L'anorexie et la boulimie frappent de plus en plus jeune
Journal de Québec du dimanche 24 mars 2002 p.39


Publicité pour le yogourt Danone Silhouette

Sujet: À qui la faute ?

On peut y lire:

Les troubles alimentaires comme l'anorexie et la boulimie frappent maintenant de plus en plus tôt, certaines victimes n'ayant que 8 ou 9 ans.

Ce douloureux constat est fait par le pédiatre Jean Wilkins, responsable de la clinique des troubles alimentaires de l'hôpital Sainte-Justine. «Certaines petites filles s'installent bien dans la maladie et souvent plus elles sont jeunes, plus l'approche est longue et difficiles», constate-il», constate-t-il.

La demande de soins pour les jeunes victimes est telle qu'il doit composer avec une liste d'attente de trois semaines pour obtenir un rendez-vous.

L'an dernier, 140 jeunes filles de 12 à 18 ans ont dû être hospitalisées à cause de troubles alimentaires. Fait encore plus inquiétant, on a hospitalisé pour la première fois une jeune fille de 11 ans. La demande en clinique externe pour les moins de 12 ans est également en hausse. «Environ 80% d'entre elles règlent leurs problèmes à l'adolescence, mais 20 % tombent dans la chronicité», soutient-il.

Quatre ans de privation

Selon le docteur Wilkins, la durée moyenne de la maladie est de quatre ans, mais peut aller jusqu'à neuf ou dix ans dans les cas les plus extrêmes. La difficulté avec ce type de la maladie, c'est que les victimes ne se considèrent pas malades.

«Il faut parfois qu'elles soient poussées dans notre bureau», dit le spécialiste qui compare cette à la toxicomanie. La boulimie ou l'anorexie viennent souvent combler un vide affectif.

Faites un régime

Certains aspects externes peuvent également accentuer le problème. Les immenses panneaux publicitaires que l'on voit présentement aux quatre coins de la ville et sur lequel on lit «L'été approche, faites un régime» en sont un exemple. «Ça favorise des troubles de conduite alimentaire comme la boulimie plutôt que l'anorexie ou l'alimentation restrictive», conclut-il.

Selon le pédiatre Jean Wilkins, l'anorexie touche maintenant des fillettes aussi jeunes que 8 ou 9 ans.

Éviter la culpabilisation

Les troubles alimentaires peuvent devenir un véritable calvaire pour toute la famille d'une malade.

«Les parents se demandent souvent ce qu'ils ont fait», dit le docteur Jean Wilkins, qui donnait cette semaine une conférence pour les familles des victimes à l'hôpital Ste-Justine.

Selon lui, il faut éviter de culpabiliser et plutôt mettre tout en oeuvre pour aider son enfant. «Je dit toujours que ce sont des poupées de porcelaines. Il faut faire attention de ne pas les échapper», dit-il.

Contrôler sa nourriture

Selon lui, les jeunes filles malades tendent souvent de prendre le contrôle en cuisant des plats faibles en calories ou en réduisant les quantités. Ce contrôle, qui se fait aussi dans le plusieurs aspects de la vie familiale, a un effet rassurant sur les victimes qui sont souvent des jeunes filles performantes et très perfectionnistes.

Mon commentaire

Les cas d'anorexies s'expliquent de quelle manière ? L'anorexie est-elle une maladie mentale génétique comme l'est la schizophrénie ? Ou, l'anorexie est-elle une maladie mentale induite par un contexte social ?

L'anorexie est trouble de l'anxiété. L'anxiété est la forme de trouble mentale qui est la plus généralisée dans la population. Tout le monde fait de l'anxiété. Mais, il y a des personnes qui sont plus capables de gérer leur anxiété que d'autres. Ces dernières sont plus susceptibles de perdre le contrôle, quand elles sont placées dans une situation anxiogène.

Les anorexiques sont victimes d'un contexte social anxiogène qui est celui de l'obsession de la minceur. La minceur, c'est ce qui est le plus magnifique, c'est ce qui est le plus important pour une femme dans la société. Une mince, c'est une reine, une princesse, un ange. une déesse. Tandis, qu'une rondelette, c'est une abomination, un déchet humain.

