Les dangers du sucre
Journal de Québec samedi 25 avril 2015 p.1

RICHARD BÉLIVEAU est un anti-social parce qu'il est incapable de s'arrêter sur ce qui fait souffrir les femmes.

Sujet:Délirant, Quebecor en pleine psychose paranoïaque

On peut y lire:

Les dangers du sucre

Le sucre va-t-il vous tuer?

Cahier spéciale de 12 pages

Nous avons la dent sucré. Trop. Les spécialistes Richard Béliveau et Isabelle Huot expliquent pourquoi nous devons réduire notre consommation du sucre.

Défi santé
Nous buvons trop de boissons gazeuses et de jus de fruits, nous mangeons trop de beignes, de muffins et de gâteries.

Trop, c'est trop
Nous consommons une moyenne de 40 kg de sucre par an. Chez les ados, on parle de 63 kg de sucre par an. L'Organisation mondiales de la santé (0MS) recommande de réduire de beaucoup l'apport en sucre dans notre alimentation. Selon l'OMS, on devrait limiter notre consommation de sucres libres ou cachés à moins de 10% de ka ration énergétique journalière. À quoi correspond cette recommandation? En fait, 10% corresponds à 200 calories sous formes de sucre, soit 50 grammes de sucre (ou 12 c à thé de sucre). Pour les enfants, on parle de 5% de l'apport quotidien.

Recommandation forte de l'0MS 9.14 kg
25 g /jour 6c à thé de sucre 9,13 kg

Recommandation générale de l'0MS 18.25 kg
20 g /jour 6c à thé de sucre 19 kg

Malade de sucre
Maryse Cormier adore le sucre. Passionnément. À la folie. Des rages insoutenables et un surplus de poids inquiétant l'ont obligée à sa battre contre cette dépendance qui minait de plus en plus sa santé.

Une assiette moins sucrée en quatre étapes.
ISABELLE HUOT

1. Prendre conscience

2. Déchiffrer les étiquettes

3. Faire les bons choix

4. Cuisiner à la maison

Des risques énormes.
RICHARD BÉLIVEAU DOCTEUR EN BIOCHIMIE COLLABORATION SPÉCIALE

Nous consommons des quantités faramineuses de sucre.

Autre fois utilisé avec parcimonie,(fausse allégation) le sucre est devenu un des principaux ingrédients de l'alimentation moderne. Presque rien n'y échappe, qu'il s'agisse des céréales, collations, pains, vinaigrettes, sauces ou yogourts, surtout lorsque ces produits sont proposés dans une version «faible en gras»: un simple yogourt à 0% de matières grasses peut contenir jusqu'à cinq cuillerées à thé de sucre!

Chaque jour, un Canadien moyen consomme l'équivalent de 26 cuillères à thé de sucre, une quantité 4 fois plus élevée que celle recommandée par l'Organisation mondiale de la santé (6 cuillères à thé).

PROBLÈME DE SANTÉ

La recherche a clairement montré que cette surconsommation de sucre est en voie de devenir un des principaux problèmes de santé publique du XXIe siècle.(fausse allégation)

Obésité, maladies cardiovasculaires, diabète, cancer, cirrhose du foie, certaines formes de démence, toutes ces pathologies sont très souvent des conséquences directes des bouleversements métaboliques provoqués par un excès de sucre dans l'alimentation.(fausse allégation)

Pour l'industrie alimentaire, le sucre n'est qu'un ingrédient qui sert à améliorer le goût et la texture de leurs produits afin d'augmenter les ventes et les profits.(fausse allégation)

Pour le consommateur, cet excès de sucre peut s'avérer catastrophique pour sa santé, car le métabolisme est complètement inadapté à cette surabondance d'énergie.

Avant qu'il ne devienne le tabac du XXIe siècle, il faut donc mieux comprendre ce qu'est réellement le sucre et les énormes risques que sa consommation excessive pose sur notre santé.

Pour réduire son apport en sucre, le meilleur moyen demeure de se tenir aussi loin que possible des produits industriels, qu'ils soient diètes ou non, et de cuisiner soi-même ses repas.

