Sporty Spice: FAT and unhappy
Le journal Globe du 21 novembre 2000 en page 40

Sujet:Fausse interprétation

On peut y lire:

Beefed-Up Sporty Spice reveals that her desperate desire to fit in as a slim and sexy Spice Girl triggered a dangerous eating disorder and depression.

"I always felt not good enough, or pretty enough or I didn't have a good enough body to be a Spice Girl," confides the singer, real name Mel Chisholm.

Mel says she was driven to diet and exercise to excess in order to be thin.

The 26-year-old star reveals that most days of the week she ran six miles and worked out for up to three hours. On days she couldn't exercise, she wouldn't eat.

"Eventually, I was just living on fruit and vegetables, steamed or raw," says Mel. "There was no fat in my diet, no protein, no carbohydrates. I even stopped eating potatoes and didn't drink alcohol for three years. I was so severely underweight."

This year, Mel swung back heavily, piling 40 pounds on her 5-foot-7 frame - and leading cruel critics to dub her Fat Spice.

Spiraling into depression, she finally sought help and was prescribed the powerful antidepressant Prozac, in hopes it would end the deadly cycle of starving herself and binge eating.

Now, she admits she's still got some pounds to lose, but she feels better about herself and also is excited over the newly released Spice Girls album Forever.

"I'm not happy with my weight," Mel admits. "But I've got a healthier mind!"

Mon commentaire

Le choix du titre de cet article n'a pas de rapport avec la situation que Mel vit. Car l'idée principale de l'affaire, c'est qu'elle est mieux dans sa peau maintenant, parce qu'elle s'est sortie de l'enfer d'un désordre alimentaire.

Ceci constitue un manque de conscience concernant l'influence qu'ont les médias sur l'apparition des cas d'anorexie/boulimie. Écrire en plus, que quand elle était anorexique, elle était sexée et que maintenant, elle est traitée de grosse, c'est scandaleux. En effet, cela envoi aux jeunes femmes le message qu'il est mieux de persister dans leur désordre alimentaire que de se faire traiter de grosse.

Elle est heureuse d'être plus ronde, mais malheureuse de se faire traiter de grosse. C'est ce qu'il faut comprendre.

Si ce journal à potin avait eu une conscience humanitaire, il n'aurait pas été contradictoire dans le traitement du cas de Mel. Il aurait profité de son histoire pour sensibiliser la population dans le but de prévenir l'apparition de cas d'anorexie.

En d'autres mots, dénoncer la norme minceur et les pressions du monde artistique mis sur les femmes artistes pour qu'elles demeurent minces. Ce qui a comme conséquence de donner des modèles à suivre qui engendre une obsession de la minceur dans la population féminine.

En résumer, Mel est devenue anorexique, parce qu'il était important d'être mince pour faire partie du groupe Spice Girls. Elle s'est tellement fait souffrir, qu'elle en a fait une dépression! Et maintenant, elle a compris que, pour le bien de sa santé mentale, il est préférable de vivre avec les rondeurs que la nature lui a données.

L'histoire de Mel confirme ce que je pense : "la rondeur féminine favorise une bonne santé mentale".


Les sujets précédents :
Fat poeple don't go to heaven
Juliette revient
The Skinny on Carnie Wilson
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2000, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.