L'obésité devrait être traitée comme une maladie chronique
Actualités, mercredi 5 août 2020 293 mots, p. 15

Les intégristes anti-obésité s'inventent des excuses pour attirer l'attention des journalistes.

Pour voir l'image plein grandeur

Sujet:La grossophobie scientifique

On peut y lire

AGENCE QMI | L'obésité est plus qu'un problème de surpoids, mais une maladie complexe, selon de nouvelles lignes directrices sur ce sujet destinées aux professionnels de la santé, publiées hier dans la revue Canadian Medical Association Journal.

Selon cet avis, l'obésité est considérée comme un problème lié à l'impact qu'a le niveau de gras sur la santé, plutôt que simplement le poids ou le tour de taille.

«On y reconnaît, entre autres, que l'obésité est une maladie chronique complexe qui exige un soutien à long terme, voire à vie, comme c'est le cas, par exemple, pour le diabète et les maladies cardiaques. Cette approche, fondée sur la science et allant bien au-delà du poids sur la balance, est la meilleure pour offrir des soins de qualité aux patients », a dit l'un des auteurs principaux, le Dr Laurent Biertho, chirurgien général et professeur au Département de chirurgie de l'Université Laval, par communiqué.

UNE PRISE DE POIDS COMPLEXE

L'obésité ne se règle donc pas simplement en faisant plus d'exercice et en mangeant mieux ou moins.

«La science nous indique que les facteurs déterminant la prise de poids sont complexes. Historiquement, on disait aux gens, pour qui le poids corporel pouvait affecter la santé, de manger moins et de bouger plus. À lui seul, ce conseil n'est pas efficace et peut même s'avérer contre-productif dans certains cas », a précisé le Dr André Tchernof, membre du conseil d'administration d'Obésité Canada.

Les nouvelles lignes directrices visent à ce que les professionnels de la santé travaillent en partenariat avec le patient, afin d'identifier d'autres facteurs personnels, comme des questions psychologiques ou sociales, qui pourraient permettre de régler le problème.

Elles visent aussi à contrer la stigmatisation des gens qui souffrent d'obésité.

Mon commentaire

Les intégristes anti-obésité s'inventent des excuses pour attirer l'attention des journalistes. C'est connu, ils font pression sur les salles de nouvelles depuis longtemps. D'ailleurs, leur militantisme est motivé par de la grossophobie.

Ces fanatiques anti-obésité ont réussi à attirer la sympathie des journalistes pour leur cause en leur faisant croire que l'obésité est une maladie extrêmement préoccupante.

Il y a une valeur morale associée au fait de se préoccuper d'une chose perçue comme grave. Ainsi, il serait immoral pour les journalistes d'ignorer un problème de santé grave. C'est une forme de manipulation que ces fanatiques anti-obésité utilisent.

Prenons par exemple les changements climatiques. Les lanceurs d'alerte s'offusquent de voir la présence de climatosceptiques sur la place publique. Ils réagissent avec l'argument « c'est la science qui nous de le dit », comment pouvons en douter.

Les intégristes anti-obésité ont le même raisonnement, l'obésité est une maladie chronique, c'est la science qui nous le dit. Donc personne ne doit en douter de leur opinion. Y a-t-il des obèso-septique? Oui, et ceux-ci ont toute la légitimation d'exister. En première ligne il y a les gros eux-mêmes qui ne se sentent pas malades et qui font une belle vie et les gens qui dénoncent la grossophobie médicale.

De plus, ils n'y a pas une unanimité sur ce sujet, ainsi il y a des nutritionnistes, des médecins et autres spécialistes qui ne sont pas grossophobes.

Pourquoi, ils veulent nous convaincre que l'obésité serait une maladie chronique ? Pour moi, il y a deux raisons:

-obtenir un statut de maladie leur permettrait d'obtenir plus de subventions de recherche;
-stimuler l'industrie de l'amaigrissement (diète) en culpabilisant mieux les femmes avec leur apparence physique.

Affirmer que l'embonpoint serait une maladie chronique enlève la possibilité aux gros d'être considérés en santé. En effet juste le fait d'être gros est une maladie. C'est ce qui est absurde et ridicule. Cela contribue seulement à augmenter la stigmatisation envers les gros.

Complément d'informations:

L'histoire

Obésité: plus qu'un problème de poids, une maladie complexe

L'obésité à traiter comme une maladie

Les médecins appelés à voir l'obésité autrement

"L'obésité devrait être définie par l'état de santé et non le poids"

L'obésité, une maladie chronique du cerveau

Un nouveau rapport reconnaît l'obésité comme une maladie chronique

Voir plus clair dans la «gestion de l'obésité»

Avant de traiter l'obésité, chercher la cause

"L'obésité devrait être définie par l'état de santé et non le poids" : Cette directive canadienne contre la stigmatisation liée au surpoids

L'obésité est-elle une maladie ?

L'obésité, pas seulement une question de poids, selon de nouvelles lignes directrices

Coronavirus et obésité : à partir de quel poids vos risques augmentent ?

Les personnes obèses sont-elles bien soignées ?

L'obésité, un problème de comportement

L'obésité à traiter comme une maladie

Radio-Canada en mission contre l'épidémie d'obésité

Obésité abdominale: les Montréalais sous-estiment les risques

Les scientifiques ne s'entendent pas sur le risque d'être « un peu enrobé »

Recherchée: hommes à petite bedaine!

L'une des pires menaces à la santé

L'obésité, une maladie (et comment cette déclaration pourrait alimenter la grossophobie) ?

Obésité et grossophobie : 67% des Français estiment toujours que « perdre du poids est une question de volonté »

Ces médecins canadiens veulent revoir la définition de l'obésité

Peut-on être gros et en santé?


Les sujets précédents :
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2020, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.