Et surtout éviter à tout prix les boissons gazeuses !(fausse allégation)

Une drogue dure ?
RICHARD BÉLIVEAU COLLABORATION SPÉCIALE

Dans les cas les plus extrêmes, notre amour du sucre développe une dépendance.

Plusieurs études ont clairement établi que l'activation des circuits cérébraux de la récompense par le sucre présente de grandes similitudes avec celle provoquée par des drogues. Par exemple, des animaux ayant le choix entre une boisson sucrée et une dose intraveineuse de cocaïne montrent une préférence pour le sucre.

Chez les humains, il semble que certaines personnes qui consomment fréquemment des aliments sucrés (la crème glacée, par exemple) deviennent tolérantes au sucre, c'est-à-dire qu'elles doivent surconsommer à répétition du sucre pour obtenir la satisfaction recherchée. Puisque la tolérance face à une substance est une caractéristique bien connue de la dépendance aux drogues, plusieurs chercheurs ont proposé que la surcharge en sucre pourrait être addictive et induire, chez certaines personnes, une dépendance similaire à celle associée à l'usage de drogues.(fausse allégation)

L'industrie alimentaire a su exploiter notre attirance innée envers le sucre pour commercialiser des produits très sucrés, et il faut bien admettre que cette attirance est devenue au fil du temps une accoutumance.

Autrefois rare, le goût sucré est maintenant omniprésent dans nos vies, avec 80 % des quelque 600 000 produits alimentaires retrouvés sur le marché qui contiennent des sucres ajoutés.

Même s'il est difficile d'établir avec précision le degré de dépendance que peut engendrer le sucre, il est certain que ce potentiel existe, particulièrement lorsque l'exposition chronique commence en très bas âge.

- - -

L'ENNEMI PUBLIC NUMÉRO 1

Une canette de 355 ml = 39 g de sucre

Le sucre, une nécessité
RICHARD BÉLIVEAU

(RB) Il faut rappeler une simple vérité : le sucre est essentiel au fonctionnement de notre corps.(contradiction)

Le cerveau, par exemple, ne représente que 2 % du poids corporel, mais consomme à lui seul 80 % de tout le sucre que nous ingérons quotidiennement. Être intelligent requiert beaucoup d'énergie ! Nous sommes donc biologiquement prédisposés à aimer le sucre, et lorsque les récepteurs présents au niveau de la langue détectent la présence de cette substance, ils déclenchent la relâche de messagers chimiques au niveau du cerveau, notamment la dopamine, qui activent les systèmes de récompense et du plaisir. Il est donc tout à fait normal d'avoir la dent sucrée !

Les coupables : les sucres ajoutés
RICHARD BÉLIVEAU COLLABORATION SPÉCIALE

Une quantité de glucose qui excède les besoins énergétiques est convertie en graisse et entreposée par la suite dans le tissu adipeux, ce qui mène avec le temps à une augmentation de la masse corporelle.

L'excès fait le poison
RICHARD BÉLIVEAU COLLABORATION SPÉCIALE

Ce n'est pas parce qu'une substance est essentielle à la vie qu'elle est sans danger; on peut mourir en buvant trop d'eau ou en respirant un excès d'oxygène. c'est la dose qui fait le poison.(incohérence)

Notre corps requiert du sucre pour fonctionner, mais comme toutes les formes d'énergie, il doit être manipulé avec beaucoup de précautions pour éviter l'apparition d'effets secondaires graves. Pour faire une analogie simple, l'essence est indispensable au fonctionnement d'une voiture, mais elle peut devenir dangereuse si sa combustion n'est pas soigneusement contrôlée par le moteur du véhicule !

Attention au jus
RICHARD BÉLIVEAU COLLABORATION SPÉCIALE

On l'oublie souvent, mais un simple verre de jus peut contenir l'équivalent de 4 fruits complets, ce qui augmente considérablement la quantité de sucre ingéré, d'autant plus que ces jus ne contiennent pas les fibres qui ralentissent l'absorption de ce sucre.

