Les enfants et le caroube 
Journal Le Soleil jeudi 5 octobre 2006 actualité p. 20

Sujet: La gestapo radio-canadienne

On peut y lire:

Que mangent nos enfants dans les garderies à 7$?

Enfants Québec et L'Épicerie ont décidé de faire enquête: 100 centres de la petite enfance (CPE) ont été joints, 30 ont répondu. Les résultats de ce sondage seront diffusés ce soir à Radio-Canada (19h30) et publiés dans le numéro de novembre du magazine.

Et comme vous vous en doutez, on vous dira que la situation n'est pas glorieuse. La nutritionniste responsable du projet n'a particulièrement pas aimé, par exemple, que la moitié des garderies serve régulièrement de la friture et des charcuteries. Et encore moins le fait qu'elles ne mettent pas de légumes au menu tous les midis.

Mon commentaire

Nous faisons face ici à du fascisme anti-obésité/malbouffe de radio-canada. Cette attitude s'explique par le choix politique éditorial du service des nouvelles de Radio-Canada qui consiste à refuser de parler des opinions divergentes sur ce sujet. Les journalistes de Radio-Canada, lorsqu'ils parlent de l'obésité/malbouffe,  ils ne veulent pas informer les gens mais diriger l'opinion publique.

Ils prennent tellement au sérieux leur rôle de sauver l'humanité du fléau de l'obésité, qu'ils se permettent l'inacceptable. En partant, en utilisant le pouvoir des médias pour manipuler l'opinion publique, ils ne respectent pas l'éthique journaliste. Là, avec cette enquête sur la malbouffe dans les garderies, Radio-Canada monte d'un cran leur effronterie. Pour ainsi dire, le service des nouvelles de Radio-Canada s'est donné le rôle de la police de la malbouffe. 

Ainsi, la gestapo anti-malbouffe radio-canadienne a fait une enquête dans les garderies pour faire peur au monde des garderies et à la population en général. C'est carrément de l'intimidation crasse. «Ne donnez pas de malbouffe à vos enfants, si non on va vous dénoncer sur la place publique». Dans leur reportage, ils laissent sous-entendre que de donner de la malbouffe aux enfants, c'est une façon de les maltraiter. Ce genre d'enquête, à la sauce policière, contribue à diaboliser encore plus les aliments qui ont un bon goût. 

Wow là! Ça fait! Il ne faut pas prendre les gens pour des imbéciles irresponsables. On sait quoi manger pour être en santé. Il est impossible qu'une garderie nourrisse mal leurs enfants. Une garderie battrait leurs enfants avant de les mal nourrir. Faire manger des beignes aux enfants, ce n'est pas un crime violent, ni une négligence. D'ailleurs, qu'est-ce que de la malbouffe? C'est éminemment très subjectif. Alors, juger la qualité d'une personne par ce qu'elle mange, c'est inacceptable. 

Il y a eu les écoles, maintenant les garderies à qui, ils vont s'en prendre après ça. Vont-ils mettent des caméras de surveillance dans les centres d'achat pour surveiller ce que mangent les femmes qui allaitent leur enfant et celles qui sont en sainte ? Le jour est proche où on va nous emprisonner parce ce qu'on c'est fait prendre à manger une patate frite, si on ne réagit pas à cette stupidité.

Complément d'information

L'histoire

Les enfants et le caroube

Junk food in childcare centre: is Saint-Laurent an exception?

Scientists Reveal Eating Junk Food During Pregnancy Could Up Obesity Risk

Critique

Bring back junk food, Moose Jaw students ask

It has to do with trial lawyers, intrusive government, personal responsibility and freedom.

Children mark opposition to school junk-food ban

Junk food policy is pushed too far for some parents

Rich schools reject junk food rules

This food fascism is a direct assault on our freedom of choice over our own diets.

Deux mère en colère

Elle était encore en couches pour sa première frite  


Les sujets précédents :
La rondeur dans l'actualité des mois passés

[Accueil] - [Contact]

Copyright © 2005, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.