Cancer du cerveau: L'importance de rester mince
Journal de Québec actualité mardi 01 décembre 2016, actp.9

Le problème avec Richard Béliveau, c'est qu'il est un misogyne et tout un à par de cela. Ce qui définit la misogynie, c'est la haine et le mépris envers les femmes.

Pour voir l'image plein grandeur

Sujet:La misogynie socialement acceptable

On peut y lire:

Des recherches récentes montrent que les personnes minces et physiquement actives sont moins à risque d'être touchées par un méningiome, une des tumeurs cérébrales les plus fréquentes.

Le cerveau est incontestablement un des organes les plus importants du corps humain et il va de soi que les tumeurs cérébrales représentent des maladies très graves, souvent associées à un mauvais pronostic. On peut en gros diviser les cancers du cerveau en deux principales catégories, selon leur localisation anatomique:

PRÉVENTION DES MÉNINGIOMES

Les résultats récemment publiés par une équipe de scientifiques allemands apportent une bouffée d'air frais dans ce domaine en identifiant pour la première fois une facette du mode de vie qui diminue le risque d'une tumeur cérébrale. En examinant l'ensemble des études réalisées sur le lien existant entre le poids corporel et le niveau d'activité physique et l'incidence de méningiomes, ils ont observé que les personnes qui souffraient d'embonpoint avaient 21 % plus de risque de développer ce cancer, cette hausse atteignant 54 % pour celles qui sont obèses.

À l'inverse, les personnes qui étaient les plus actives physiquement voyaient leur risque d'être atteintes d'un méningiome diminuer de 27 %. Selon les auteurs, le tissu adipeux des personnes en surpoids produit un excès d'estrogènes, ces hormones stimulent la croissance des méningiomes (ces tumeurs sont d'ailleurs plus fréquentes chez les femmes). L'augmentation des taux d'insuline dans le sang des personnes en surpoids pourrait également jouer un rôle. ALLERGIQUE AUX GLIOBLASTOMES

Les résultats de cette étude ne montrent malheureusement aucun effet protecteur du poids corporel normal ou de l'activité physique régulière contre les glioblastomes, le type de cancer du cerveau le plus fréquent et le plus dévastateur. Représentant 60 % des cancers du cerveau, cette tumeur demeure extrêmement difficile à traiter, avec à peine 10 % des patients qui sont encore en vie cinq ans après le diagnostic.

1. Niedermaier T et coll. Body mass index, physical activity, and risk of adult meningioma and glioma: A meta-analysis. Neurology 2015; 85: 1342-50.
2. McCarthy BJ et coll. Assessment of type of allergy and antihistamine use in the development of glioma. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2011; 20: 370-378.
3. Schwartzbaum J et coll. Association between prediagnostic allergy-related serum cytokines and glioma. PLoS One 2015;10: e0137503.

Mon commentaire

Richard Béliveau nous revient encore avec son «être le plus mince possible». Il utilise la plus terrible des maladies, le cancer, pour faire peur aux femmes. Il veut les influencer pour qu'elles se mettent au régime pour éliminer leurs rondeurs disgracieuses. Richard Béliveau veut transformer le corps des femmes pour qu'il corresponde à son fantasme ou à l'image de perfection qu'il s'en est fait.

Le problème avec Richard Béliveau, c'est qu'il est un misogyne et tout un à par de cela. Ce qui définit la misogynie, c'est la haine et le mépris envers les femmes. Le mépris qui ressort ici est le fait qu'il ignore ou rejette la réalité génétique du corps de la femme. La nature a voulu que les femmes aient des rondeurs. En effet, par rapport à l'homme, la femme a le double en pourcentage de masse adipeuse que ce dernier.

Le mépris est aussi dans le fait qu'il ne tient pas compte de l'existence de la variété morphologique humaine. Il y a des femmes qui sont faites pour être petites et menues et d'autres grandes et corpulentes. Devenir mince constitue un objectif impossible à atteindre pour la grande majorité des femmes.

Chaque femme possède un poids d'équilibre, un poids que leur corps cherche à maintenir stable d'où l'échec des diètes amaigrissantes. Les femmes reprennent toujours le poids perdu. Stabiliser son poids à son poids d'équilibre constitue le meilleur moyen de se maintenir en santé physique et mentale.

La recommandation de Richard Béliveau de rester mince constitue une insulte à l'intelligence des femmes. Il bafoue, il rejette du revers de la main le mouvement d'affirmation des femmes de taille plus à travers le monde. Ainsi, il est loin de vouloir aider les femmes dans leur effort pour apprécier leur corps et leurs rondeurs.

