Obésité et mémoire ne feraient pas bon ménage 
Journal de Québec mardi 10 octobre 2006 p. 30

Sujet: La démagogie anti-obésité extrême 

On peut y lire:

Obésité et mémoire ne font pas bon ménage, selon une étude de l'Inserm et du CNRS qui compare les performances intellectuelles de personnes en situation d'obésité et des personnes dites normales.

Surveiller son poids pourrait notamment permettre de garder une bonne mémoire, selon une étude menée par deux équipes de chercheurs de l'Inserm et du CNRS. Les personnes minces ou qui ont un poids normal réussissent mieux les tests de mémoire et d'attention que les personnes en situation d'obésité, ont constaté ces chercheurs.

ont analysé l'indice de masse corporelle et les performances dans des épreuves de mémoire, d'attention, et de vitesse de traitement des informations sur une population de 2.223 hommes et femmes de 32 à 62 ans.

Cette étude est parue le 9 octobre 2006 dans la revue Neurology.

Le lien entre l'obésité et les fonctions cognitives pourrait s'expliquer par l'action de substances sécrétées par les cellules adipeuses sur le tissu neuronal ou par les conséquences vasculaires de l'obésité, déjà mises en cause dans certaines démences.

L'Inserm et le CNRS précisent que ces résultats doivent pour l'instant être interprétés avec prudence. Ces travaux permettent toutefois d'entrevoir la possibilité de prévenir le vieillissement de la mémoire en agissant précocement sur les différents facteurs de dérèglement du comportement alimentaire et du métabolisme.

Mon commentaire

Là, il n'y a vraiment aucune raison pour que les femmes continuent de tolérer d'être ronde. Ouf! Un bel exemple de l'effet qu'un préjugé peut avoir sur le choix d'un sujet de recherche. Le préjugé qui pousse les intégristes obésité/malbouffe à agir est celui de dire que l'obésité/embonpoint est le plus grave des problèmes de santé qui soit. 

Ce préjugé sous-entend une haine envers les personnes plus enveloppées. Les intégristes anti-obésité/embonpoint sont tous minces et athlétiques. Ils accordent tous beaucoup d'importance au fait d'avoir un ventre plat et ferme. Ils se sentent tous supérieurs face aux personnes qui font de l'embonpoint. Ils sont très condescendants. Une femme intégriste anti-obésité/embonpoint est habituellement une obsédée de la minceur. Et l'homme intégriste anti-obésité/embonpoint méprise les femmes rondes.

Par réflexe, il est normal pour eux de choisir, dans ce contexte, des sujets de recherches dans le but de prouver à eux-mêmes la véracité de leur préjugé. La tendance humaine est de rendre pathologique tout ce qu'on n'aime pas. Exemple, un médecin qui dirige ses fantasmes sexuels que sur les femmes petites et délicates. Quand une femme ronde entre dans son bureau de consultation, il a le réflexe d'essayer d'y trouver des maladies. Elle peut entrer voir un tel médecin pour une infection aux oreilles et sortir de son bureau de consultation avec un diagnostic de diabète.

Les intégristes anti-obésité/embonpoint se dressent une liste de toutes les maladies et dysfonction possibles et impossibles pour l'associé à l'obésité. Tandis que les hommes chercheurs qui préfèrent sexuellement les femmes rondes ont tendance à trouver des sujets de recherches pour prouver qu'elles ont en parfaite santé.

Il est très méprisant d'avoir pensé d'associer la sénilité à l'embonpoint. Ils ont réussi, par leurs efforts intenses de relation publique, de diaboliser l'obésité/embonpoint. Il peuvent se permettre de faire cette association sans peur de provoquer une controverse comme, avec le cas de l'émission «Tout le monde en parle» avec l'allégation du doc Mailloux qui disait que les noirs sont moins intelligents. Les gros sont dans le péché. On peut donc se permettre de les insulter et d'être intolérant. Un jour on va pouvoir les tuer pour épurer la race, tant qu'à y être.   

Une association d'idées qui peut amener au dérapage suivant: Les femmes rondes sont moins intelligentes. Pourquoi les femmes ne sont-elles pas encore toutes minces après tous les efforts qu'ils ont faits pour nous faire peur avec l'épidémie d'obésité? Elles ne sont pas assez intelligentes pour comprendre leur message. Mince, belle de et intelligente. Ronde, moche et sénile.

Complément d'information

L'histoire

Obésité et mémoire un mauvais mariage

Troubles cognitifs et obésité : le lien se précise

Obésité rime avec sénilité !

Obesity brain decline

Study Finds Obesity Could Lower IQ

Obesity May Be Linked to Cognitive Decline in Women

Un excès pondéral pourrait accroître les risques de maladie d'Alzheimer chez les femmes

Critique

Perdre du poids: une prévention efficace contre le cancer 

L'obésité augmenterait les risques de malformité à la naissance

Perdre du poids améliorerait les relations sexuelles, selon une étude  

Actualité: L'obésité de la mère est dangereuse pour le bébé

Obesity, prejudice and epidemiological trends

Even Doctors Have Obesity Prejudice

Obesity: Pain and Prejudice

Why Most Published Research Findings Are False

Being targeted by stereotypes and prejudice affects self-control and academic performance

Prejudices about and Incidence of Obesity

OBESITY RESEARCH

Deconstructing Media Misinformation


Les sujets précédents :
La malbouffe et les garderies
La rondeur dans l'actualité des mois passés

[Accueil] - [Contact]

Copyright © 2005, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.