Le « Guide alimentaire » subit une cure minceur
Journal le Soleil du mardi 11 avril, 2006 p.A10

Sujet: Le fruit des intégristes anti-obésité 

On peut y lire:

La nouvelle version du Guide alimentaire canadien proposera de manger bien, mais de manger moins. Les portions quotidiennes recommandées y ont été réduites comparativement au guide actuel qui date de 1992. Une mesure pour s'adapter au rythme de vie plus sédentaire des Canadiens.

Plutôt que de manger entre cinq et 12 portions de produits céréaliers, le nouveau Guide recommande maintenant aux femmes d'en consommer entre six et sept portions par jour. Les hommes peuvent en manger une de plus.

«Une grande majorité de Canadiens ne sont pas assez actifs», dit la nutritionniste de Santé Canada, Chantal Martineau, pour expliquer cette baisse.

Le comité qui a travaillé sur le nouveau guide souhaitait éliminer les grands écarts entre le nombre minimal et maximal de portions suggérées.

Les hommes et les femmes ont désormais des recommandations différentes pour cinq périodes de leur vie: l'âge préscolaire, l'enfance, l'adolescence, l'âge adulte de 19 à 50 ans, puis pour les plus de 50 ans. Le tableau est plus complexe, mais plus précis.

«Avec un bon repas de poisson, on prend facilement toutes les portions quotidiennes recommandées», s'inquiétait Thérèse Desrosiers, professeur au département de nutrition de l'Université Laval qui assistait hier à la présentation des nutritionnistes de Santé Canada. Un homme qui s'achète un grand berlingot de lait au chocolat de 500 ml vient aussi de consommer d'un coup sa ration quotidienne de produits laitiers.

Des sons discordants

Le nouveau Guide alimentaire doit être prêt pour l'automne. Le groupe de Santé Canada était de passage dans la région de Montréal hier pour présenter une version préliminaire.

Des professionnels de l'alimentation présents dans la salle ont trouvé plusieurs faiblesses au document, mais personne pour appuyer la théorie du Dr Yoni Freedhoff. Ce spécialiste de l'alimentation lançait tout un débat en février dernier en affirmant que la nouvelle version du Guide favoriserait l'obésité plutôt que de la prévenir.

Dans un article du Journal de l'Association médicale canadienne, il déplorait notamment le manque d'information sur les bons et les mauvais gras.

«On ne peut pas vraiment dire aux gens: vous pouvez manger des chips une fois par semaine!» dit Chantal Martineau, responsable de la révision du Guide. Les nutritionnistes de Santé Canada ont préféré éliminer la catégorie «autres aliments» pour se consacrer aux quatre groupes de base: les légumes et fruits, produits laitiers, viandes et substituts ainsi que les produits céréaliers. En contrepartie, le Guide contient désormais des capsules d'information, dont une sur les matières grasses, ce qui le fait passer de deux à huit pages.

En présentant son ébauche, Santé Canada reçoit surtout des commentaires des lobbies de l'industrie agroalimentaire. La représentante des Producteurs laitiers du Canada s'inquiétait hier qu'on retrouve désormais le lait de soya enrichi à côté du litre de lait. La représentante de la Fédération des producteurs de bovins, du fait qu'on ne parle pas du tout du veau. Et la représentante des producteurs de canneberges déplorait qu'on passe sous le silence les vertus du petit fruit rouge. Le groupe est mieux de se préparer: il reste Calgary, Regina et Winnipeg sur la liste des villes à visiter en consultation. Les producteurs de boeuf ne verront certainement pas d'un très bon oeil la réduction à 50 grammes pour chaque portion de viande. Elle est présentement de 50 à 100 grammes, ce qui laisse plus de jeu aux bons mangeurs.

Pour les gens de l'industrie, les recommandations du guide sont extrêmement importantes: le Guide alimentaire canadien est le document le plus distribué par le gouvernement du Canada, après les formulaires d'impôts.

Mon commentaire

Le guide alimentaire canadien était très bien comme il était. C'est sous la pression des intégristes anti-obésité/malbouffe qui est venue l'idée de le changer. Cela, non pas dans un but de s'assurer d'ingérer tous les éléments nutritifs pour être en santé. Mais bien pour inciter les gens à moins manger dans le but de réduire le taux d'obésité dans la population. Ce qui est un objectif ridiculement impossible à réaliser. Cela va seulement contribuer à terroriser encore plus les gens avec les histoires de l'obésité.