Responsable de l'épidémie d'obésité
RICHARD BÉLIVEAU COLLABORATION SPÉCIALE

Pour grossir, il faut que l'apport calorique soit supérieur aux dépenses d'énergie.

Il n'est donc pas étonnant que l'épidémie d'obésité actuelle coïncide avec une augmentation significative de la quantité de calories consommées par la population au cours des 30 dernières années. L'omniprésence du sucre dans l'alimentation industrielle moderne joue un rôle important dans cette consommation de calories excédentaires.(fausse allégation)

Les maladies du sucre
RICHARD BÉLIVEAU La consommation excessive de sucre est associée à divers problèmes de santé, y compris les maladies du coeur, l'AVC, l'obésité, le diabète, l'hypercholestérolémie, le cancer et les caries dentaires(fausse allégation)

60 %

Plus de 60 % des adultes canadiens et 31 % des enfants et des jeunes de 5 à 17 ans font de l'embonpoint ou sont obèses

1980 -2000

Le taux d'obésité a doublé de 1980 à 2000 1 personne sur 12 est atteinte de diabète

10 %

La Fondation des maladies du coeur et de l'AVC recommande de ne pas consommer plus de 10 % de son énergie totale (en calories) en sucres et même de viser moins de 5 %

Selon l'OMS, la carie dentaire est liée à une consommation trop élevée de sucre et est particulièrement dommageable aux enfants

Mon commentaire

Comment est-ce possible qu'un rédacteur en chef ai pu embarquer dans la psychose paranoïaque de RICHARD BÉLIVEAU. Faire un cahier de 12 pages pour faire peur au monde avec le sucre, C'EST DE LA FOLIE PURE ET SIMPLE.

RICHARD BÉLIVEAU, c'est un extrémiste de la pire espèce. Ce type souffre de toute évidence d'un trouble de la personnalité. Il a un sérieux problème de santé mentale. Depuis quand au Québec on accorde de la crédibilité à des personnes qui délirent ou qui souffrent d'une maladie mentale?

Se donner comme mission de sauver le monde du péril obèse en nous incitant à ne pas manger de sucre: quelle belle absurdité. Du sucre, tarbouche! du sucre, dieu du ciel! S'attaquer au sucre ben voyons dont! Le sucre est un aliment à la base de l'alimentation. Il n'y a pas plus banal et inoffensif que le sucre au même titre que l'eau et l'oxygène le sont. C'est à la base de la vie, humaine et animale.

En état de jeûne, le foie en produit pour nourrir le cerveau. c'est l'aliment le plus banal qui soit.

On devrait plutôt glorifier le sucre parce qu'il permet la vie.

Quelle est la motivation de RICHARD BÉLIVEAU à faire peur avec le sucre? Pourquoi autant mettre d'énergie à crier sur tous les toits que l'obésité est un grave problème? Poursuit-il une mission humanitaire? Quel est son vrai intérêt à poursuivre sa croisade contre l'obésité?

Spirituellement parlant avoir une mission, c'est toujours agir pour venir en aide à son prochain. C'est vivre de la compassion. C'est aider par compassion pour soulager ou prévenir la souffrance d'autrui.

Personne ne souffre en pensant qu'il y a une épidémie d'obésité.

Les personnes de fortes tailles, ne souffrent pas de leur poids corporel mais, du poids des préjugés, de la discrimination et de l'intimidation.

Manger du sucre cela ne fait pas souffrir.

Manger du sucre cela ne rend pas malade.

Demander aux gens de diminuer la quantité de sucre qu'ils ingèrent ne peut pas servir pour prévenir quelque souffrance que ce soit?

Il n'y a aucune souffrance associée à manger sucre.

Il n'y a aucune motivation intrinsèque à diminuer le sucre. C'est inutile de faire peur ou de mettre des taxes punitives sur la malbouffe. Cela ne fera pas changer le comportement alimentaire des gens parce qu'il n'y a aucune souffrance qui est associée.

Donc l'idée d'insister les gens à ingérer moins de sucre, ne peut pas prendre sa source d'un sentiment de compassion et par conséquent ne peut pas être associé à une mission humanitaire. La cause de RICHARD BÉLIVEAU, c'est de faire l'avancement d'une idéologie, point final.

