Rapprochement payant avec les gais
Journal de Québec, lundi 31 juillet 2006 page 26

Sujet: Le marché du dénigrement de soi

On peut y lire:

Les entreprises qui ignorent les consommateurs gais se privent d'importants rentrées d'argent.  «Les gens achètent là où ils se sentent bien et là où ils se reconnaissent », rappelle Louise Chernin directrice de la plus importante chambre de commerce gaie des États-Unis, la GSBA, à Seattle.

Ainsi, il y a fort à parier que les entreprises qui affichent leur ouverture aux gaies gagneront leur respect et leur porte-monnaie.

« C'est une communauté sophistiquée et riche qui dépense beaucoup. Ce serait fou de passer à côté, » résume Mme Chernin. 

Équipe dédié LGBT

American Arlines a été la première entreprise Fortune 100 à embaucher une équipe responsable de bâtir des liens avec la communauté LGBT (lesbienne, gaie, bisexuelle). C'était il y a 12 ans. chaque année, le transporteur aérien verse plus d'un demi-million de dollars américains en commandites pour se «rapprocher», des LGBT.

À la Banque TD, l'ouverture aux LGBT vise deux objectifs : que notre banque soit accueillante pour les employés et les clientes», a expliqué  Al Ramsay, responsable des relation avec la communauté et du développement des affaires à la banque TD.

Mon commentaire

Les femmes de taille plus constituent aussi un marché cible très rentable. Ce marché est exploité à son maximum, mais de la mauvaise façon. Ainsi, on exploite le dénigrement de soi des femmes. On fait fortune, en abusant de la faible estime de soi et du sentiment de honte des femmes, en rapport avec leur apparence physique. 

Le vide n'existe pas au niveau de l'argent. Les femmes ont de l'argent et de l'argent, c'est fait pour être dépenser. Cela fonctionne comme avec les vases communicants. Les femmes dépensent leur argent vers ce qu'on leur propose comme produits et services. Malheureusement, tout ce que l'on leur propose est méprisant et irrespectueux envers ce qu'elles sont. Car toute l'économie tourne autour à maintenir les femmes dans l'obsession de la minceur.

L'industrie de cinéma, de la télévision, de la mode et de la musique poussent les femmes à penser qu'elles devraient perdre du poids. L'industrie de l'amaigrissement n'a qu'à les cueillir comme des fruits mûrs. Ensuite, ces entreprises utilisent leur fortune pour renforcer les femmes dans l'obsession de la minceur en finançant la recherche sur l'obésité entre autres. Ainsi, le lobby anti-obésité/malbouffe n'a d'autre but que de maintenir les femmes plus profondément dans l'obsession de la minceur.

Puis à chaque fois qu'une femme achète un billet de cinéma ou tout bien de consommation dont on utilise une femme mince pour en faire la promotion contribuent à son propre endoctrinement pro-minceur. En d'autres mots, elle finance son conditionnement à s'auto-dénigrer.

En comparaison, dans le principe de séduire le marché cible des gaies et lesbiennes,  il y a le concept de respect de leur communauté. Pour qu'ils se sentent bien et qu'ils se reconnaissent, ils doivent se sentir valorisés et respectés. Une entreprise qui afficherait ouvertement son opinion anti-gaie ne pourrait pas espérer vendre quoique ce soi à cette communauté. Les gaies et lesbiennes ne veulent pas se faire dire qu'ils ont une maladie et qu'ils doivent se faire soigner. Paradoxalement, c' est tout le contraire avec les femmes, plus on les cale plus on fait de l'argent avec elles.

Par exemples, avec 500 000 DVD intitulé «plus ferme que jamais», cela démontre que l'estime de soi de Québécoises est à son plus bas. Une femme qui a un faible estime d'elle-même n'exige pas d'être respectée. Et, avec SOS beauté, on valorise le fait que les femmes se dénigrent. Le dénigrement de soi dans cette émission constitue une vertu.  En ce sens qu'il constitue une motivation à "se prendre en main" pour entreprendre un régime amaigrissement. 

Qu'est-ce qui va faire changer cette situation ? Qu'elle est l'astuce qui va faire que les femmes vont commencer à exiger d'être respectées ? L'astuce est de contribuer au financement de la fondation belles rondeurs que j'ai crée récemment. Une action d'affirmation de soi. 

Complément d'informations:

L'histoire

Montréal, capitale de la business gaie

Montréal, capitale de l'argent rose

Une fondation pour les gaies

Émergence et pourquoi une fondation pour les femmes rondes ?

Le dénigrement

Aujourd’hui, c’est une image virtuelle qui obsède les femmes

Les gaies s'affirment

Les gais et lesbiennes ont plus de place dans notre télé  

Un organisme culture gai  

Lancement d'une chaîne gay

Les marché potentiel des femmes de tailles plus

GEORGEA KOVANIS: Plus size gets bigger

PLUS-SIZE GOES E-TAIL

32 Billion Plus-Size Clothing Movement Flourishes

Plus-size shopping with Mackenzie Carpenter chat transcript

These wannabe stars are going to be big


Les sujets précédents :
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2006, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.