industrie de l'amaigrissement pour se donner une image de sauveur, pour donner l'impression qu'il font quelque chose d'utile ou tout simplement pour justifier leur existence.

Santé Canada ne fait pas de statistiques sur les effets néfastes sur la santé des femmes de l'obsession de la minceur, pourquoi ?

Complément d'information

Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes: premier coup d'oeil


Les sujets précédents :
Un prof en forme
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2002, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.