La télé, miroir déformant
Journal de Qyébec mercredi 26 août, 2008, p.49

Sujet:Je l'avais dit

On peut y lire

Le petit écran reflète aux femmes une image de perfection physique impossible à atteindre.

Johanne s'intéresse à la mode et a toujours été soucieuse de son apparence. Elle teint ses cheveux en blond, et, lorsqu'elle a atteint la quarantaine, s'est laissée tenter par les injections de Botox. Elle a déjà envisagé se faire poser des implants mammaires, et, bien qu'elle ne soit jamais passée à l'acte, se souvient avec précision ce qui l'avait poussée à vouloir de gros seins: « Alerte à Malibu! », dit-elle en riant, se rappelant la série californienne dans laquelle Pamela Anderson et ses acolytes sauveteurs, tous aussi bronzés et en forme, courraient au ralenti sur la plage avec leurs maillots rouges.

Un crime de vieillir

« J'ai failli avoir des implants à cause de cette émission, réalise-t-elle. Je suis contente de ne pas l'avoir fait puisque j'ai eu des rallonges et je les ai arrachées, j'ai eu de faux ongles et je les ai enlevés, j'ai eu du Botox et je n'ai pas aimé ça. À 40 ans, on subit beaucoup de pression pour avoir l'air jeune, déplore-t-elle. C'est presqu'un crime de vieillir. Jennifer Aniston a le même âge que moi, mais... c'est Jen Aniston. » Cinq ans après Alerte à Malibu (qui s'est terminée en 1990), justement, on voyait la belle Jennifer et toute une distribution de personnages jeunes et beaux percer l'écran dans Friends. Rapidement, les femmes se sont lancées dans les salons de coiffure en réclamant « la tête de Rachel », une coupe mi longueur dégradée requérant une tonne de produits. « Même si je n'avais jamais vu la série, au milieu des années 90, une coiffeuse un peu zélée a estimé que mes cheveux méritaient la coupe ondulée à la Rachel, raconte Johanne.

En rentrant à la maison, je me suis mise à pleurer. C'était le genre de coupe qui nécessite énormément d'entretien si on ne veut pas avoir l'air d'un joueur de hockey avec une coupe Longueuil: séchage, laque, fer à friser. »

Phénomène à l'étude

Quand une nouvelle série a du succès, elle devient aussi un véhicule de tendances. C'est pourquoi un professeur de l'Université Ryerson a choisi Friends comme toile de fond d'une recherche sur les effets qu'ont les séries sur la gent féminine. L'étude, intitulée « L'influence des émissions de télévision sur la satisfaction de l'apparence » et menée par le docteur Stephen Want, un assistant- professeur au département de psychologie de Ryerson, a mesuré comment l'exposition à une série présentant des femmes aux silhouettes fines affecte l'opinion que des étudiantes ont de leur apparence. Selon le docteur Want, les spectatrices « ont tendance à se comparer rapidement » aux images projetées par les séries télévisées, un secteur médiatique qui a été peu étudié, contrairement à l'univers des magazines de mode et de la publicité. Les découvertes de l'étude ne sont pas des plus surprenantes.

À regarder les maigrichonnes vedettes de The Hills, de Gossip Girl, ou de Beverley Hills, il serait difficile de croire que les personnages au style parfait et au corps de rêve n'ont aucune influence sur les jeunes femmes. Pour les besoins de l'étude, les chercheurs ont recruté 76 femmes de niveau baccalauréat et les ont séparées en quatre groupes. On a appris à certaines participantes les trucs utilisés par l'industrie du divertissement pour faire paraître les stars encore plus belles à la caméra. Un autre groupe a reçu de l'information sur la surreprésentation de personnages minces à la télévision et sur les dangers liés à un index de masse corporelle trop bas. Le but de cette documentation, explique le docteur Want, était de démontrer que l'image projetée par les stars du petit écran est à la fois irréaliste et inatteignable.

Les résultats

Les spectatrices à qui on n'avait confié aucune littérature avant de les exposer à des extraits d'émission se sont trouvées plus moches après visionnement, alors que les filles armées d'information sur l'industrie s'en sont mieux tirées quant à leur vision d'elles-mêmes. Maintenant que Friends et les autres séries aux poulettes squelettiques qui ont suivi sont là pour rester, peut-être qu'on devrait simplement mieux s'informer afin de voir ces beautés du petit écran sous un angle plus réaliste. Après tout, avant de nous lancer sur le dernier régime, d'adhérer à la nouvelle tendance vestimentaire ou de dépenser une fortune en styliste, on est en droit de se demander, avec de tels «amis», qui a besoin d'ennemis?

