Épidémie d'obésité
Un important redressement d'impose, celui de la prévention à large échelle où l'état joue un rôle de premier plan
Journal La Presse du dimanche 19 novembre 2006 page forum A13
&
Un lobby anti-obésité est né
Journal La Presse du jeudi 30 novembre 2006 page A17

Sujet: Le dérapage commence

On peut y lire:

Épidémie d'obésité

Le texte suivant est signé par Martine Haviernick, directrice générale du Conseil québécois sur le poids et la santé, Martine Painchaud, présidente-directrice générale de la Coalition québécoise sur la problématique du poids, Fannie Dagenais, directrice et porte-parole d'Équilibre, groupe d'action sur le poids, William George, président-directeur général de 1800 Mouvement santé et Raymond côté, président de Sports-Québec.

Touts les observateurs et intervenants le reconnaissent : l'épidémie d'obésité progresse de façon inquiétante. Un important redressement s'impose, celui de la prévention à large échelle. Il est temps de reconnaître qu'une épidémie représente un phénomène collectif, qui appelle une réponse collective, animé par le leadership gouvernemental et la mobilisation sociale. Cependant, il ne suffit pas de souhaiter que chacun d'entre nous agisse mieux pour régler une épidémie.

La réalité démontre ainsi clairement que les initiatives mises de l'avant depuis 25 ans pour favoriser les changements de comportements individuels n'ont pas réussi, à elles seules, à prévenir le gain de poids dans la population.

Il faut donc aller au-delà de la responsabilité des individus pour comprendre et trouver une solution aux problème de poids. Continuer de mettre tout le fardeau des saines habitudes de vie sur le dos des individus ne nous mènera nulle part sinon vers une crise de santé publique encore plus grande.

Prévenir, cela veut dire mettre en place des environnements qui faciliteront l'adoption des modes de vie sains par les individus. Il faut transformer les environnements physique, alimentaire, culturel, social, économique et politique afin de favoriser et soutenir les choix santé.

Il faut rendre les choix santé plus facile à faire. C'est là que le Plan d'action gouvernemental de promotion de saines habitudes de vie et de prévention des problèmes reliés au poids trouve tout son sens ...

L'investissement consenti par le gouvernement ainsi que par la Fondation Lucie et André Chagnon pour la réussite du plan est donc plus que nécessaire pour la population Québécoise, victime d'une véritable épidémie qui va jusqu'à réduire son espérance de vie. Dénoncer les mesures du plan, c'est vouloir se priver d'une action qui a toutes les chances de réussir là où tant d'autres initiatives ont failli.

La véritable question, ce n'est de savoir si l'état doit agir ou non, mais de savoir ce qu'il doit faire. L'état, ... - c'est notre plus important moyen d'action collectif. Il faut investir dans une véritable approche de santé publique qui comporte une responsabilisation du citoyen mais aussi une régulation ciblée de l'environnement, qui passe par une action de l'état ainsi que des décideurs des secteurs privés, parapublics et de la société civile.

Le plan d'action gouvernemental n'est pas un symptôme de l'état-nounou. Il est plutôt la preuve que le gouvernement du Québec se préoccupe de ce qui est un véritable problème de santé publique, une responsabilité qu'il serait inapproprié de lui nier.

Un lobby anti-obésité est né

L'obésité est «une épidémie». Responsabiliser individuellement les gens à l'idée de bien manger et bouger n'est pas suffisant. Il faut des politiques publiques, à l'image des lois antitabac.

Voilà le message de Martine Painchaud, présidente-directrice générale d'un nouveau groupe de pression, la Coalition québécoise sur la problématique du poids. «Avant, c'était normal de fumer dans les hôpitaux. Un jour, peut-être que ce sera normal qu'il n'y ait pas de distributrices de boissons gazeuses dans les écoles», lance-t-elle.

