Les filles de 15-20 ans, une «génération formatée maigreur»
Journal de Québec 19 septembre 2006 page 35

Sujet: La minceur maladie

On peut y lire :

Paris

Les filles de 15 à 20 ans dans les sociétés occidentales ne disposent que d'une image formatée de l'idéal féminin, celle des mannequins filiformes des magazines qu'elles veulent imiter au mépris de leur intégrité physique et psychique, déplorent les spécialistes.

«C'est une génération formatée maigreur», lance l'endocrinologue Annie Lacuisse-Chabot, interrogée par l'AFP. «La population jeune d'aujourd'hui n'a vu que des maigres à la une des magazines, sur les affiches à l'arrêt des bus, dans le métro», ajoute-t-elle, se félicitant de l'interdiction de défilé formulée à Madrid à l'encontre de mannequins trop maigres.

Pour participer au grand rendez-vous de la mode madrilène, la Pasarela Cibeles, qui débute lundi, les mannequins ont dû se soumettre au verdict de la balance : en dessous d'un certain rapport taille-poids (56 kilos pour 1m75, soit un «indice de masse corporelle» de 18), elles ont été exclues.

Cette initiative va dans le sens d'une pratique observée par le magazine Elle, qui a cessé voici deux ans de publier en Une des photos de mannequins maigres, appliquant lui aussi l'échelle définie par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les maigres sains existent : dans nos sociétés, 5% de la population sont des «maigres physiologiques», qui ont hérité ces traits de leurs ancêtres et mangent normalement.

Mais «les autres sont en sous-alimentation», souligne le Dr Lacuisse-Chabot. Ce qui entraîne des carences alimentaires, notamment protéiques, donc des fatigues, des troubles des règles, des troubles de la fertilité.

Mais ces carences créent aussi des problèmes psychiques : moindre résistance au stress, dépressions, troubles du comportement alimentaire pouvant aller jusqu'à l'anorexie, puis au suicide...


Sous-alimentée, la personne subsiste aux dépens de ses propres tissus, consommant les réserves graisseuses, puis la masse musculaire, jusqu'aux viscères.

Depuis une vingtaine d'années, des jeunes filles et jeunes femmes à la silhouette parfaitement normale - soit un indice de masse corporelle compris entre 18,5 et 25 - se sont mises à consulter les médecins nutritionnistes pour maigrir.

Mais ce phénomène, anecdotique dans les années 1980, est devenu «un phénomène de société» et touche des filles de plus en plus jeunes, constataient en 2003 des spécialistes réunis à Paris pour un colloque intitulé «Corps de femmes sous influence». Cernées par des corps de plus en plus exposés, de plus en plus maigres, les femmes se voient systématiquement plus grosses qu'elles ne sont, montrait une étude publiée à cette occasion.

Au début des années 1980, les numéros d'hiver des magazines féminins faisaient leur une sur des filles déjà très minces, mais enveloppées dans des manteaux et des bonnets, selon cette étude menée à l'Institut de sciences politiques à Paris. Depuis 1985, les mannequins sont dénudés, quelle que soit la saison.

Les étudiantes, elles, se voyaient «minces» quand elles étaient maigres ou «normales» quand elles étaient minces, 49% se trouvant «trop grosses» alors que 97% étaient médicalement normales.

«Dans nos sociétés occidentales, nous sommes passés d'une angoisse latente, profonde, millénaire, du manque de nourriture, de peur de la famine, qui valorisait le corps enveloppé d'une graisse rassurante, à un modèle idéal de la presque maigreur alors que jamais nous n'avons eu autant et aussi sûrement à manger», relève l'anthropologue Annie Hubert, directrice de recherche au CNRS.

Face aux pathologies graves liées à l'obésité, «le discours médical recommande une régulation de la consommation alimentaire», ajoute-t-elle dans un article publié sur le site du Groupe de réflexion sur l'obésité, le surpoids et la minceur.


Mon commentaire

La montée du radicalisme anti-obésité est associée à la montée de l'obsession de la minceur chez les femmes. La lutte anti-obésité prône la santé par la perte de poids. Les intégristes anti-obésité/malbouffe entraînent les femmes à avoir le contrôle sur son alimentation. Ils enseignent aux femmes à avoir peur de la nourriture, celle-ci étant toujours trop grasse ou trop sucrée. Les femmes doivent lire les étiquettes sur les emballages des aliments et absolument éviter la malbouffe, etc.

Les intégristes anti-obésité se donnent une image de messagers de la saine alimentions pour l'obtention d'une parfaite santé. À force des entendre, les femmes ont fini par penser, à tort, que de se priver de manger, c'est la santé. Ils ont changé le trio de recommandations pour être en bonne santé : « bien dormir, faire de l'exercice physique et bien manger» par « bien dormir, faire de l'exercice physique et se priver de manger». 

Les intégristes anti-obésité ont fait des pressions, pour changer le guide alimentaire canadien qui recommandait avant des portions minimums des 4 groupes des aliments par des portions maximums afin d'encourager les femmes à moins manger. Par conséquent, il ne faut pas s'étonner de voir une épidémie des désordres alimentaires.

À la lumière de cette étude, nous pouvons affirmer que les pressions des intégristes anti-obésité nuisent grandement à la santé des femmes. Alors, de toute évidence nous pouvons affirmer que les rondeurs, c'est la santé. Nous pouvons affirmer que manger avec appétit et plaisir, c'est la santé. Nous pouvons affirmer que faire la promotion de la beauté des rondeurs féminines aide les femmes à être en santé. Nous pouvons affirmer que l'association minceur, beauté, santé empoisonne la vie des femmes

Complément d'informations :

L'histoire

Les filles de 15-20 ans, une «génération formatée maigreur»

Sommes-nous trop gros ? Trop maigres ?

Le nouveau Guide alimentaire canadien, qui devrait voir le jour vers la fin de 2006 ou le début de 2007, présentera un menu plus consistant, mais allégé en termes de quantités.

L´Espagne dit non aux mannequins trop maigres

La santé mentale

Le contrecoup du discours anti-obésité

LES RONDEURS ET LA SANTÉ MENTALE


Les sujets précédents :
L'obésité, une pandémie qui exige de repenser les politiques agricoles
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2006, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.