L'exercice négligé par les ex-obèses
Journal de Québec, Nouvelles, dimanche 24 mai 2015, p. 18

Les personnes qui pensent au brochage d'estomac, veulent perdre du poids sans faire d'effort.

Pour voir l'image plus grande

Sujet: Fausses représentation et banalisation

On peut y lire:

PLUS DE 75 % DES GENS OPÉRÉS NE FONT AUCUN EFFORT POUR NE PAS REPRENDRE LES KILOS PERDUS

PLUS DES TROIS QUARTS DES PERSONNES QUI SUBISSENT UNE CHIRURGIE BARIATRIQUE POUR MAIGRIR NE FONT PAS LES EFFORTS SUFFISANTS POUR NE PAS REGAGNER LES KILOS PERDUS APRÈS L'OPÉRATION, D'APRÈS UNE ÉTUDE MONTRÉALAISE.

«Ces résultats sont préoccupants, car ils indiquent que ces patients risquent de reprendre du poids, au point de redevenir à risque de diabète ou de maladies cardiovasculaires, ce pour quoi ils ont justement été opérés», explique Ryan Reid, doctorant à l'Université McGill.

Le phénomène est d'autant plus inquiétant que, pour lutter contre l'obésité morbide, l'État investit de plus en plus dans les chirurgies bariatriques.

Leur nombre a bondi de 90 % en 10 ans, souligne le chercheur en kinésiologie.

M. Reid a étudié une centaine d'ex-obèses qui sont passés sous le bistouri à l'Hôpital Royal Victoria, à Montréal.

Parmi eux, 88,5 % des femmes et 84,2 % des hommes faisaient moins que les 10 000 pas par jour recommandés pour être considéré comme «actif».

Pour remédier au problème, il recommande de doter les patients de podomètres, mais aussi de les inciter à faire de leur environnement direct leur lieu d'exercice. Éviter l'ascenseur, se stationner plus loin, marcher pour aller à la pharmacie sont autant de petits gestes qui permettent de bouger sans effort.

Mais pour en faire des habitudes de vie, le soutien d'une équipe comprenant un psychologue et une nutritionniste, mais aussi un kinésiologue, est essentiel, estime M. Reid. «Je n'y arriverais pas seule, j'ai besoin d'aide», renchérit M me Felteau.

Mon commentaire

Les personnes qui envisagent se faire arracher une partie de leur estomac vivent avec une pensée magique. Elles voient cette intervention chirurgicale comme miraculeuse. Elles pensent que cela va les guérir de leur obésité une fois pour toute et surtout qu'elles n'auront plus d'effort à faire pour perdre du poids.

En effet, l'argument qui les aide à prendre la fatale décision de subir cette mutilation physique est le fait qu'elles ont tout essayé pour perdre du poids et ont toujours repris le poids perdu. Elles voient dans la chirurgie bariatrique l'ultime moyen de perdre du poids de manière permanente.

Les personnes qui pensent au brochage d'estomac, veulent perdre du poids sans faire d'effort. Elles veulent vivre en ne se préoccupant plus de leur poids. Elles rêvent d'une vie parfaite sans complication, sans effet secondaire, sans sensation désagréable et sans inconfort. Elles rêvent, elles idéalisent.

Les chirurgiens n'informent pas adéquatement leurs victimes. Ils ne font rien pour défaire leur pensée magique ou pour briser leur rêve. Ils désinforment et banalisent le brochage d'estomac.

Si les futures victimes sauraient vraiment ce que leur vie serait après la chirurgie, cela leur ferait changer d'idée. Elles ne se feraient pas brocher leur estomac. Les chirurgiens ne disent pas tout de peur de décourager leurs futures victimes. Ils veulent se pratiquer et peaufiner leur technique.

La souffrance est mauvaise conseillère. Une personne qui souffrent risque plus de prendre de mauvaises décisions et elle est plus sujette à se faire manipuler, tromper et abuser. C'est très difficile d'être rationnel lorsqu'on souffre. La souffrance morale est un terreau fertile pour faire naître des pensées magiques.

Les chirurgiens aident-ils, dans le processus de la prise de décision avec leurs futures victimes, à voir plus claire et à prendre une décision plus rationnelle ou abusent-ils de leur vulnérabilité en banalisant pour les convaincre? Je pense que ceux-ci abusent de la situation.

Le brochage d'estomac est seulement une autre sorte de régime. Cela n'a pas pour but de guérir une maladie mais seulement d'empêcher la personne de manger. Comme avec tous les régimes, avec l'estomac broché la reprise de poids est presque aussi certaine.

Finalement, après être broché la personne se voit obliger de faire des efforts juste pour réussir à survivre. Les efforts à faire sont même plus importants que pour faire un régime standard. Les personnes, qui voulaient se faire brocher l'estomac pour facilité leur vie, sont très déçus.

Le gouvernement devrait mettre un embargo sur la chirurgie bariatrique dès maintenant. C'est une intervention barbare et complètement inutile.

Je dénonce le brochage d'estomac depuis mes débuts sur internet, il y a bientôt 20 ans de cela. Je suis encore le seul qui critique publiquement cette mutilation au Québec. Pourquoi cette indifférence, cette insouciance, ce laisser faire et cette inconscience?

Pourquoi le sens critique, pour cette opération, est inexistant?

Pourquoi n'y a-t-il pas de voix discordante qui se prononce?

Pourquoi aucun médecin gastro-entérologue vient sur la place publique exprimer leur opinion sur le brochage d'estomac?

L'histoire:

L'exercice négligé par les ex-obèses

Encore grosse, malgré sa chirurgie bariatrique

Obésité. L'emballement pour la chirurgie

Dossier : les dérives de la chirurgie de l'obésité

Chirurgie de l'obésité : les médecins alertent sur les dérives !

Congrès national sur l'obésité Un médecin somme Québec d'agir

Nouvelle taille, nouvelle vie

Mise en demeure de Dr Gaétan Barrette


Les sujets précédents :
La clinique santé Revivre dans la mire des diététistes
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright© 2015, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.