L'épidémie de diabète et d'obésité progresse encore au pays
Journal de Québec jeudi 9 juillet 2015, p. 18

Un 5e Congrès international de pseudo-scientifiques souffrant tous de mythomanie

Sujet:Ça tourne en rond

On peut y lire:

Congrès sur l'obésité abdominale.

Au Canada, même si l'on enregistre des gains au niveau des maladies cardiovasculaires, tout n'est pas gagné puisque l'épidémie d'obésité et de diabète progresse toujours.

Tel est le constat fait, hier, par des chercheurs de pointe au pays, lors du 5e Congrès international sur les maladies cardiométaboliques chroniques sociétales.

«Cela ne va pas trop bien. La situation n'est pas rose, mais il y a de l'espoir», résume le kinésiologue Jean-Pierre Després, directeur scientifique de la Chaire internationale sur le risque cardiométabolique affiliée à l'Université Laval.

300 EXPERTS

La Chaire est l'hôte de ce congrès qui réunit jusqu'à dimanche quelque 300 experts venus d'une quarantaine de pays. «En terme d'hospitalisation, on fait un peu mieux au Canada, depuis les dernières années. Les infarctus sont en baisse de 6 % et les AVC, de 8 %, sauf que l'obésité et le diabète continuent à augmenter en prévalence. On ne gagne pas de terrain », dénote le chercheur.

Les résidents des provinces maritimes sont fortement touchés, tandis que ceux de la Colombie-Britannique affichent les plus bas taux d'obésité et de diabète au pays. «Au Québec, on se situe entre les deux. La bonne performance de la Colombie-Britannique est due à une combinaison de plusieurs facteurs, dont un environnement plus propice à un mode de vie plus sain», remarque M. Després.

COMMUNAUTÉS AUTOCHTONES

Une diabétologue de l'université de Toronto est venue exposer l'impact de l'environnement bâti sur les maladies chroniques sociétales. Selon cette chercheuse, dans les quartiers propices à la marche, la relation est claire avec la prévalence moindre de diabète.

Une expérience menée auprès de grosses communautés autochtones au Manitoba, afin de réduire l'obésité et le diabète, a porté ses fruits. «Ils se sont inspirés des valeurs de ces peuples pour encourager des comportements plus compatibles avec leur santé. La communauté médicale privilégie une approche plus holistique de la santé», commente Jean-Pierre Després.

Selon lui, les gens se font dire de manger mieux et de bouger davantage, mais ce n'est pas suffisant. «Il faut regarder là où les gens vivent, leur niveau d'éducation et de revenu, afin de pouvoir faire des recommandations adaptées à leur réalité.»

Mon commentaire

Le délire anti-obésité. Les personnes qui luttent contre la prétendue épidémie d'obésité sont des fous furieux.

C'est l'augmentation du nombreux d'obèses, en continuelle augmentation, qui justifie le travail de recherche de ces pseudo-scientifiques. L'épidémie d'obésité est une lubie. Sans cette « épée de Damoclès » personne les écouterait et personne de leur donnerait de l'argent pour faire des études.

Normalement, depuis le temps et tous les efforts qu'ils ont fait pour endiguer l'épidémie d'obésité sa progression aurait dû se réduire. Premièrement, on ne peut pas réduire quelque chose qui n'existe pas. Par conséquent, les intégristes anti-obésité/malbouffe ne veulent pas que ce prétendue problème se règle. Ils vont toujours entretenir cette idée qu'il y a une épidémie d'obésité qui ne cesse de s'aggraver d'année en année.

C'est en entretenant le mythe d'un désastre à venir qu'ils manipulent l'opinion publique et qu'ils obtiennent des subventions provenant de l'état.

Leur nouveau terme «les maladies cardiométaboliques chroniques sociétales». Wow! C'est vraiment n'importe quoi. J'ai l'impression que l'ésotérisme expérimentale refait surface. La société serait responsable du syndrome métabolique ou de la syndrome de la bedaine. Lorsqu'on s'occupe d'un phénomène qui n'existe pas la tendance c'est d'inventer continuellement des concepts des plus farfelues les uns que les autres.

Un 5e Congrès international de pseudo-scientifiques souffrant tous de mythomanie. Des mythomanes qui se réunissent pour échanger sur leurs menteries afin de perfectionner leurs mensonges.

C'est scandaleux de voir des gens intelligents qui ont des diplômes universitaires puissent verser dans le mensonge et la manipulation de l'information dans le seul but de faire de l'argent. Ils n'ont pas d'empathie et de compassion pour les personnes qui font de l'embonpoint. Seul leur intérêt personnel compte pour eux.

C'est la haine des gros, qui a poussé ces pseudo-scientifiques à devenir des intégristes anti-obésité/malbouffe. C'est absurde que des universités puissent financer des chercheurs pour approfondir leur haine et leur mépris envers les gros.

La société laisse faire cela sans réagir sans que soulève un débat public. Cela s'explique que quand tes gros, tu n'es pas une personne respectable, tu deviens un déchet de la société, on t'humilie, on te ridiculise, on te méprise, on te discrimine, on t'intimide, on t'harcèle dans la totale indifférence. Personne ne se préoccupe vraiment du bien-être des gros. Si la société propagerait une image positive des gros, il n'y en aurait pas d'intégristes anti-obésité/malbouffe. On ne parlerait pas du concept d'épidémie d'obésité et il n'y aurait pas de congrès sur l'obésité.

Complément d'informations:

L'histoire

Entre 700 et 800 spécialistes de l'obésité abdominale, du diabète de type 2, des maladies cardiovasculaires, de la nutrition et de l'activité physique à Québec en juillet 2015

Du 8 au 12 juillet au Centre des congrès de Québec - 5e Congrès international sur les maladies cardiométaboliques chroniques sociétales - Une menace mondiale toujours en progression

Congrès international sur les maladies cardiométaboliques

Le Centre des congrès de Québec accueillera un congrès international sur les maladies cardiométaboliques chroniques sociétales

La science au coeur de la prévention des maladies cardiométaboliques sociétales : un événement unique à Québec

5e édition du Congrès de l'ICCR

Autres

Pas de taxe sur la malbouffe

Québec perd la lutte contre l'obésité

L'obésité coûte 1,5 milliard $ par année au Québec

L'obésité et le diabète dans la mire des chercheurs

En moins de 30 ans, le taux d'obésité a triplé au Canada

Un Québécois sur deux souffre d'embonpoint

Le taux d'obésité a doublé depuis 1981 au Canada

Lutte contre l'épidémie croissante d'obésité: de nouvelles études montrent que la méthode Weight Watchers donnent de bons résultats à l'échelle mondiale

Angelo Tremblay: une carrière axée sur l'obésité

Québec entreprend sa lutte contre l'obésité

Diabète Des médicaments permettront bientôt d'enrayer l'épidémie

Un milliard d'obèses et leur nombre grossit

Les Canadiens sont de plus en plus gros !

Jean-Pierre Després : chercheur et entrepreneur

The myth of unhealthy belly fat

Is Obesity a Disease?


Les sujets précédents :
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright© 2015 Les Éditions de la femme Tous droits réservés.