Le ministre de la santé se mêle du dossier 
Journal de Québec mercredi 10 octobre 2006 p. 4

Sujet: Omission volontaire 

On peut y lire:

Le ministre de la Santé, Philippe Couillard, souhaite en finir avec l'image de la maigreur propagée par l'industrie de la mode. Il est disposé à rencontrer les agences de mannequins  et les publications magazines pour que la maigreur ne soit plus l'image véhiculée.

Le ministre couillard a réagi hier, à la suite du dossier publié par le Journal de Montréal.

Des mannequins montréalais ont dit subir une pression malsaine de la part des agences pour qu'elles perdent du poids, mais surtout pour qu'elles atteignent un tour de hanche idéal de 35 pouces.

Certaines sont devenues anorexies, d'autres gardent encore les séquelles de commentaires abusifs sur leur poids.

Si le gouvernement espagnol a décidé de bannir des passerelles les mannequins dont l'indice de masse corporelle est inférieur à 18, le ministre Couillard, quant à lui, ne veut pas «jouer à la police sur les catwalk».

Semaine de la mode

Aucun observateur ne sera envoyé comme ce fut le cas en Espagne, à la Semaine de la mode de Montréal qui a débuté hier.

Le ministre Couillard souhaite toutefois mobiliser les acteurs du milieu pour qu'ils signalent les cas de mannequins trop maigres.

«C'est une question très importante de santé publiques», souligne le ministre.

«On se fait bombardier d'images de physique idéal qui ne correspondent pas objectifs de bonne-santé», ajoute-t-il.

Selon le ministre de la Santé, il n'y a plus de preuves scientifiques à faire entre l'incidence des troubles alimentaires, chez les jeunes filles et l'image de corps parfait projetée par l'industrie de la mode.

Les gens de l'industrie doivent prendre conscience de l'impact négatif de l'image véhiculée aux femmes, a ajouté Phillipe Couillard.

Mon commentaire

Premièrement, l'idée minceur égale beauté est une fabrication de l'esprit. On nous impose une vision de la mode comme étant un fait incontestable. C'est ça qui est ça. Nous n'avons pas un mot à dire. La mode avec anorexiques est une réalité incontournable. La mode ne peut pas être fait autrement que part des anorexiques. Bien voyons dont!

Cette une clique d'homosexuels, de misogynes et de névrosées qui  haïssent les rondeurs féminines. On n'a pas à se soumettre à cette gagne de psychopathe, qui s'amuse à faire souffrir les femmes avec leur image corporelle. On n'a rien à leur demander. On n'as pas à leur demander d'être un peu plus tolérants avec les rondeurs féminines. On doit les laisser «bad tripper» dans leur coin. On doit les envoyer promener. On doit leur faire le doigt donneur. Vlan!

Ce qu'il faut faire, c'est faire de la place à la mode et aux mannequins de taille plus qui correspondent au 2/3 du marché du vêtement féminin. Le mode a un but de faire vendre du linge. C'est le monde qui porte le linge à que se sache, pas des patères. Le gouvernement du Québec et la ville de Montréal doivent subventionner une évènement de mode qui intègre les tailles plus et non pas seulement des anorexiques.  

Ne pas considérer le marché le plus important dans un évènement mode est économiquement insensé. C'est une façon d'insulter les femmes. «Vous avez assez d'argent pour vous acheter des vêtements mais vous n'êtes pas assez belles et présentables pour défiler dans une parade de mode», ils semblent nous dire. Habituellement, ce n'est pas vendeur d'insulter sa clientèle. 

Comme la semaine de la mode est un évènement commercial et subventionné par le ministère du développement économique, Innovation et Exportation. On ne devrait pas appeler cela la semaine de la mode de Montréal, mais la semaine des arts contemporains de la découpe de tissu. Comme c'est là, c'est plutôt un évènement artistique qui devrait être subventionné par la sodec. Dans un évènement artistique, il n'y a pas de problème d'utiliser des êtres humains à titre d'objets pour faire parti d'un décor. 

Mais, dans un évènement commercial on s'adresse à une clientèle pour tenter de lui plaire. Aucune femme rondelette ne peut être stimulée à acheter un vêtement qui est porté par une anorexique. Car, cela ne lui donne pas une idée de ce que ce vêtement aurait de l'aire sur elle.

En intégrant la mode taille plus dans la semaine de la mode de Montréal on réglerait le problème des mannequins trop maigres. Des parades de mode avec anorexiques et avec de belles femmes en santé. Les femmes, ainsi, pourraient faire un choix. La solution réside à offrir ce choix et non de forcer cette clique d'obsédée de la maigreur d'utiliser des mannequins moins maigres. 

Complément d'information

L'histoire

Out, les maigres?

Les agences montréalaises se défendent d'imposer la maigreur à leurs mannequins.

pour rappeler aux gens de cette industrie l'influence négative de l'image de la femme projetée par celle-ci.

Il affirme toutefois préférer les filles très minces pour ses défilés.

Les taux d'anorexie et de boulimie au Québec sont alarmants, selon les experts.

Les mannequins aux prises avec des troubles alimentaires sont partout et Montréal ne fait pas exception.

La décision espagnole fait le tour de la planète, le milieu de la mode se retrouve en première ligne.

Philippe Couillard, entend profiter de la Semaine de la mode à Montréal

Quand on parle mode, on parle aussi souvent d'anorexie, un problème qui serait très répandu.

À quoi ressembleront les mannequins qui défileront cette semaine à Montréal?

Philippe Dubuc, qui affirme que pour monter sur un podium, un mannequin devrait pouvoir entrer dans des vêtements de taille 4.

Jean-Paul Gaultier utlise une ronde pour ridiculiser le débat sur les mannequins trop maigre.

La polémique sur la maigreur des mannequins

qui, soit dit en passant, finance aussi la Semaine de la mode, grâce à la collaboration des ministères du Développement économique et des Affaires municipales

Les filles de 15-20 ans, une «génération formatée maigreur»  

Les taille plus 

According to a recent Mintel report, the plus-size clothing market reached close to $32 billion last year. In five years, the segment has posted close to 50 percent revenue growth.

the total market for plus-size products and services

His fear is that if Italy does not act quickly and embrace the growing plus- size market, the country's €42.5 billion fashion industry - which is already feeling the impact of competition from China - risks missing an important boat

Plus-size models gain new ground But fashion insiders say thin -- really, really thin -- is still de rigueur on haute couture runways

Plus-size retailers find a niche as waistlines expand

PLUS Model Magazine Home

http://www.figuremagazine.com/ 

Designers Focus On Plus-Size Clothing

http://www.plusmodels.com/

http://www.judgmentofparis.com/

Le Big Size Fashion Show de Séoul.

Ronde et heureuse

La top modèle taille plus Mia Tyler

Top models Mia Tyler

L'audace de la boutique Lane Bryant

Enfin un corps de femme réaliste dans la publicité

Un peu d'audace pour Addition Elle

Just My Size en comparaison avec Reitmans

À la manière de Jordan Tesfay  


Les sujets précédents :
Obésité et mémoire ne feraient pas bon ménage
La malbouffe et les garderies
La rondeur dans l'actualité des mois passés

[Accueil] - [Contact]

Copyright © 2005, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.