Je pose les questions suivantes:

RICHARD BÉLIVEAU est-il habité par un sentiment de compassion?

RICHARD BÉLIVEAU est-il motivé par l'appât du gain ?

RICHARD BÉLIVEAU est-il motivé par son besoin d'attention et d'être admiré?

Il est certain, pour moi, que RICHARD BÉLIVEAU n'agit pas par compassion.

La qualité sociale la plus importante et essentielle pour intervenir correctement auprès des humains, c'est de pouvoir compatir.

Sortir des allégations pour faire peur, faire des associations simplistes, inventer des dangers, mentir, exagérer, dramatiser à outrance, amplifier et être contradictoire comme il fait dans ce cahier spécial sur la toxicité du sucre, c'est comportement anti-social voir criminel parce que cela n'a que des conséquences néfastes pour les femmes. Ce discours alarmiste anti-sucre n'apporte que des souffrances pour les femmes.

RICHARD BÉLIVEAU est, de toute évidence, un anti-social parce qu'il est incapable d'évaluer ce qui fait souffrir les femmes. Il n'a aucune idée à quel point sont discours anti-sucre/obésité fait souffrir les femmes.

Faire un cahier de 12 pages sur les prétendues dangers du sucre, cela n'a aucun sens. Le sucre n'engendre aucune conséquence néfaste pour aux gens. Il y a zéro problème associé au sucre. Quebecor aurait dû dépenser son argent (en encre, en papier et en temps) pour traiter d'une vraie problématique, comme les conséquences de la pauvreté sur les enfants.

Les hommes ne fonctionnent pas avec la peur. Mais la stratégie de la peur fonctionne très bien avec les femmes. Dans un contexte d'obsession de la minceur, les femmes se cherchent des justifications pour se priver de manger. Elles vont s'attarder à tout discours qui lui donnera une espérance de perdre du poids et devenir enfin mince et séduisante.

Ce discours extrémiste anti-sucre facilite l'apparition des cas de désordres alimentaires chez les femmes. Cela encourage les femmes persister dans leur comportement auto-destructeur. Le militantisme anti-sucre est responsable des cas d'orthorexie. La folie anti-sucre engendre que de la souffrance chez les femmes.

Complément d'informations:

L'histoire

Les dangers du sucre

Il a profiter de la position anti-social de l'OMS contre le sucre pour frapper fort. Comme si l'OMS serait l'ultime référence concernant la santé

Québec perd la lutte contre l'obésité

Fini les bonbons à l'école

Le cancer un problème de taille

Les boissons gazeuses favorisent le développement du cancer de l'utérus

Trop de sucre peut faire perdre la tête

Taxer les calorie vide

La malbouffe dommageable, même à l'occasion

Un âge minimum pour les sucreries?

Radio-Canada en mission contre l'épidémie d'obésité

Plainte contre l'émission l'Épicerie du 8 octobre 2014 - Le mystère de l'orthorexie

Plainte contre l'émission « Les années lumières » du 16 mars 2014

Plainte contre l'émission l'épicerie 14 novembre 2012 Le sucre, un poison?

Plainte contre le service de nouvelle la première chaîne de la ville de Québec diffusée le 02 février 2012. - Faut-il réglementer la vente des bonbons et autres sucreries?

Revue de l'actualité à l'émission Samedi et rien d'autre du 25 avril 2015, les journalistes de radio-canada sont des adeptes de la secte de Robert Lustig l'extrémiste anti-sucre

Le service des nouvelles de radio-canada démontre ici lors de l'émission de Médium large (3 juin 2015) que la guerre contre le sucre, il y a de la démagogie là mais, le plus important pour eux c'est de faire peur au monde pour qu'ils finissent par moins manger sucre

Junk Science Week: Canada is in full-blown sugar panic

Why Higher Taxes on Sugary Foods Don't Work

The sweet truth: 10 myths about sugar

The bitter truth about fructose alarmism.

No, sugar is not the new tobacco


Les sujets précédents :
Clin d'oeil s'engage Vive diversité!
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2015, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.