Une maladie silencieuse qui fait de plus en plus de victimes
Le Journal de Québec Actualités, mardi 15 mai 2018, p. 7

Une nouvelle maladie du foie est en train de devenir un véritable fléau pour la santé publique

Pour voir l'image plein grandeur

Alerte à la « maladie du foie gras »

Sujet: De la fausse science

On peut y lire:

Une nouvelle maladie du foie est en train de devenir un véritable fléau pour la santé publique, dénoncent des experts qui estiment que près d'un Québécois sur quatre en serait atteint.

Plus de 20 % des Québécois auraient le foie gras, pouvant causer une cirrhose ou un cancer

«Ça va être une vraie épidémie bientôt », craint l'hépatologue Giada Sebastiani du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

La maladie du foie gras, ou la stéatose hépatique non alcoolique, est dorénavant la deuxième cause des greffes de foie en Amérique du Nord, et en voie de prendre la tête d'ici 10 ans, poursuit la spécialiste.

Cette maladie découverte très récemment survient lorsque la graisse compte pour plus de 5 % du foie. Si rien n'est fait, la stéatose hépatique se développe en cirrhose ou en cancer du foie. À ce stade, les chances de survie sont minces sans une greffe.

Auparavant, les experts associaient uniquement la stéatose à une consommation excessive d'alcool. Mais ces dernières années, les cas ont explosé chez les personnes en surplus de poids.

«[Elle] est la conséquence directe des modes de vie modernes : régime alimentaire non équilibré, riche en sucre et en graisse, et manque d'exercice physique », peut-on lire sur le site de la journée internationale dédiée à cette maladie, qui sera soulignée pour la première fois le 12 juin.

MALBOUFFE

Aux États-Unis, les experts évaluent que près du tiers des adultes en souffrent. Les mêmes chiffres circulent en Europe, où le foie gras a été surnommé la «maladie de la malbouffe» et les experts tirent la sonnette d'alarme.

Les statistiques seraient sensiblement les mêmes ici, mais les médecins déplorent le manque de sensibilisation et de prévention.

«C'est asymptomatique. Cela survient chez des gens qui ont un excès de poids, donc ce n'est pas leur seul problème de santé et les médecins ne savent pas quoi faire avec ça », explique l'hépatologue Marc Bilodeau, du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM).

«[Pour traiter], il faut perdre du poids, mais quand ça ne fonctionne pas, il y a peu de chose à offrir », dit-il.

Mais la maladie n'est pas limitée aux obèses. Un simple surplus de poids devient un facteur de risque.

«Comme toutes les maladies du foie, elles évoluent lentement. Elles sont sournoises, parce que le foie va réagir de façon silencieuse et les gens se retrouvent à 60 ans avec une cirrhose », met en garde le Dr Bilodeau.

C'est justement ce que veut éviter Dolores Bertone. Âgée de 58 ans, elle a découvert à sa plus grande surprise il y a deux ans qu'elle avait le foie gras.

«Je ne mange pas très gras, je ne bois pas beaucoup d'alcool », explique-t-elle.

Elle croyait plutôt que son surplus de poids pourrait lui causer du diabète ou de la haute pression, mais pas la stéatose hépatique non alcoolique.

Mais tout n'est pas perdu, selon la Dre Sebastiani. Elle souligne qu'une perte de 10 % de son poids peut faire reculer les dommages au foie.

L'important est d'agir rapidement. Déjà, des foies gras commencent à être observés chez des enfants, remarque-t-elle.

Le ministère de la Santé n'a pas d'informations précises sur cette maladie. Ses données sur les hospitalisations montrent néanmoins que l'an dernier, la stéatose hépatique était la cause principale de 16 hospitalisations et la cause secondaire de près de 10 000 séjours à l'hôpital.

*****

«COMME TOUTES LES MALADIES DU FOIE, ELLES ÉVOLUENT LENTEMENT. ELLES SONT SOURNOISES, PARCE QUE LE FOIE VA RÉAGIR DE FAÇON SILENCIEUSE ET LES GENS SE RETROUVENT À 60 ANS AVEC UNE CIRRHOSE.»

Mon commentaire

Là, c'est là de la démagogie pure et simple. Ce n'est pas une nouvelle maladie, mais une nouvelle cible que les intégristes anti-obésité/malbouffes ont choisie pour terroriser la population avec leur consommation de malbouffe et de sucre.

En lisant, cet article on réalise que c'est toujours le même modus operandi. Un choix de mots et d'expressions pour impressionner:

«en train de devenir un véritable fléau»;

«près d'un Québécois sur quatre en serait atteint»;

«Plus de 20 % des Québécois auraient le foie gras, pouvant causer une cirrhose ou un cancer»;

« Ça va être une vraie épidémie bientôt » ;

«La maladie du foie gras, ou la stéatose hépatique non alcoolique, est dorénavant la deuxième cause des greffes de foie en Amérique du Nord, et en voie de prendre la tête d'ici 10 ans,» .

C'est grave, alarmant, il va en avoir de plus en plus de cas, ça presse il faut faire quelque chose, c'est urgent. Cette prétendue nouvelle maladie serait soudainement en expansion. Bien voyons dont!