Une jeune femme qui a besoin d'attention, qui a besoin d'être aimée et qui est en manque d'amour. Resté mince, serait-il un moyen d'atteindre cette objectif? «Correspondre à l'idéal social, lui attirera cet amour tant rechercher, se dit-elle». L'anorexie un cri d'amour?

Pour réduire les cas d'anorexie, il faut créer un contexte sécurisant pour calmer l'anxiété des adolescentes. 

D'accord, les parents ne doivent pas se sentir coupables de l'anorexie de leur enfant, mais ils en sont  responsables par contre. Les parents doivent reconnaître leur part de responsabilité dans l'anorexie de leur fille. Ils se doivent d'analyser le contexte familial qu'ils lui offrent. Est-il sécuritaire et accueillant ? Pour venir en aider à leur fille anorexique, il faut commencer par éliminé les sources d'anxiété dans les rapports familiaux.

Y a-t-il dispute, manque d'attention, abus, etc ? Mais le plus important, c'est de savoir si la mère est obsédée par la minceur, suit-elle des régimes et aime-t-elle son corps. La haine des rondeurs, ça se transmet de mère en fille. Une mère bien dans sa peau et qui aime ses rondeurs, cela donne la bon exemple. Cela crée un contexte familial qui aidera la jeune femme à ne pas devenir anorexique.

La société doit aussi reconnaître sa responsabilité dans l'apparition des cas d'anorexies. Cette reconnaissance passe en premier par une remise en question que doivent faire les médias concernant leur choix de la minceur comme unique modèle de beauté féminine.

Il faut que la société prenne conscience du rôle que les médias ont dans l'établissement une bonne santé mentale chez les jeunes femmes. Le casting minceur, n'a d'autre fin que celui de répondre à un choix esthétique arbitraire. La télévision n'a pas juste un rôle de divertissement, mais aussi un rôle social. Elle diffuse des modèles de femmes que les jeunes filles essaient de correspondre. La télévision doit diffuser des femmes avec des morphologies variées, pour permettre aux jeunes femmes de choisir celle qui lui ressemble le plus. 

La rondeur doit redevenir à la mode. elle doit être perçue comme normale et esthétique. 

Sentir que son corps est normal, correct et conforme aide à faire baisser l'anxiété chez une jeune femme. Elle mérite d'être aimée, elle mérite l'amour. 

Deuxièmement, considérer l'obsession de la minceur comme le problème de santé mentale numéro un auprès des jeunes femmes. Les médias doivent cesser de mettre l'emphase sur le faux problème de la supposée épidémie d'obésité. 

Il faut, avoir des artistes porte paroles d'organismes venant en aide aux anorexiques. Il faut plus d'argent pour leur venir en aide. Il faut en parler plus régulièrement dans les bulletins de nouvelles et les émissions d'intérêts publics.  

Et finalement, il faut voir plus de femmes taille plus dans les médias.

«Il faudrait interdire les fabricants d'aliments de faire la promotion d'un de leur produit en misant sur l'obsession de la minceur comme avec le yogourt Silhouette de Danone. Alors, n'achetez plus de produits de cette compagnie, elle n'a aucune conscience sociale. Elle ne mérite pas d'être en affaire.»

Faut-il boycotter Danone?
Je boycotte Danone
Jean Coutu une autre entreprise sans moral

Complément d'informations
Society and Culture
Info on Anorexia : Peace, Love, and Hope
Exploring the role society and the media play in the development of an Eating Disorder
The Role Family History Plays
SOCIETY IS SENDING ALL THE WRONG MESSAGES TO YOUNG GIRLS STRUGGLING WITH THEIR SELF-IMAGE
Dying to be thin: The prevention of eating disorders and the role of Federal policy.
What causes eating disorders ?
Media blamed for increase in Anorexia and Bulimia
A Cross-Cultural Examination of Anorexia Nervosa and - View as HTML
Eating disorders: a transcultural perspective
Disordered Beauty: Anorexia at Beauty Worlds:
03/02/97 -- Features: Thin Obsession, Fat Opression


Les sujets précédents :
"Je me suis fait brocher l'estomac"
Problème de poids
Grand sondage exclusif plus de 40 000 personnes se prononcent les plus belles têtes du showbiz québécois
Barbie's plus size rival kicks butt!
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2002, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.