Modifier le guide alimentaire canadien a seulement, ici, un objectif symbolique. La symbolique est d'amener la lutte à l'obésité à un niveau de reconnaissance encore plus grand. C'est le message que cela envoi qui importe pour eux et non ce que cela va produire comme effet. Cela va-t-il vraiment contribuer à faire maigrir les gens ou empêcher les jeunes d'engraisser ? Non, c'est absolument impossible. 

Et, ils le savent très bien. Souvenons-nous que l'objectif des intégristes anti-obésité est de mettre de la pression sur les femmes afin qu'elles prennent une décision de dépenser de l'argent dans une méthode pour perdre du poids. Plus la lutte à l'obésité s'intensifie, plus elle se donne une image de crédibilité, plus cela fait de la pression.

Un guide alimentaire ne doit pas être utilisé par un groupe de pression pour servir leurs propres intérêts. On pointe l'industrie alimentaire comme groupe de pression. Mais, on ne mentionne pas que les intégristes anti-obésité de l'université Laval et compagnie constituent aussi un groupe de pression. Cela donne l'impression que la lutte à l'obésité constitue une chose aussi normale et naturelle que de respirer de l'aire pour vivre.

Si le gouvernement modifie leur guide alimentaire pour plaire aux intégristes anti-obésité, va-t-il en faire un pour plaire à ceux qui veulent prévenir le cancer par les aliments, un pour plaire à ceux qui pensent que la santé passe par le végétarisme ou un pour plaire aux amateurs de la nourriture macrobiotique. et quoi encore. C'est complètement absurde.

On ne fait pas un guide alimentaire pour correspondre aux croyances d'un groupe de pressions. Est-ce que croire que la santé passe par une perte de poids et les restrictions alimentaires va améliorer la santé  de la population ? 

Un guide alimentaire se doit d'être bref et concis. Il doit se limiter à indiquer le minium de portions des 4 groupes d'aliments que nous devons ingérer à chaque jour afin d'aller chercher tous les éléments nutritifs pour nous maintenir en santé. Dans le nouveau guide alimentaire on veut imposer des maximums de portions à ingérer. Ceci constitue une erreur grave. On ne peut pas empêcher les gens de manger à leur faim. Car, il est plus nuisible de se forcer à moins manger que d'avoir bonne appétit. Cela à cause du risque de carence alimentaire. 

Finalement, le renouvellement du guide alimentaire canadien, dans le seul optique d'encourager les gens à moins manger, aura une conséquence néfaste sur les jeunes femmes. Vue l'obsession de la minceur, cela les encouragera encore plus à se priver. Ce qui les amènera à développer un désordre alimentaire.

Complément d'informations:

L'histoire

Cure minceur pour le Guide alimentaire

Nouvelle version du Guide alimentaire

La principale nouveauté visera à contrer l’obésité.

Guide alimentaire canadien pour manger sainement

Le guide alimentaire Français

C'est seulement les femmes dans 95% des cas qui consultent le guide alimentaire

Si sur le site de santé canada on peut lire : «En effet, nombre de femmes restreignent continuellement leur alimentation pour rester sveltes. Elles mettent souvent leur santé en péril par le biais de la malnutrition, la privation, les crises de gloutonnerie, le tabagisme et l'excès d'exercice physique pour perdre du poids.» Nous pouvons affirmer que la modification du guide alimentaire canadien dans un but de réduire l'épidémie d'obésité entre contradiction ave leur message.

Vouloir faire moins manger les gens ne fera pas moins manger les hommes, mais rendra les femmes plus obséder par la minceur que jamais.

Du guide alimentaire canadien à l'Obsession du «bien manger», l'orthorexie, il n'y a qu'un pas.

Ni boulimiques Ni anorexiques, mais...

AVEZ-VOUS PEUR DE MANGER ?

Le contrecoup du discours anti-obésité  

Le guide alimentaire canadien comme nouvelle méthode d'amaigrissement à la montignac


Les sujets précédents :
En couple, les femmes additionnent les kilos
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2006, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.