En 2005 aux États-Unis, l'obésité tuera plus que le tabac
Journal La Presse mercredi 10 mars 2004 p.A4

          

Sujet: De la Junk science

On peut y lire:

L'obésité dépassera en 2005 le tabagisme comme principale cause de décès aux États-Unis, selon une étude du centres de contrôle des maladies d'Atlanta aux États-Unis. L'étude, publiée, hier sans le prestigieux Journal of the American Association (Jama),...

entre 1990 et 2000, la proportion des décès due au tabagisme a baisser de 19 % à 18.1%, alors que celle de l'obésité a grimpé de 14 % à 16,6%,selon les épidémiologistes du CDC. Environ 435 000 de 2,4 millions de morts l'an dernier aux États-Unis sont liées au tabagisme, contre 400 000 à l'obésité.

Plus difficile de légiférer

L'éditorial note que l'obésité est un problème pour l'organismes de santé publique, parce que ses causes sont plus difficiles à influencer par des lois, comme dans le cas du tabagisme, Les auteurs de l'éditorial, ...

Dans le Figaro, on s'exprime autrement que dans le Journal La Presse, ainsi :

Ainsi, le tabagisme serait responsable de 435 000 décès aux États-Unis et l'obésité de 400 000. En 1990, 300 000 décès étaient attribuables à l'excès de poids. Cette conclusion, aussi ahurissante qu'elle puisse être, mérite toute notre attention, car la France, à l'instar des autres pays européens, «colle» à l'évolution américaine en termes d'excès de consommation alimentaire et d'insuffisance d'exercice physique : le nombre de personnes obèses est en augmentation de 5% par an dans notre pays. «Les Américains doivent comprendre que le surpoids et l'obésité nous tuent littéralement, a déclaré Tommy Thompson, secrétaire d'État américain à la Santé. Le fait qu'un tiers des morts aux États-Unis chaque année soit lié au tabagisme, aux mauvaises habitudes alimentaires et à l'inactivité physique est à la fois tragique et inacceptable, car il s'agit de comportements largement évitables», a renchéri le docteur Julie Gerberding, directrice du CDC et cosignataire de ce travail publié le 10 mars dans le Journal de l'association médicale américaine (Jama).

Pour aboutir à une telle conclusion, les auteurs se sont penchés sur les causes de décès les plus fréquentes des Américains, 710 000 meurent d'atteintes cardio-vasculaires, 553 000 de cancers, 161 000 d'accidents vasculaires cérébraux... Et ils ont utilisé une modélisation pour mesurer le rôle de différents facteurs de risque dans la genèse de la maladie à l'origine du décès, tabac, obésité et inactivité physique, alcool... en tenant compte des centaines d'études épidémiologiques évaluant l'impact de ces facteurs sur la mortalité. Bref, au terme d'une cuisine statistique apparemment rigoureuse, ils ont réussi, à partir de la cause du décès, à extraire le facteur qui l'avait causé.

 Plus de 64% des Américains sont en surpoids, ...

Mon commentaire

Comme « La Presse » à une position pro-dramatision de l'embonpoint, il ne laisse pas ses lecteurs la moindre bride d'information qui pourrait les faire douter de cette étude complètement bidon. « N'en doutez point, c'est la pure vérité. »

Tandis que, le Figaro explique comment ils ont fait pour arriver à cette conclusion tirée par les cheveux. On comprend que personne ne meure d'obésité. L'obésité est peut-être un facteur, dans certains cas, qui contribue à l'apparition de maladies. Mais, même pour le tabac, une personne qui fume peut mourir d'une maladie cardiaque à cause d'un  facteur plus aggravant comme une faiblesse génétique héritée de ses parents. Le lien, cause et effet, n'est pas une chose évidente à faire.

Donc, cette étude est bidon, parce qu'elle ne fait pas la preuve que la personne a développé une maladie mortelle à cause et seulement ou principalement à cause de son embonpoint. Souvenons nous, ceux qui dramatisent, utilisent le mot obésité pour décrire tous ceux qui ne sont pas minces et athlétiques. Donc, leurs conclusions à cette étude et particulièrement la comparaison de l'obésité avec le tabac, s'imbriquent bien leur dérive démagogique. 

Ainsi, prenons 100 personnes décédées, selon les statistiques américaines, 64 d'entres elles avaient de l'embonpoint, 30 fumaient la cigarette, 30 prenaient plus de 2 consommations d'alcool par jour, 40 travaillaient trop (manque de sommeil), 45 avaient une prédisposition génétique, et ainsi de suite pour toute les facteurs de risque. Les facteurs de risques qui font qu'une personne développe une maladie mortelle sont multiples. 

Par conséquent, la question qu'il faut se poser et que cette étude ne semble pas tenir compte : « quel fut le facteur de risque le plus aggravant, parmi l'ensemble des facteurs de risques qu'une personnes pouvaient avoir avant son décès, provoqua sa maladie? »

De toute évidence, ils n'ont pas évalué le niveau de responsabilité de l'embonpoint. Ils ont tenu compte seulement des proportions. Logiquement, 64% des gens qui meurent, font de l'embonpoint. L'embonpoint est donc le facteur de risque qui est le plus commun ou qui se retrouve le plus fréquemment chez les personnes décédées. Conclusion facile, l'embonpoint est la cause la plus fréquente des décès. Ce qui est complètement absurde. 

C'est de la junk science, parce que c'est une manipulation de données statistiques dans le but d'influencer l'opinion publique. En effet, en ce moment, la mode est de s'attaquer à l'embonpoint et à la mal-bouffe. Cette préoccupation est motivée uniquement par l'argent. Car, l'industrie de l'amaigrissement fait des pressions pour qu'on en parle souvent, qu'on met une emphase sur ce sujet.

Complément d'information :

L'une des pires menaces à la santé  

L'histoire

POOR DIET AND PHYSICAL INACTIVITY MAY SOON OVERTAKE TOBACCO AS LEADING CAUSE OF DEATH IN U.S.

CNN.com - CDC: Obesity gains on tobacco as top death factor

Une vielle histoire, en 1999 c'était 300 000 milles morts, une augmentation de 100 000 morts ???

OnlineAthens: Health: Obesity now one of biggest killers

Critiques contre la position anti-obésité

Now lifestyle Nazis are coming after fat Americans.

Instead, the health researchers went for the sensational hit with absolutist warnings about risk, aiming to set the news agenda rather than open an intelligent discourse.

THE ESCALATION OF FOOD DEMONISATION IN 2004

Chipping away at liberty - The Washington Times: Commentary

Clearly, if paradoxically, the choice to restrict choices is a metachoice highly valued by many

Not only is it derived from weak or incomplete data, but it is also called into question by the methodologic difficulties of determining which of many factors contribute to premature death.”

This assertion extends the discredited claim that obesity kills 300,000 annually.

Overweight" people actually have an overall lower cancer risk than those in the government-approved "healthy" cohort.

Or is this just a case of “fat police brutality”?

Varia

Santé Canada - Les taux de tabagisme continuent de chuter

As stated in the beginning , 10 to 15 million American people were documented as being alcoholics


Les sujets précédents :
Les Américains sont de plus en plus gros et grands
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2004, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.