Tous les misogynes haïssent tout particulièrement les femmes rondes. Ils sont très critiques et implacables dans leur jugement sur l'apparence physique des femmes. Richard Béliveau n'est pas en mesure de réaliser à quel point, il fait souffrir les femmes, en leur demandant d'être le plus mince possible en s'appuyant sur des pseudo-arguments scientifiques.

Richard Béliveau utilise la science pour haïr les femmes. En d'autres mots, il y a un fondement scientifique à la haine qu'il porte aux femmes. C'est machiavélique son affaire.

Être misogyne est un comportement anti-social. Par conséquent, les misogynes sont insensibles à la souffrance des femmes et à ce qui les fait souffrir. En d'autres mots, Richard Béliveau est un psychopathe.

Comment cela ce fait-il que Québecor et Radio-Canada puissent accorder de la crédibilité à ce personnage perfide. Ceux-ci l'engagent pour faire des chroniques et lui font des entrevues pour connaître son opinion sur des sujets d'actualités.

Comment cela se fait-il que la présidente de la fédération des femmes du Québec, Mme Mélanie Sarazin, et la présidente du conseil du statut de la femme, Mme Julie Miville-Dechêne, ne dénoncent pas cet ignoble misogyne sur la place publique?

Pourquoi la présidente de l'Ordre professionnel des diététistes du Québec (OPDQ), Paule Bernier, ne le dénonce pas aussi publiquement?

Pourquoi la société québécoise tolère que Richard Béliveau puissent haïr les femmes comme ça dans les médias?

Pourquoi les Québécoises se laissent-elles mépriser ainsi sans réagir?

Et moi dans tout cela, je suis rejeté. On me considère comme un imbécile sans intérêt, exemple: les journalistes de radio-canada n'ont jamais pris au sérieux les plaintes que je leur ai faites. Même que leur ombudsman a finalement décidé de ne plus tenir compte à l'avenir des plaintes que je vais leur faire.

Pire encore, après 20 ans de présence sur internet à défendre le bien-être des femmes, je ne suscite plus aucun intérêt. Ainsi, aucune femme essaie de me contacter par courriel ou par facebook. Les textes et les vidéos que je publie sur internet sont consultés que par quelques personnes. Seul mon ex-voisin me fait des commentaires sur ce que je dis sur internet.

Je ne savais pas que consacrer sa vie à aimer et avoir de la compassion pour les femmes pouvait m'isoler autant socialement. Je suis loin d'être reconnu pour mon travail de sensibilisation, on me considère comme un idiot.

La société québécoise est malade. Elle a abandonné les femmes à leur sort.

Complément d'information :

Richard Béliveau n'aime pas les femmes!

Le cas Richard Béliveau

Manger moins pour être en meilleure SANTÉ

Les dangers du sucre

Le cancer un problème de taille

Les boissons gazeuses favorisent le développement du cancer de l'utérus

Trop de sucre peut faire perdre la tête

Une nouvelle drogue dure : la malbouffe

L'histoire

Un chercheur en neurosciences découvre qu'il a le cerveau et les gènes d'un psychopathe

Portrait du psychopathe intégré dans la société

Ces gens qui n'éprouvent ni sentiments ni émotions (ou presque) et que nous subissons sans savoir pourquoi

Les psychopathes sont parmi nous. Analyse et détection de la psychopathie.

Dossier: Lipides caractéristiques du sexe

Dix causes insoupçonnées des kilos en trop

Lutter contre l'obésité peut-il avoir des effets pervers?

L'excès de poids lié à plus de 100 000 cancers par an

Trump responds to Megyn Kelly's questions on misogyny - with more misogyny

The Weight Hate

Richard Béliveau devrait être pointé du doigt comme le misogyne Daryush Valizadeh, alias Roosh V.

36 Things Wrong With American Women Lorsqu'un homme hait les femmes, il hait les rondeurs féminines.

Hypersexualisation

Intimidation d'une journaliste : de la « misogynie répugnante », selon Julie Miville-Dechêne

Donald Trump, "dinosaure sexiste" multirécidiviste

La lutte contre l'obésité est lutte misogyne

The "F" Word: Why Misogynists Love Scrutinizing Our Weight

Do the Plus Size Awards 'promote obesity'? Fat chance

Les publicités mettant en vedette des mannequins taille plus encourageraient l'obésité (ÉTUDE)

Les mannequins XXL banalisent-ils l'obésité ?

toi-fais-chialer-grosse


Les sujets précédents :
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright© 2015, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.