«Quand la beauté devient payant...»
Journal le Soleil, lundi 26 juillet 2004 page c1

Sujet: Beauté discriminatoire

On peut y lire:

Serait-t-il artificiel de croire qu'une belle personne puisse être avantagée dans sa carrière? La beauté physique ne passe pas inaperçue ; elle suscite la sympathie et l'écoute, mais de surcroît, elle favorise certaines personnes au chapitre de l'employabilité et de la rémunération.

Les belles personnes ont effectivement plus de chance d'être embauchées que les laides car la beauté joue un rôle décisif lors de la première impression. C'est du moins ce que révèle une étude pilotée par Christine Forget, chargée de cours en management à l'université Laval. La beauté serait une sorte de capitale humain que le marché du travail reconnaît financièrement.

«La plupart des gestionnaires nient que la beauté est un critère d'embauche, mais inconsciemment ils sont toujours influencés», dit celle qui a étudié un échantillon de 183 futurs patrons, tous étudiants à la maîtrise en administration en affaires.

Les réalisations passées sont beaucoup plus importantes, estime Bernard Labrecque, président de Laurendeau Labrecque-Ray & Berndtson... Si la personne a un surplus de poids, on va toutefois se demander si elle est dynamique.

Mais, concède-t-il, dans les domaines des cosmétiques, des vêtements de griffe ou bien de représentation à la télévision, les personnes doivent être sveltes, en forme et en santé.

Pourtant, une belle femme a 8.7% plus de chances d'être embouchée que celle qui est moins belle, précise Mme Forget. Au profil professionnel peu intéressant et équivalent, la belle femme obtient en moyenne une prime de 26% sur le salaire par rapport à la personne laide. Si l'on compare cette dernière à une candidate aussi peu doué et mais dont la photo n'est pas dans le dossier, la personne laide recevra 2465$ de moins sur son salaire annuel.

L'étude a davantage mis en relief la beauté féminine - définie par les traits du visage et le poids - car celle des hommes présentait une différence peu significative. 

Chez l'homme, la grandeur constitue l'un des principaux critères de beauté. Par contre, l'obésité d'un homme d'âge mûr n'entraîne pas de pénalité salariale. Pour un poste de cadre supérieur, par exemple, il y aurait une prime de 33% sur le salaire pour un candidat masculin âgé entre 51 et 65 ans et obèse.

Par un «effet de halo», les gens ont souvent tendance à croire que la beauté est un gage de réussite. «Nous établissons inconsciemment un lien entre la beauté et le rang social ou la réussite, comme si les gens de statut social élevé étaient beaux«, indique Jean-François Amadieu dans son livre Le Poids des apparences.  

Vers le texte de son étude.

Mon commentaire

Cette étude vient confirmer la perception ou le sentiment que toutes les femmes ont au sujet du jugement que les autres portent sur leur apparence physique. Par ailleurs, les femmes sont continuellement interpellées par la beauté. 

Si les gens ne porteraient pas de jugement sur la beauté des femmes, les femmes s'intéresseraient moins à la beauté. Par contre, celle-ci constitue un aspect intimement lié à la psychologie féminine.

Ainsi, elle fait partie du patron de comportement sexuel de la femme. La pulsion sexuelle des femmes les pousse à vouloir séduire les hommes. Elles veulent attirer le regard des hommes sur elles. Le sentiment de pouvoir plaire aux hommes est très important pour une femme qui a une vie sexuelle active.

Théoriquement, on ne devrait pas mélanger compétence professionnelle et sexualité. On n'engage pas une femme comme animatrice à la télévision pour sa capacité d'avoir des relations sexuelles. Mais, cela semble être le cas... 

Les critères de beauté en vogue dans la société viennent brouiller les cartes. Évidemment, les questions de beauté vulnérabilisent les femmes. Alors, on mise sur cette vulnérabilité pour s'amuser à discriminer les femmes selon un critère de beauté très restrictif. Ainsi, le seul qui définit la beauté, c'est la minceur. Si tu n'es pas mince, tu as aucune chance. Tu es une défavorisé esthétique. Tu es exclue du club prestigieux des belles femmes. Tu es une moche invétérée et incurable.

Les femmes sont victimes d'une forme de discrimination des plus implacables qui soit. Une discrimination sauvage et inhumaine, car les femmes sont incapables de se défendre face à celle-ci. En effet, en contestant cette discrimination, la femme placerait son intimité sexuelle sur la place publique. Preuve que les femmes sont vraiment démunies, la discrimination morphologique n'a pas été intégrée dans la charte des droits de la personne du Québec

Pourtant, cette discrimination fait beaucoup plus de victimes que celle basée sur l'orientation sexuelle. À cause de cette discrimination, une grande majorité de femmes sont complexées, mal dans leur peau et insatisfaites d'elles même. Par conséquent, elles deviennent des proies faciles pour l'industrie de l'amaigrissement. 

En conclusion, la beauté n'est pas réservée qu'aux femmes délicates. Des moches, il y en en dans toutes les catégories de poids. Je dirais même qu'il y a plus des pétards parmi les femmes de taille plus. Alors...

Complément d'informations:

Les femmes interdites de télévision à Jalalabad  

Le congédiement de Sylvie Bouchard -- L'hôtel Lindbergh débouté

Des politiciens accusent Pop Idol de privilégier l'image au talent

Autres

Report on Discrimination Due to Physical Size 

THE STIGMATIZATION OF WOMEN OF SIZE 


Les sujets précédents :
Heavy cost of fat
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2004, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.