Ils nous font le même type d'allégations avec le diabète, le cancer et les maladies du coeur en les reliant à l'obésité.

Graves conséquences, statistiques alarmantes, multiplication des cas avec le temps.

En réalité, ce n'est pas alarmant.

Le foie gras cela a toujours existé, c'est avec ce phénomène que les éleveurs de canards font du foie gras. Toute personne qui mangerait 20 000 calories par jour aurait un foie gras comme on le fait en gavant les canards.

À les écouter, après seulement quelques calories de plus par jour on ferait face au foie gras.

«Mais la maladie n'est pas limitée aux obèses. Un simple surplus de poids devient un facteur de risque.»

C'est pousser la note très très fort.

Combien de personnes mangent 20 000 calories par jour, il n'y en a pas beaucoup . Cela concerne une infime minorité.

Associé un phénomène très rare à l'ensemble de la population, c'est malhonnête intellectuellement.

Cette histoire du foie gras est apparue avec la guerre au sucre. Ils se cherchaient un argument contre le sucre. Le fructose se transformerait dans le foie en gras et s'accumulerait dans celui-ci. Comme si notre corps n'aurait pas besoin d'énergie et de faire des réserves. Les calories qu'on ingère on les accumule on ne les brûle pas, d'après eux.

Il est absurde qu'en 2018 on puisse affirmer que le foie gras serait une nouvelle maladie. En effet cela fait longtemps qu'on a expliqué le fonctionnement du système digestif et la physiologie du système énergétique.

S'il y avait eu un réel problème avec le foie gras dans la population on l'aurait su bien avant.

La gravité et le nombre de cas sont surévalués, c'est une invention.

Leur technique de relation publique pour influencer l'opinion publique, c'est de nous laisser penser que nous avons tous un foie gras vu que nous avons tous mangé du sucre ajouté et de la malbouffe. Ils se disent que si nous croyons tous que nous avons un commencement de foie gras, cela va nous encourager à manger moins de sucre, à boire moins de boissons sucrées et de malbouffe de peur de développer une cirrhose de foie et un cancer.

Ils ont trouvé l'argument maléfique pour nous convaincre de se priver de nourriture, de se nourrir qu'avec du pain et de l'eau pour endiguer la prétendue épidémie d'obésité.

Comme, c'est asymptomatique dans le doute mieux vaut faire attention. Le doute plane.

Maintenant, à chaque fois que les femmes auront le goût de manger une crème glacée, elles vont y penser à deux fois avant de céder à la tentation. Elles se verront mourir d'une cirrhose de foie.

Dans ce texte, il ose dire :

«Elle souligne qu'une perte de 10 % de son poids peut faire reculer les dommages au foie.»

Un simple surplus de poids devient un facteur de risque pour le foie gras. C'est sans issue on ne peut s'en sortir!!!

On cible tout monde peu importe leur poids corporel.

Le ton de cet article de journal est celui du discours des intégristes anti-obésité/malbouffes. Il est démagogique et exagéré. Pourquoi en mettre plus que le client en demande si ce n'est pas pour convaincre ou pour faire croire.

Il y a là un problème d'éthique. Comment se fait-il que des scientifiques utilisent des techniques de vente semblable aux entreprises qui font des info-publicités à la télévision pour des produits qui ont une inutilité douteuse?

Des scientifiques qui utilisent la peur pour faire passer un message, c'est douteux.

Ceux-ci devraient sans tenir aux faits. Il est inacceptable d'inventer des faits pour terroriser la population avec des prédictions apocalyptiques.

Ils abusent de l'ignorance des gens pour leur faire croire n'importe quoi.

La science qui invente des choses qui n'existent pas, c'est de la fraude.

Informations supplémentaires

L'histoire:

Le foie gras.

Plainte contre le service des nouvelles de radio-canada pour propagande honteuse

Plainte contre Martin Juneau pour avoir fait du prosélytisme pro-anti-sucre à l'émission Deux fille le matin.

Alerte à la «maladie du foie gras»

Journée de la NASH : la "maladie du foie gras" touche un adulte sur trois dans le monde

Une maladie silencieuse qui fait de plus en plus de victimes

Une maladie silencieuse qui fait de plus en plus de victimes

Connaissez-vous la "maladie du soda" ?

Des millions de Français victimes de la maladie du soda

Une nouvelle maladie inventer par l'industrie pharnaceutique

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2018).

« La maladie du soda », un concept médical qui fait fureur dans la presse

Nash ou la « maladie du soda » importée des Etats-Unis

Boissons sucrées : une interdiction qui menace son entreprise

Les boissons sucrées feront 63 000 morts d'ici 25 ans

Baisse des achats de boissons gazeuses

L'épidémie de diabète et d'obésité progresse encore au pays

Les dangers du sucre

L'obésité va peser sur l'espérance de vie

L'une des pires menaces à la santé

Cri d'alarme au congrès canadien de cardiologie

Darren Powell: Anti-obesity scare tactics 'do more harm than good'

Rôle du foie

Foie

Cirrhose

Fonction hépatique


Les sujets précédents :
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright© 2018, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.