Même avec un poids santé - Elle veulent perdre du poids
Journal de Québec mercredi 13 février 2008 page:26

Sujet:L'obsession de la minceur mesuré

On peut y lire:

50% des Québécoises ayant un poids santé veulent perdre du poids selon un sondage dévoilé hier par l'équipe des diététistes des Producteurs laitiers du Canada et Ipsos Reid en collaboration avec le Groupe d'action sur le poids ÉquiLibre.

L’étude a été effectuée en ligne en décembre 2007 auprès de 3000 femmes de toutes tailles, réparties dans différentes régions du Canada. Elle a fait ressortir les préoccupations excessives que les Canadiennes ont face à leur poids. 73% des participantes québécoises ont répondu vouloir perdre du poids. Mais ce qui est d’autant plus inquiétant, ce sont les 50% des répondantes qui ont affirmé vouloir perdre du poids alors qu’elles ont un poids santé.

«Encore en 2008, il y a beaucoup de pressions sociales faites aux femmes afin qu’elles répondent aux standards de beauté parfaits qu’on leur impose. Les femmes sont très critiques envers elle-même. Elles tentent donc d’y répondent. Elles croient que c’est un gage de bonheur et de succès, alors que c’est faux», explique en entrevue la nutritionniste Hélène Laurendeau, que l’on connaît pour ses nombreuses collaborations dans les médias.

Selon elle, beaucoup d’efforts ont été entrepris par la société pour aider les femmes à s’accepter tel qu’elles sont. À commencer par certains magazines qui ont cessé de retoucher les photos des mannequins et des actrices. Des campagnes publicitaires aussi ont été réalisées de façon à mettre en évidence des femmes de tout âge présentant des formes différentes. Mais encore bien des efforts doivent être faits afin d’améliorer la situation, selon le sondage.

Étude

En effet, il démontre que l'estime de soi a été citée par 83% des femmes comme principale motivation pour perdre du poids. 62% des Québécoises ont affirmé ressentir une pression sociale pour être minces ou perdre du poids. 40% d’entre elles ont dit se sentir bombardées d'informations paraissant contradictoires entourant l'alimentation et les saines habitudes de vie, ce qui entraîne beaucoup de confusion. Et 21% des Québécoises ont admis que la gestion de leur poids domine leur vie.

Avec de telles données, y a-t-il lieu de s’inquiéter? «Je dirais wow! On a encore bien du chemin à faire comme société malgré tout ce dont on entend parler et la sensibilisation faite. La nourriture devrait être notre alliée et non notre ennemie. Elle permet de se retrouver en famille et entre amis. Elle est un plaisir de la vie», répond Mme Laurendeau. Sensibilisation Afin de sensibiliser davantage les Québécoises et les Canadiennes, les Producteurs laitiers du Canada ont créé le programme Poids Santé. Il a été développé dans le cadre de consultations menées par l'entremise de nombreux groupes de discussion qui se sont déroulés aussi bien au Québec qu'au Canada anglais. Les femmes ont pu parlé de ce qui était important pour elles et du genre d'information dont elles ont besoin en matière de santé et de mode de vie.

Mon commentaire

Les femmes subissent de la pression pour perdre du poids non pas seulement de par les modèles de beauté anorexique que l'on voit à la télévision, au cinéma et dans les revues de mode. Mais aussi par le marketing agressif de l'industrie de l'amaigrissement et par la lutte intensive anti-obésité/malbouffe.

Ce sondage donne une bonne indication de la situation. Il trace un portrait assez juste de la situation de l'obsession de la minceur. Mais, le meilleur sondage, le plus exacte et la plus fiable, c'est le résultat de vente du DVD de Josée Lavigueur «plus ferme que jamais» et du livre «SOS beauté». Qui se sont vendus respectivement à 500 000 et 150 000 exemplaires. Contenu de la population du Québec, c'est considérablement significatif.

D'après ce sondage, des producteurs laitiers du Canada, on peut comprendre que les femmes veulent perdre du poids parce qu'elles considèrent que leur corps est inadéquat au niveau esthétique. Mais, de l'immense popularité du DVD «plus ferme que jamais» et le livre «SOS beauté», nous pouvons conclure que ce n'est pas qu'une simple insatisfaction. Les femmes au Québec haïssent profondément leur corps.

Cet auto-dénigrement féminin semble être entré dans les eus et coutume du pays. Haïr son corps, ça fait partie de la vie de tous les jours des femmes. La femme qui ne s'hait pas fait figure d'une marginale. Les femmes vont jusqu'à payer pour mieux apprendre à s'haïr comme en s'abonnant aux weight watchers.

Cette situation est très préoccupant. Car, l'obsession de la minceur affecte sérieusement la qualité de vie des femmes. Elle nuit à leur santé physique et mentale. Il y a donc une urgence à intervenir.

Alors, pourquoi rien n'est fait ou presque, pour aider les femmes à décrocher de l'obsession de la minceur ?

Les raisons sont les suivantes:

La première raison, c'est que la société considère peu les femmes. Les femmes sont valorisées seulement en fonction de leur poids corporel. Plus la femme a un poids corporel élevé, plus elle est méprisée. Évidemment, on ne se préoccupe pas du sort des personnes que l'on dénigre.

Deuxièmement, les femmes qui ont un faible estime de soi ne sont pas portées à s'affirmer pour demander d'être respecter. Cela surtout quand ça touche à une de leurs vulnérabilités.

Troisièmement, l'obsession de la minceur est très rentable pour l'industrie de l'amaigrissement dont l'industrie pharmaceutique fait partie. Elle a tout avantage que cette situation ne change pas.

L'emphase est sur la lutte anti-obésité/malbouffe en ce moment, non pas parce que cela constitue une problématique d'une gravité qui mérite un tel déploiement d'énergie. Mais, parce que cette cause est financée par cette industrie. Cette lutte leur sert à maintenir les femmes dans l'obsession de la minceur.

Conclusion

La solution pour aider les femmes à décrocher de cette obsession résident dans l'implication des hommes. C'est seulement, ceux-ci, qui possèdent le pouvoir de rassurer les femmes sur leur pouvoir de séduction. D'autres part, les femmes se doivent de demander de l'aide aux hommes pour ce faire.

Complément d'information

L'histoire

Les femmes et la gestion du poids: plus qu'une question d'apparence

Le poids qu'elles portent sur leurs épaules

Les canadiens ont une conception erronée de leur poids

Minceur ne rime pas avec bonheur

50% des Québécoises ayant un poids santé veulent perdre du poids

L'image corporelle

L'estime de soi est-elle une marque de savon ? 

Malade à force de faire attention 

Pour maigrir et garder la forme - 10 vedettes vous dévoilent leurs secrets 

5 Régimes miracles des stars

AVEZ-VOUS PEUR DE MANGER ?

Pour être mince comme les stars - Perdez 7 lb en 7 jours

Près de la moitié des enfants de 9 ans se trouvent trop gros ou trop maigres

Problème de poids et... d'estime de soi

Lectures à éviter pour jeunes adolescentes soucieuses de leur poids 

Autres

Lads mags are damaging our body image

Skinny stars drive mums to diet

Bad body image
Preschoolers Discuss Body Image, Diversity

Love Your Body, Hate the Posters

Conference to examine culture of eating disorders

Eating Disorder Awareness Week
Eating Disorders - Body Image is the Obsession

History of Love Your Body Week

Different body shapes celebrated on Hayden Lawn

University promotes positive body image

Culture, media plays active role in determining 'ideal' body types


Les sujets précédents :
La chirurgie bariatrique contre le diabète
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2008, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.