Sucre et tabac, même tactique
Journal de Québec, mercredi 12 août 2015, p.40

Sugar Coated n'est pas un documentaire mais, un info-pub pour l'opinion du Docteur Robert Lustig.

Pour voir l'image plein grandeur

Sujet:L'arme fatale

On peut y lire

L'INDUSTRIE DU SUCRE AURAIT CACHÉ DES ÉTUDES TRAITANT DE SES EFFETS NOCIFS ET LE LIANT À DES MALADIES CHRONIQUES

L'INDUSTRIE DU SUCRE AURAIT UTILISÉ LES MÊMES MÉTHODES QUE CELLES DE L'INDUSTRIE DU TABAC POUR FAIRE CROIRE À LA POPULATION QUE LE SUCRE N'EST PAS NOCIF POUR LA SANTÉ, RAPPORTE UN DOCUMENTAIRE-CHOC À L'AFFICHE DANS LES PROCHAINS JOURS.

Le sucre pourrait être le grand responsable de l'épidémie de diabète, d'obésité et de maladies cardiovasculaires au cours des 30 dernières années.

L'industrie du sucre en aurait été bien consciente depuis les années 1960, mais aurait tout fait pour cacher ses conclusions afin de sauver cette industrie, dénonce le documentaire Sugar Coated.

La réalisatrice Michèle Hozer se base sur des documents internes de l'Association américaine du sucre, datant de 1959 à 1971. Ces informations tenues secrètes ont été retrouvées par la dentiste Cristin Kearns dans une usine désaffectée d'une compagnie de produits sucrés de l'époque.

«Il y a plus de 1500 documents qui montrent les techniques de relations publiques pour essayer de détourner l'opinion publique sur les effets du sucre», explique la réalisatrice.

Déjà, à cette époque, les scientifiques s'inquiétaient des effets de sa consommation importante. La FDA (l'équivalent américain de Santé Canada) songeait même à le retirer des aliments considérés comme «sécuritaires».

AUTRE COUPABLE

L'industrie se serait alors lancée dans une campagne de financement d'autres études pour essayer de discréditer celles qui pointaient du doigt le sucre, apprend-on dans le documentaire. Ils ont réussi à trouver un autre responsable: le gras.

Ces techniques ne sont pas sans rappeler celles utilisées par l'industrie du tabac. «Dès que tu mets le doute, les gouvernements n'agissent plus. Ils ont créé le flou autour de la dangerosité et ont dit qu'il n'y avait pas assez d'études qui prouvaient que ça pouvait rendre accro», soutient Mme Hozer.

Le New York Times rapportait d'ailleurs lundi que Coca-Cola a offert un soutien financier à une organisation qui prône l'activité physique plutôt que les bonnes habitudes alimentaires.

Mais selon les spécialistes interrogés dans le documentaire, le sucre est consommé en trop grande quantité et les effets nocifs sont bel et bien réels. Les sucres libres comme le fructose, que l'on retrouve dans les boissons, sont considérés comme les plus «toxiques», puisqu'ils inondent le foie.

- - -

CE QU'ILS ONT DIT

«LES DÉBATS QUE NOUS AVONS AUJOURD'HUI SUR LES EFFETS RÉELS DU SUCRE SUR LA SANTÉ, NOUS AVIONS LES MÊMES DANS LES ANNÉES 1960-1970»

-MICHÈLE HOZER, AUTEURE DU DOCUMENTAIRE

«CERTAINES CALORIES CAUSENT DES MALADIES PLUS QUE D'AUTRES PARCE QU'ELLES SONT MÉTABOLISÉES DIFFÉREMMENT. LES SUCRES SONT DES CALORIES TOXIQUES»

-ROBERT H. LUSTIG, MÉDECIN (PROPOS RAPPORTÉS DANS LE DOCUMENTAIRE)

«LES BOISSONS SUCRÉES SONT DE VÉRITABLES FLÉAUX. L'IMPACT EST RÉEL ET SA CONSOMMATION DEVRAIT ÊTRE TAXÉE COMME LES CIGARETTES AFIN DE MONTRER QUE C'EST DOMMAGEABLE»

-CORINNE VOYER, COALITION QUÉBÉCOISE SUR LA PROBLÉMATIQUE DU POIDS

«LE SUCRE EST BEAUCOUP TROP PRÉSENT ET ON NE PEUT NIER QU'IL EST LIÉ À DES PROBLÉMATIQUES DE SANTÉ QU'IL FAUT ENRAYER»

-GENEVIÈVE NADEAU, NUTRITIONNISTE

- - -

Les effets du sucre

Les cas d'obésité ont doublé, passant à 600 millions en 30 ans

Les cas de diabète ont triplé, passant à 347 millions en 30 ans

La place des produits transformés et sucrés dans notre alimentation a doublé, passant de 11,6 % à 21,3 %.

Les Nord-Américains consomment en moyenne 19,5 cuillères à thé de sucre par jour. (Maximum recommandé: 6 à 12)

Les adolescents canadiens en consommeraient de 30 à 41 cuillères par jour.

74 % des produits préparés vendus en épicerie contiennent du sucre ajouté.

Le sucre apparaît sous 56 noms différents dans les produits transformés.

Mon commentaire

Avec ce film, la guerre contre le sucre est passé d'hystérique à schizophrénique.

L'industrie du sucre aurait utilisé des techniques de relations publiques pour essayer de détourner l'opinion publique sur les effets du sucre. Premièrement, l'industrie du sucre cela n'existe pas, c'est une métaphore pour qu'on fasse un lien avec l'industrie du tabac.