Mme Painchaud cite une étude publiée par le groupe GPI Atlantic, qui révélait que l'obésité avait absorbé 5,8 % du budget du ministère de la Santé et des Services sociaux en 2000, soit plus de 500 millions de dollars. Elle considère l'obésité comme «une épidémie». «En moins de 25 ans, les Québécois ont engraissé en moyenne de 10 kg. C'est énorme, compte tenu que la maladie se prévient.»

La Coalition Poids -son diminutif- est financée par le Conseil québécois sur le poids et la santé. Aujourd'hui, elle doit annoncer les noms de ses partenaires, dont l'Association des jeunes médecins du Québec, la Fondation Lucie et André Chagnon, Sports-Québec, ÉquiLibre et la Fondation des maladies du coeur du Québec. C'est le maire de Sherbrooke et président de l'Union des municipalités du Québec, Jean Perrault, qui sera le président de la campagne de recrutement.

«L'obésité est un problème collectif, plaide Mme Painchaud. Il faut créer des consensus, comme on a fait avec le tabagisme. Il faut arrêter de dire que l'obésité est la responsabilité des familles. Elles ont plutôt besoin d'aide.»

La Coalition veut faire pression sur le gouvernement provincial, mais aussi auprès des municipalités, de l'industrie agroalimentaire et des commissions scolaires.

Mon commentaire

Tout s'explique pourquoi le Roi André Chagnon a voulu faire une entente moitié-moitié avec le gouvernement. Il aurait peu financé lui-même des organismes sans but lucratif, pour tenter d'atteindre son but de réduire l'obésité. Mais, cela ne garantissait pas l'implication du gouvernement. Cette entente, c'est du chantage, pour forcer l'état à jouer le rôle qui veut qu'il joue.

La création de la Coalition québécoise sur la problématique du poids et du Conseil québécois sur le poids et la santé sont une création, par la bande, d'André Chagnon. Il a financé leur création. Avec tout l'argent qu'il a, pour lui, rien de ne l'arrêtera pour réaliser son but. Il a les moyens de ses ambitions, si on peut dire. Les mouches à argent s'agglutinent autour de lui. Il n'a pas besoin de convaincre les gens à adopter sa vision, il a juste à les acheter.

Le meilleur moyen de convaincre la population à adopter sa vision d'un monde idéal,  c'est de les forcer. Le meilleur moyen de forcer les gens, c'est d'utiliser le poids l'état. C'est ce qu'il a réussi à faire.

Pour André Chagnon, utiliser les médias pour faire peur aux gens avec l'épidémie d'obésité, ça ne réussit pas. Le nombre d'obèses augmente très rapidement quand même. Il faut que l'état ai le contrôle sur les habitudes de vie et alimentaire des gens. L'état doit restreindre les choix des gens pour les forcer à suivre la voie dictée par André Chagnon. 

Empêcher les restaurants de s'établir proche des écoles est un bon exemple de cette volonté de réduire les choix pour forcer les gens à adopter les habitudes alimentaires définies comme bonnes par André Chagnon. En fait, le rapport Perreault contient essentiellement des recommandations que seul l'état a le pouvoir d'implanter. 

Ceci cause un problème d'éthique sur notre système démocratique. Qu'est-ce défini les limites d'intervention de l'état au prêt de sa population? Pour son bien-être, l'état peut contrôler et restreindre certains choix., si cela est justifié et raisonnable. Prenons par exemple le port de la ceinture de sécurité dans les voitures et l'interdiction de fumer la cigarette dans les lieux publics. Ces actions sont légitimes, parce qu'elles sont appuyées par des données factuelles qui démontrent incontestablement leur efficacité de prévention.

Mais, le danger de manger une poutine, c'est difficile à démontrer. Ce n'est que de la nourriture après tout. Il est absurde de penser que des aliments puissent représenter un danger mortel quel qu'il soit. Tout au contraire, la nourriture constitue un besoin essentiel pour notre survie. À part du fait, qu'il faut manger des fruits, des légumes et de la salade pour aller chercher notre besoin de vitamines, de minéraux et des fibres, tout ce qui se dit sur les autres types d'aliments est souvent une question de croyance personnelle. 

