Jeunes et baby boomers de plus en plus «enveloppés»
Journal de Québec, 16 juin 2004 page 7

Sujet: Encore une autre fois

On peut y lire:

OTTAWA (PC) - Les problèmes de santé causés par l'embonpoint d'un nombre croissant de jeunes et de "baby boomers" vont contribuer à engorger davantage le système de soins de santé du Canada(exagération), indique une nouvelle étude publiée mardi.

En fait, les problèmes de santé causés par l'obésité ont remplacé ceux liés au tabagisme. "La généralisation de ce grave problème de santé est l'équivalent de ce que nous avons dû affronter avec le tabagisme il y a 30 ans, quand la moitié des Canadiens fumaient", a expliqué le docteur Anthony Graham, de la Fondation des maladies du coeur(même commentaire)

M. Graham a commenté les résultats de la nouvelle Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC), qui révèle qu'en 2003, 19,5 pour cent des jeunes Canadiens faisaient de l'embonpoint, un chiffre qui s'ajoute aux 7,8 pour cent de jeunes qui étaient obèses.

Et les membres de la génération qui comprend les "baby boomers" sont aussi aux prises avec le même problème, alors que 37,9 pour cent d'entre eux font de l'embonpoint et 18,5 pour cent sont obèses.

En plus des problèmes relatifs au vieillissement de la population, estiment les spécialistes, le système canadien de soins de santé sera aussi pris d'assaut par une génération de jeunes qui vont développer beaucoup plus tôt dans leur vie des maladies comme le diabète et l'hypertension.

Certains d'entre eux souffrent déjà de ces maladies, a constaté M. Graham. "Ce sont de nouveaux problèmes qui n'affectaient pas les adolescents auparavant, a-t-il dit. Nous observons des cas d'hypertension chez des jeunes que nous ne voyions jamais avant."

Selon certains spécialistes du milieu médical, l'ESCC, publiée par Statistique Canada, ne révèle que la pointe de l'iceberg. Mais les Canadiens disposent cependant d'un aperçu du problème.

Dans l'ensemble de la population âgée de 18 ans et plus, l'obésité et l'embonpoint n'ont que légèrement augmenté depuis 2001.

En 2003, 14,9 pour cent des Canadiens étaient obèses, contre 14,1 en 2001. Le pourcentage de la population faisant de l'embonpoint était de 33,3 pour cent en 2003, contre 32,4 pour cent en 2001. Tel que constaté dans les études des années précédentes, les cas d'embonpoint sont plus fréquents dans le groupe d'âge des 45 à 64 ans.

Ces données sont fondées sur l'indice de masse corporelle (IMC), une norme reconnue internationalement pour l'évaluation des risques en matière de santé associés à l'insuffisance pondérale, à l'embonpoint et à l'obésité.

Les données sur l'obésité vont éventuellement atteindre un plateau car une partie de la population n'est pas sujette à l'embonpoint, a indiqué le docteur Mark Tremblay, conseiller scientifique principal de Statistique Canada.

"J'espère que ce ne sera pas interprété comme une preuve que le problème est réglé", a-t-il dit. Comme les résultats rendus publics mardi ont été établis à partir de mesures transmises volontairement, M. Tremblay soupçonne que le nombre de Canadiens qui font de l'embonpoint soit plus élevé.

En 2005, les résultats d'une autre étude effectuée auprès de 30 000 personnes, qui auront été pesées et mesurées par des chercheurs de Statistique Canada, offriront une image plus précise. "Les chiffres seront certainement plus élevés que ceux dont nous disposons actuellement", croit M. Tremblay.

L'ESCC démontre par ailleurs que le poids de 46,7 pour cent de la population se situait dans la fourchette normale, alors qu'environ 2,7 pour cent présentait un poids insuffisant.

Mon commentaire

Une autre fois, encore une autre statistique sur l'augmentation de l'obésité. Cette statistique a été réalisée à l'aide d'entrevues téléphoniques. Ils ont demandé aux gens quel est votre âge, votre grandeur et votre poids. Un genre de sondage où les gens ne se sentent pas obliger de dire la vérité. Ils peuvent se sur ou se sous évaluer. Fiabilité égale zéro.

Malgré tout, les médias et surtout Radio-Canada se sentent obliger, pour la énième fois depuis le début de l'année, de reparle de l'obésité/malbouffe. La récupération, par Anthony Graham, de la Fondation des maladies du coeur de cette nouvelle statistique bidon, vient appuyer ma thèse sur l'existence d'intégristes anti-obésité et d'un contexte social moralisateur entourant le poids corporel. 

Dans leur stratégie, ils ont prévu de faire faire régulièrement des statistiques pour démontrer l'augmentation de l'obésité. Cela afin de se donner des excuses pour attirer l'intérêt des médias afin qu'ils répètent leur message anti-obésité. L'objectif, c'est que les gens n'oublient pas. Arrêter d'en parler et les gens oublieraient rapidement, parce qu'ils ont bien d'autres choses à penser, qu'à penser à une affaire sur laquelle ils n'ont pas de pouvoir dessus.

Les intégristes anti-obésité font cela pour mettre de la pression pour obtenir des subventions de recherches, entre autres. Évidemment, le gouvernement jette de l'argent dans le chemin en leur accordant une telle faveur. En effet ici, l'argent de nos impôts sert à faire de la propagande pour l'industrie de l'amaigrissement. Cette situation est scandaleuse, il faut la dénoncée.

Complément d'informations:

L'histoire

OBESITE-SONDAGE, LEAD,

À écouter, une entrevue qui démontre que les statistique sur l'obésité, c'est de la foutaise, mais radio-canada doit en parler pareil

ESCC

Financement accordé à l'Enquête sur la santé dans les

Les Canadiens sont de plus en plus gros

Anthony Graham

Anthony Graham veut utiliser les mouvements féministes pour faire maigrir les femmes, méchant malade

Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, Cycle

Fondation des maladies du coeur du Canada

CTV.ca | CTV News, Shows and Sports - Canadian Television

Skeptical News

Autres

A preliminary study by cardiologist Dr. William Kraus at Duke University Medical Center, in Durham, North Carolina, revealed that exercise can improve fitness and health in obese persons even when it does not cause weight loss.

USATODAY.com - Can only the rich afford to be thin?

Study says 'yo-yo' dieting can harm women's hearts

A University of Michigan study has linked yo-yo dieting to heart problems in post-menopausal women.

Cardiologist Claire Duvernoy, M.D

'Yo-yo' dieting may cut women's levels of good cholesterol

So-called yo-yo dieting, where one's weight constantly fluctuates, can cause cardiac damage, according to Claire Duvernoy, a cardiologist at the University of Michigan.

Les enfants canadiens plus obèses que jamais

Les Canadiens sont de plus en plus gros !


Les sujets précédents :
Recherchée: hommes à petite bedaine!
La boulimie et l'anorexie peuvent entraîner la mort
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2004, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.