Conseil du statut de la femme Parler de grossophobie sans détour
La presse + dimanche 8 novembre 2020

La grossophobie demeure un sujet tabou », affirme Me Louise Cordeau, présidente du Conseil du statut de la femme.

Pour voir l'image plein grandeur

Sujet: Il n'est jamais trop tard pour bien faire

On peut y lire:

Grossophobie. Le mot est apparu assez récemment dans l'espace public, mais le phénomène, lui, est loin d'être nouveau. Le Conseil du statut de la femme souhaite qu'on en parle. Sans détour. Pour enfin mieux comprendre.

« La grossophobie demeure un sujet tabou », affirme Me Louise Cordeau, présidente du Conseil du statut de la femme. Animé par sa mission de sensibiliser la population en matière d'égalité, l'organisme gouvernemental s'est penché sur le phénomène dans une capsule vidéo : « La grossophobie en 76 secondes ».

Mais qu'est-ce que la grossophobie, exactement ? « La grossophobie, c'est la stigmatisation des personnes grosses et la discrimination envers celles-ci, poursuit Me Cordeau. Le phénomène recoupe un amalgame de préjugés autour des personnes grosses et de leur poids. »

On aurait tort de croire que cette forme de discrimination ne s'exprime que dans le regard de l'autre. La grossophobie, c'est aussi la peur d'être ou de devenir grosse soi-même. Parce que les pensées réductrices au sujet du poids sont ancrées dans le tissu social, mais aussi en nous.

« L'un de nos mandats est d'informer l'ensemble de la population sur des enjeux qui concernent toute la société. Avec cette capsule vidéo, nous voulons entre autres rejoindre les jeunes et les sensibiliser à ce phénomène qui les touche directement dans leur vie quotidienne. »

- Me Louise Cordeau, présidente du Conseil du statut de la femme

La grossophobie touche les femmes et les hommes dans toutes les sphères de leur vie : au travail, dans leurs relations personnelles et affectives, à la télé, au cinéma, dans les médias, et même quand elles ou ils consultent une professionnelle de la santé.

À l'école, la grossophobie est l'une des formes de discrimination les plus répandues, alors que le poids est la caractéristique pour laquelle les élèves sont le plus souvent victimes d'intimidation, selon 37 % des jeunes interrogés (1). Sur la santé psychologique de nos jeunes, l'impact est grand.

La grossophobie en chiffres

- 54 % des adultes avec de l'obésité déclarent avoir déjà été stigmatisés par des collègues de travail (2).

- 64 % affirment aussi avoir déjà subi un préjugé lié au poids de la part d'une professionnelle de la santé (2).

- 90 % des adolescentes de 14 à 18 ans sondées dans le cadre d'une recherche menée en 2014 rapportent avoir été témoins d'intimidation par rapport au poids (1).

- Près de 75 % des femmes souhaitent maigrir, et ce, peu importe leur poids (3).

Un premier pas : en parler

La partie est loin d'être gagnée pour déconstruire les perceptions négatives envers les personnes grosses, puisqu'elles sont profondément enracinées, et ce, dans tous les milieux. Quand on sait que le tiers des filles âgées de seulement neuf ans ont déjà tenté de maigrir (3), force est de constater que le culte de l'apparence s'inscrit très tôt dans l'esprit des gens, et plus particulièrement des femmes.

Alors, on commence où ? « Il faut en parler, d'abord, et montrer plus de diversité corporelle dans l'espace public, par exemple dans l'industrie de la mode ou les médias, estime Me Louise Cordeau. Surtout, il faut dire aux jeunes que ce n'est pas la taille des vêtements qui détermine la valeur d'une personne. »

Quelques secondes pour comprendre

Initiative du Conseil du statut de la femme, la série vidéo Quelques secondes pour comprendre sensibilise la population à d'autres enjeux de société, comme la culture du viol, le slutshaming, la taxe rose et le mansplaining.

1 Source : Aimé, Maïano, & Association pour la santé publique du Québec, 2014.

2 Source : Obésité Canada : https://obesitycanada.ca/fr/rapport-poids-biais/

3 Source : Équilibre

Mon commentaire

Enfin, il était temps que le conseil du statut de la femme se réveille. J'ai tout fait pour qu'il en parle. J'ai même envoyé une lettre recommandée à la directrice, Me Louise Cordeau, pour les supplier d'en parler.

Les sujets traités par le conseil du statut de la femme sont choisis par un comité de femmes suivant une politique éditoriale. Comment explique leur retard à traiter de ce sujet qui touche pourtant directement le bien-être des femmes.

Cela s'explique par le fait que leur comité a été formé par une vieille garde féministe idéaliste des années 70. Elles se battent pour obtenir des concessions des hommes pour atteindre l'égalité. En passant, cette égalité est plus économique qu'autre chose.

