Pour combattre l'obésité
Rendre l'aliment santé sexy

Journal de Québec lundi 15 août, 2005 page 27

Sujet: La stupidité mythique

Montréal - Jamais l'information sur la nutrition n'a été aussi accessible, mais pourtant, le nombre d'obèses n'en finit plus d'augmenter. Le problème, selon une chercheure : notre cerveau est instinctivement programmé pour saliver devant des aliments gras et sucrées.

«En dépit de tout ce que nous savons, nous sommes davantage attiré par un morceau de chocolat que par une bonne salade», observe la chercheure en psychologie du comportement Laurette Dubé.

Pourquoi la zone du plaisir du cerveau réagit-elle ainsi? Au moment où Santé Canada nous apprend que le taux d'obésité au Canada a doublé chez les adultes et triplé chez les enfants depuis 25 ans, la question que soulève la professeure d'Université MgGill dans ses travaux de recherche est pertinent.

«Nous sommes des machines programmées pour le plaisir. Il ne suffit pas de dire: je suis raisonnable pour bien manger, ça ne marche pas comme ça», lance-t-elle en riant.

La réponse impulsive aux aliments est une nouvelle piste intéressante pour aborder l'obésité, croit Laurette Dubé. Selon elle, plus un aliment santé est associé au plaisir et facile d'accès, plus la réponse du consommateur sera favorable.

Réconfort psychologique

Le stress quotidien joue un rôle, croit la chercheure. «Souvent, les aliments sont une source de réconfort psychologique. Pour gérer leurs émotions, bien des gens consomment de la nourriture riche en calories.

Montignac et les émotions - Le livre de Madeleine Houle

Kilos en trop et si c'était vos émotions 

Entrevue exclusive - Elle affiche 30 livres de moins "Je ne mange plus mes émotions..." Ginette Reno

Contrairement à ce que certains pourraient croire, les hommes choisissent des aliments moins riches que les femmes lorsqu'ils mangent pour calmer leurs émotions, soutient Laurette Dubé.

Des trucs pour résister aux mauvais aliments

- Créer un environnement où il est facile d'avoir accès aux aliments sains. «Mettre sur la table un plat de cerises de France est aussi attrayant qu'un Whippet au chocolat», plaide Laurette Dubé.

- Comprendre le mécanisme qui nous pousse à consommer des aliments gras ou sucrés peut nous aider à contrôler ce qu'on mange.

- En période de stress intense, l'attrait de la malbouffe est plus puissant. C'est tout notre style de vie qu'il faut revoir.

- Il faut enrober de plaisir les aliments santé. On soigne la présentation, on mélange les textures, on essaie d'être plus créatif.

Mon commentaire

Cette Laurette Dubé constitue un dommage collatéral des pressions médiatiques que font les intégristes anti-obésité. Elle s'est sûrement dit : «voilà un secteur d'étude très à la mode, je vais sûrement avoir beaucoup de succès».

En fait, toutes les personnes qui manquent d'imagination, d'esprit critique et surtout d'intelligence embarquent bêtement dans la voie tracée par les intégristes anti-obésité. Des suiveuses, qui ne veulent pas faire d'efforts pour comprendre vraiment la situation. Elles cherchent plutôt à obtenir de l'argent et non la vérité. En effet, l'obésité est le domaine de recherche où il est le plus facile d'obtenir des subventions.

Quand on crée un faux problème, comme celui de l'obésité, on arrive avec des théories et des idées qui sont complètement farfelues. Lorsqu'une personne a des préjugés, sur les personnes qui font de l'embonpoint exemple, elle dirige ses réflexions et ses recherches pour tenter inconsciemment de valider à elle-même ses propres préjugés. De préjugés, découlent aussi des stupidités.

Le préjugé le plus fort et le plus répandu, c'est de dire que les personnes qui font de l'embonpoint sont incapables de s'arrêter de manger. Elles auraient un appétit insatiable. Si elles mangeraient "normalement", elles seraient minces "comme tout le monde". 

L'idée stupide, d'essayer de contrecarrer la tendance à vouloir manger gras et sucré, découle directement de ce préjugé. Ils vont réussir à réduire l'augmentation de l'obésité en empêchant les gens de manger leurs émotions ou d'utiliser la nourriture pour se réconforter. Cela n'a aucun maudit bon sens. Elle en fume du bon. Ce n'est pas possible, manger devrait provoquer de la souffrance pour être considérer santé???

En effet, il n'existe pas d'aliments qui soient mauvais pour la santé. Nous sommes attirés à manger gras et sucré parce que cela est parfaitement normal et intelligent. Car, ces deux types d'aliments sont à la base de l'alimentation. À la base, l'alimentation, nous sert à nous fournir de l'énergie. C'est avec le gras et les sucres (simples et complexes) où nous puisons la majorité de nos calories dont nous avons besoin pour faire face adéquatement aux stress de la vie. 

C'est logique de vouloir mangé gras et sucré, quand on a besoin d'énergie.

Manger, constitue le besoin à combler le plus essentiel après respiré. Plus le besoin est essentiel pour la survie de corps, plus elle est source d'anxiété. En d'autres mots, souffrir de la faim, c'est ce qui produit le plus d'anxiété. Et vice versa, manger c'est ce qui fait le plus baisser notre niveau d'anxiété.

Il est donc parfaitement normal et incontournable que manger nous réconforte. On ne peut pas choisir d'utiliser la nourriture pour se réconforter ou pour ne pas se réconforter. Cela nous réconforte automatiquement. Quelqu'un qui mange sans ressentir une sensation de réconfort ou qui ne veut pas ressentir le réconfort que la nourriture lui procure souffre d'une psychose. C'est à un stade avancé de l'anorexie.

Manger, c'est réconfortant, si on a réellement besoin d'énergie. Manger, même si on n'a pas faim, ça ne réconforte pas. À chaque fois qu'on comble un besoin on a une sensation de réconfort. Il ne peut pas y avoir un problème là.

Il est sain de rechercher le plaisir dans tout et surtout dans l'action de manger. Car, à chaque fois que l'on vit un moment de plaisir, cela signifie une baisse de notre niveau d'anxiété. Et, plus on est en mesure de faire baisser notre niveau d'anxiété plus on est, en bonne santé mentale.

Cette psychologue en ne voyant que le danger que la nourriture représente dans "la propagation de l'obésité", en démonisant les aliments gras et sucrés et en associant le plaisir de manger à quelque chose de malsain. nous démontre son incompétence totale et entière. Ou ben dont, elle est au service des intégristes anti-obésité et indirectement à celui de l'industrie de l'amaigrissement. 

Complément d'informations:

L'histoire

Manger doit rester un plaisir

Programme PORT - Laurette Dubé bio

Institut Danone - Danone Institute Elle est associée à un compagnie qui encourage les femmes à devenir anorexique L'anorexie et la boulimie frappent de plus en plus jeune & Grâce au produit Silhouette de Danone les os de ma cage thoracique sont bien visibles Ce qui prouve que seul l'argent l'intéresse.

Une taille de guêpe ! >>

http://www.silhouetteetmoi.ca/

On continue de manger gras et sucré  

La santé mentale et les rondeurs

LES RONDEURS ET LA SANTÉ MENTALE


Les sujets précédents :
Les «Miss» déplorent n'être vues que comme des corps
Beautés désespérément anorexiques
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2005, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.