Mon commentaire

Cet article de journal vient appuyer l'opinion que je maintiens depuis mon tout début dans le domaine de la promotion de la beauté des rondeurs féminines. Pour combattre l'obsession de la minceur et pour aider les femmes à développer une image corporelle positive, il faut qu'elles puissent combler leur besoin d'identification à des modèles de femmes qui leur ressemblent physiquement.

Pour plus de femmes rondes à la télévision afin d'aider les femmes à percevoir positivement leurs rondeurs, à être mieux dans leur peau et à avoir une meilleure estime de soi.

Les comédiennes ne sont pas seulement valorisées pour leur talent artistique mais, aussi pour leur grande volonté et discipline à se maintenir mince. Leur minceur est glorifiée dans les journaux à potins.

S'agit-il d'une machination pour s'assurer que les femmes souffrent? Les producteurs de télévisions sont-il inconscients du tort qu'ils font aux femmes ou est-ce ce qu'ils veulent ? Se contentent-ils de se dire « nous engageons seulement des comédiennes minces non pas par choix de notre part mais, parce que cela répond à une incontestable loi de la nature. »

Sans contredit, leur choix est éminemment contestable. Mais, ceux-ci ne se laisseront pas influencer. Ils ne changeront pas leur position pour deux raisons. La première étant qu'ils ont le pouvoir d'imposer leur choix grâce à l'argent. La deuxième raison étant qu'ils méprisent profondément les rondeurs féminines. Ils ne seront jamais portés à engager des femmes rondelettes à moins d'y être forcés.

Peut-on laisser souffrir les femmes sans rien faire pour remédier à la situation ? Non! Quelle est solution à cette situation ? Le pire à faire, serait de se sentir impuissant (e) « ne faisons rien on n'y peut rien de toute façon ». L'autre erreur serait de se mettre à genoux devant eux pour les supplier d'engager plus de femmes rondes à la télévision, de s'humilier devant eux quoi!

En principe, ce n'est pas eux qui ont le dernier mot, c'est les téléspectateurs (trices). Il s'agit donc de trouver un moyen d'offrir un choix. Car en ce moment on impose aux gens un seul modèle de beauté féminine.

Au Québec, la culture est subventionnée par l'état. Par conséquent, les femmes contribuent financièrement à entretenir leur malheur. En effet, toutes les maisons de productions pour la télévision au Québec ont une culture d'entreprise du mépris des rondeurs féminines.

L'état pourrait les obliger à engager des femmes en respectant la proportion des types morphologiques que l'on retrouve dans la population féminine. Ainsi, comme les deux-tiers (2/3) des femmes habillent taille plus, on devrait voir deux-tiers (2/3) de comédiennes habillant la taille plus. Ou, comme la femme moyenne du Québec habillent 14 ans et mesure 5'4", les comédiennes à la télévision devraient aussi porter du 14 ans et mesurer 5'4" en moyenne afin d'être fidèle à la réalité morphologique des femmes.

Je pense qu'aucun gouvernement n'aura le courage politique de faire cela. C'est pour cela qu'il faut demeurer indépendant et autonome. En ce sens, c'est pourquoi, j'ai démarré la Fondation Belles Rondeurs pour mettre en commun de l'argent pour offrir un choix artistique plus sain pour la santé mentale des femmes.

La technologie est à prix accessible, rendant la création audio-visuelle artistique abordable. Internet rend possible la diffusion de documents artistiques à un faible coût. Alors, rien absolument rien ne nous empêche de le faire pour faire avancer cette cause. Il suffit d'y croire et d'investir votre temps ou de l'argent dans la Fondation Belles Rondeurs.

Complément d'informations:

L'histoire

La télé, miroir déformant

Les téléséries influencent les femmes

Body Image Takes a Hit After Viewing Thin Women on TV

Study finds young women's satisfaction with own body image suffers after viewing ultra-thin TV characters

Body of work Study shows waif-like women on TV are negatively influencing female viewers

Body of work

Autres

Ma position pour le comité pour l'élaboration d'une Charte d'engagement volontaire pour contrer l'extrême maigreur et l'anorexie et promouvoir une image corporelle saine. Mme Christine St-Pierre Version PDF

J'ai besoin de votre appui.

L'ADQ estime plus urgent de s'attaquer à l'obésité

Maigreur extrême dans le monde de la mode - Les créateurs rejettent le blâme

Valérie Blais « mes amis, c'est toute ma vie »

Même avec un poids santé - elle veulent perdre du poids

Le culte de la minceur à la télé québécoise

Des vêtements à la mesure des « vraies » femmes

Épidémie d'anorexie et de boulimie

Pas de Laura Cadieux l'an prochain

Le texte de la présentation de mon mémoire pour la Commission Parlementaire

Vers mon mémoire: Pour une égale chance entre les femmes, tous types morphologies confondus, d'apparaître à la télévision et au cinéma.


Les sujets précédents :
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2009, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.