Par conséquent, elles se sont éloignées de la vie personnelle et intime des femmes. Pour créer une distance encore plus grande, elles ont adhéré à l'idée qu'elles se doivent de rejeter les notions de beauté et de séduction parce que cette préoccupation serait une soumission aux hommes.

Ces féministes qui se centrent sur un seul objectif oublient qu'elles ont un corps. Est-ce qu'être une féministe militante vaccine contre le développement d'une image corporelle négative. Non! Parallèlement, plusieurs femmes qui ont milité pour l'égalité se sentaient avoir un corps inadéquat. Par conséquent, elles ont fait des diètes et des régimes amaigrissants.

Quand un sujet nous dérange on a la tendance à l'ignorer ou à le mettre sous la table. Depuis 40 ans les féministes militantes se sont aliénés en ignorant le sujet de l'apparence physique. Ainsi, elles ont laissé les femmes être victimes de l'industrie de l'amaigrissant sans rien dire tout en étant elles-mêmes victimes.

En conclusion, si elles ont retardé de parler de la grossophobie, c'est parce qu'elles ont évacué le sujet de l'apparence physique de leurs discours. La raison en est qu'elles étaient mal à l'aise avec leur corps. En d'autres mots, elles étaient grossophobes envers elles-mêmes.

Complément d'information :

L'histoire

Conseil du statut de la femme Parler de grossophobie sans détour

La grossophobie en 76 seconde...

La grossophobie en 76 secondes

Demande à reconnaître la grossophobie au conseil du statut de la femme

Entrevue: UNE FEMME ENGAGÉE

Critique d'une certaine forme de féminisme

Voici pourquoi les groupes féministes ne reconnaissent pas la grossophobie

Colloque la grossophobie au Québec

Qui ne dit mot consent.

Scénario Mon corps, mon jardin secret pour L'égalité à l'oeuvre, concours culturel

Pourquoi les grosses sont-elles les grandes oubliées du féminisme?

Le rigorisme de la morale féministe anti-sexe

Féminisme anti-Sexe et religion anti-femme

La prison pour les femmes en maillot de bain

Le féminisme extrémisme rejoint l'extrémisme musulman

Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifié

Hypersexualisation

Les femmes interdites de télévision à Jalalabad

Autres

Bienveillance envers les personnes grosses

Les personnes obèses sont-elles bien soignées ?

Grossophobie?

Un jeune sur cinq intimidé en raison de son poids

Le poids, principale cause d'intimidation chez les ados

Il est permis de rire des femmes obèses

Le Doc Mailloux affirme que la 2e vague va s'attaquer aux grosses

Confessions d'une phobephobe

La grossophobie à la Fête arc-en-ciel de Québec 2019

Grossophobie : le poids des discriminations

Notre obsession pour le poids idéal

Il y a aussi une pandémie... de grossophobie!

On parle de grossophobie avec Saskia Thuot Dire non à la grossophobie

11 octobre 2020 Journée mondiale contre la grossophobie médicale

Contes d'une grossophobie ordinaire : exposer, sensibiliser et déconstruire la stigmatisation

Un projet photographique contre le harcèlement et la grossophobie

Célébrer la richesse et lutter contre la grossophobie

Comment venir à bout de la grossophobie du quotidien, selon Marie de Brauer

La souffrance provoquée par la grossophobie exposée dans un documentaire

La grossophobie est l'une des dernières discriminations autorisées

L'autrice Édith Bernier combat la grossophobie

Une lyonnaise en lutte contre la grossophobie

La COVID et l'obésité: une grossophobie déguisée?

«Grosse, et puis?», un ouvrage important pour combattre la grossophobie

Contes d'une grossophobie ordinaire

LÂCHEZ-MOI LA GROSSOPHOBIE! Doc Mailloux et Josey

La grossophobie médicale, un réel problème qu'il faut éradiquer !

À l'origine de la grossophobie : comment le diktat de la minceur s'est imposé

Comment la crise sanitaire a renforcé la grossophobie médicale

Anna Ford attacks 'body fascism' in the media - archive, 1980

La violence de la grossophobie au quotidien - Le témoignage de Marie

Vidéo : la grossophobie, c'est partout, tout le temps

La Grossophobie - Documentaire

Des professionnels de la santé réclament la fin de la stigmatisation des personnes obèses

"Thon, grosse vache, baleine" : Hélène, victime de grossophobie, raconte les insultes au quotidien

Lutter contre la grossophobie

Grossophobie : «Montrer des gros, c'est une manière de militer»

Peut-on en finir avec la grossophobie ?

Les discriminations et la grossophobie touchent aussi le monde médical

Grossophobie: le poids de l'ignorance

Entrevue Julie Artacho photographe et discussion autour de la grossophobie

Grossophobie dans le milieu médical: le poids de la stigmatisation


Les sujets précédents :
La rondeur dans l'actualité des mois passés

[Accueil] - [Contact]

Copyright© 2020, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.