Il existe bien une industrie de l'alimentation mais, elle ne constitue pas un bloc uni. Ce sont des entreprises privées qui sont en compétition entre elles. En utilisant, le terme «industrie du sucre», on veut nous laisser l'impression qu'il y aurait un cartel, une association de malfaiteurs qui font tout pour nous vendre de plus en plus de sucre.

Comme pour le commerce de la drogue, l'industrie du sucre nous aurait induit une dépendance au sucre pour faire fortune. C'est complètement absurde.

La drogue sous-entend une dépendance et la dépendance ne sous-entend pas nécessairement à la drogue. Il y a deux types de dépendances soit: celle biochimique (physique) et la celle psychologique. La dépendance physique s'explique par une substance chimique qui se lie à des récepteurs au cerveau. Une substance chimique qui modifie aussi l'état de conscience.

Le cerveau a comme source unique d'énergie le sucre. Celui-ci ne modifie pas notre état de vigilance ou de conscience. Il n'y a pas de récepteur sucranique dans le cerveau comme il y a les récepteurs nicotiniques avec le tabac.

Nous avons une dépendance physique au sucre pour notre survie et non pour obtenir un état modifier de notre état de conscience (dépresseur ou stimulateur).

Une drogue est une drogue quand elle est associée à des récepteurs du cerveau et quand elle agit sur l'état de conscience.

Avec la dépendance psychologique, le fait de combler un besoin naturel ou artificiel, comme avec une drogue, a un effet calmant. On est tous dépendant psychologiquement des choses qui nous calment.

Une drogue est une drogue quand elle constitue un besoin artificiel et a un effet calmant quand on la consomme.

La dépendance psychologique au sucre (aux aliments) ne fait pas du sucre une drogue. Comparer le sucre à une drogue fait partie d'une technique de relation publique pour essayer manipuler l'opinion publique. On veut diaboliser le sucre.

Ce documentaire nous monte un bateau pour nous faire croire à un complot. Ce film entre dans une stratégie globale de relations publiques pour déaboliser le sucre en espérant que cela va endiguer la prétendue épidémie d'obésité. Ils se disent sûrement: «on va tellement leur faire peur avec le sucre qu'ils vont tous arrêter dans manger». En d'autres mots, ils veulent mettre toute la population sur la diète.

Ce documentaire veut nous faire croire que l'«industrie du sucre» a utilisé des techniques de relations publiques pour essayer de détourner l'opinion publique sur les effets du sucre. Nous aurions été victimes d'une machination diabolique.

Soulever l'idée qu'on nous aurait caché la vérité sur le danger du sucre est une technique pour nous faire croire à une vérité hors de tout doute possible. C'est mettre l'emphase sur un possible complot pour nous détourner de notre attention du raisonnable. C'est nous mettre de la poudre aux yeux. C'est pour nous éblouir.

C'est une technique de vente qu'utilise les vendeurs d'automobiles véreux. «Cette voiture a appartenu à un curé.» ou «Il y en a déjà un qui est intéressé de l'acheter». L'acheteur devient émotionnel, il perd sa capacité d'être rationnel.

Pour ne pas se faire embarquer par cette technique de manipulation, il faut analyser ce film en raisonnant. En utilisant son intelligence on réalise que les arguments qui y sont amenés ne tiennent pas debout. Ce film n'est qu'absurdité et démagogie.

Le sucre est un constituant fondamental dans l'alimentation humaine. C'est l'aliment de base nécessaire à notre survie. Notre corps a besoin d'énergie en tout premier lieu. Le sucre se compare à l'eau et à l'oxygène pour nous maintenir en vie. Il est absurde de remettre en question sa nécessité comme fait ce film.

Un documentaire exprime toujours une prise de position. Mais, ici la réalisatrice Michèle Hozer, n'a pas exprimé une opinion qu'elle aurait adoptée. Elle a répondu à une commande. Elle a été achetée pour faire ce documentaire et faire croire que c'est une initiative personnelle ou que l'idée vient d'elle.

En fait de compte, ce film a été entièrement scénarisé par l'équipe d'extrémistes anti-obésité du Docteur Robert Lustig. En effet, Robert Lustig est omniprésent dans ce pseudo-documentaire. On défile tous ses arguments et allégations. Sugar Coated n'est pas un documentaire mais, un info-pub pour l'opinion du Docteur Robert Lustig.

N'oublions pas que la guerre contre l'obésité (sucre) est financé par l'industrie de pharmaceutique.

Complément d'informations:

L'histoire

DOCUMENTAIRE Sucre et tabac, même combat ?

Le sucre est-il le nouveau tabac?

L'industrie du sucre comparée à celle du tabac

«Sugar Coated»: le sucre est-il le nouveau tabac? (VIDÉO)

DOXA 2015 Trailer - Sugar Coated

Sugar Coated

Sugar Coated, un documentaire au goût amer

Un si doux poison

Les tactiques de l'industrie du sucre

L'émission l'Épicerie et le sirop d'agave

L'émission l'Épicerie et le sirop d'agave Pour la France

Santé: haro de l'OMS sur les sucres cachés

Les dangers du sucre

En 2005 aux États-Unis, l'obésité tuera plus que le tabac

De l'incohérence à l'émission l'Épicerie SRC

Plainte contre Les années lumières du 16 août 2015 « Coca-Cola, sucre et éthique »

Plainte contre l'émission l'Épicerie du 1 juillet 2015 - Santé, le sirop d'agave?

Plainte contre l'émission l'Épicerie du 8 octobre 2014 - Le mystère de l'orthorexie


Les sujets précédents :
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2014, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.