De plus, l'action de manger fait partie de la sphère privée et intime des gens. Ainsi, les choix alimentaires sont personnels et humainement se doivent d'être respectés. L'état n'a absolument pas d'affaire là. Vouloir avoir le contrôle sur le nombre de calories que les gens ingèrent ou dépensent, constitue du fascisme pure et simple. Je dirais même plus du nazisme extrême. En effet, cela créera une race supérieure, soit celle des gens minces et athlétiques.

Le gouvernement en s'associant avec la Fondation d'André Chagnon vient de devenir l'exécutant d'un groupe de pression, les intégristes anti-obésité, complètement dément. C'est qui est totalement inacceptable.

Cette intervention de l'état, digne de l'extrême droite fasciste, affectera seulement  les femmes. Car, face à ce type de contrôle injustifié de l'état, les hommes auront plaisir à être délinquants. Cela fait partie de la nature masculine. Tandis que les femmes vont s'écrasent. Elles vont s'y soumettre sans rien dire. Par conséquent, elles vont s'enfoncer de plus en plus profondément dans l'obsession de la minceur. Il y a aura plus de cas de désordres alimentaires, de femmes aigries, de femmes malheureuses et de femmes dépressives par manque d'énergie. Belle façon de se venger des féministes dans la société. Car, la meilleure façon de soumettre les femmes aux hommes machistes et misogynes, c'est de les priver de manger pour qu'elles n'aient pas la force de se révolter.

Complément d'information :

L'histoire

Un lobby anti-obésité est né

Coalition québécoise sur la problématique du poids - Un premier groupe d'organismes joint les rangs de la Coalition Poids

André Chagnon a infiltré les groupes féministes à l'aide des organistes qu'il a créé. Les féministes sont reconnues d'être de la gauche. Comment expliquer qu'elles se sont associées à une position d'extrême droite ? Comment expliquer que des femmes peuvent s'aliéner entre elles ainsi ?

Martine Haviernick fut au colloque : Le marché de la beauté... Un enjeu de santé publique 

Martine Haviernick est sur le Comité Image corporelle 2005-2006 du  Réseau québécois d'action pour la santé des femmes 

Comment explique t-on que Fannie Dagenais puisse écrire un article nommé « Maigrir? Mais pourquoi? Et à quel prix?», dans  la revue Audacieuses et signé un éditorial aussi extrmistes anti rondeurs féminines. ?

Sur l'état nounou

Yet the obesity epidemic is a myth manufactured by public health officials in concert with assorted academics and special-interest lobbyists.

SORTONS DE L'ÉTAT NOUNOU!

« MALBOUFFE »: LA LOI DU MOINDRE EFFORT

Free to Be Obese in a ‘Super Nanny State’?

From nanny state to a helping hand

Government Anti-Obesity Efforts Achieve Little Success

Dealing with obesity raises the problem of the "nanny state" interfering in private family life

Rise of food fascism

It is possible to be fat and fit; not everyone is meant to, or can, be thin. The scourge of modern society is not obesity, but body fascism.

Si nous pouvons être en santé peu importe notre poids, rien de justifie un état nounou.

Obésité : la malbouffe à l'école accusée injustement?

Public Health vs. The Nanny State?

Obesity target of lifestyle Nazis

Lifestyle Nazis update

Le cas Chagnon

Nouveau plan d'action contre l'obésité et la sédentarité

L'engagement de la Fondation Chagnon d'investir 400 millions $  

Prévention de l'obésité et approche intégrale en santé

Grâce à l'université Laval toutes les femmes aux Québec seront minces

Un centre de prévention de l'obésité chez les jeunes ouvre ses portes à l'UL  

Un monde de plus en plus gros  


Les sujets précédents :
Anorexie : décès d'un mannequin
La rondeur dans l'actualité des mois passés

[Accueil] - [Contact]

Copyright © 2006, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.