L'obésité est le mal numéro un en Amérique du Nord
Journal Le Devoir du jeudi 27 avril, 1967 p.6

Sujet: Retour vers le futur

On peut y lire:

Ottawa - Les Nord Américain mangent trop et l'obésité s'est maintenant installée au premier rang des dangers qui menacent la santé des habitants de ce continent, a relevé, au congrès de l'Association canadienne d'hygiène publique, le docteur J.E. Monagle, directeur du service de nutrition du ministère fédéral de la santé.

Le Dr Monagle a précisé qu'une enquête effectué il y a 12 ans déjà démontré qu'au Canada un homme sur huit et une femme sur quatre souffre d'obésité.

Il a remarqué que l'activité physique ne fait plus partie intégrante de la vie quotidienne. Pour qu'une personne puisse contrôler son poids, il faut, aujourd'hui, qu'elle trace son propre programme d'exercice physique. 

Mon commentaire

Il y avait une épidémie d'obésité, il y a 40 ans ! Tiens, tiens ! Quand, la prétendue épidémie a-t-elle commencé au juste ? La question est plutôt de dire depuis quand l'hystérie anti-obésité a-t-elle commencé ? Faire un retour dans le passé, nous permet de mettre en relief l'absurdité de la lutte anti-obésité actuelle.

Est-ce?

En 1981 ?
-(L'indice d'obésité chez les garçons de 7 à 13 ans a presque triplé au cours d'une période de 15 ans - entre 1981 et 1996 - tandis que la prévalence de l'obésité chez les filles du même âge a plus que doublé, signale Mark Tremblay,)-

En 1981 ?
- (le Dr Lessard constate d'abord que l'obésité est « un problème qui grossit » depuis 10 ans... --  Entre 1981 et 2001, l'obésité a
quadruplé chez les garçons et elle a quintuplé chez les filles du même âges.) -

Ç’a-tu triplé ou quadrupler chez les garçons ? Ç’a-tu doublé ou quintupler chez les filles ? Faudrait s'accorder. 

En 1983 ?
-(
Au cours des 20 dernières années, l'obésité a triplé chez les jeunes, tandis que l'embonpoint a doublé.)-

En 1985 ?
- (
Entre 1985 et 2001, le taux d'obésité est passé de 7 à 14 pour cent chez les femmes et de 6 à 16 pour cent chez les hommes.)- En comparaison avec l'article du Devoir de 1967 sur l'obésité, chez les hommes auraient régressé de 12.5 % à 6 % entre 1967 et 1985 puis augmenter jusqu'en 2001 pour atteindre 16 % et les femmes auraient régressé de 25 % à 7 % entre 1967 et 1985 puis augmenté jusqu'en 2001 pour atteindre 14 %. Bizarre, il y aurait eu une régression de l'obésité chez les hommes et les femmes.

En 1995 ?
-(Entre 1994-1995 et 2000-2001, la proportion des Canadiens adultes - âgées de 20 à 64 ans jugés obèses est passée de 13 à 15 pour cent, a fait savoir l'organisme fédéral, dont les conclusions sont fondées sur des données recueillies de septembre 2000 à novembre 2001,)-

En 1998
-(l'obésité gagne du terrain: ... un Nord-Américain sur trois en sont atteints) - 

En 2002
Santé - L'obésité touche plus de 30% des Américains
(L'obésité a régressé de 3 % depuis 1998 ?)

Si l'obésité constitue le pire des danger pour la santé depuis 1967, pourquoi  L'espérance de vie des Canadiens dépasse maintenant 80 ans en 2007 ?

En fait, ce qu'il faut comprendre c'est qu’il n'y a jamais eu d'épidémie d'obésité. Le pourcentage, de personne de forte taille, n'a jamais changé. Conclure a une épidémie, ne peut que provenir d'études statistiques trafiquées. 

On veut s'attaquer à l'obésité. L'obésité est pourtant une réalité de la diversité morphologique que l'on retrouve chez l'être humain. Mais, il y a des gens qui considèrent cela comme l'aboutissement des fruits du péché. Cela ne devrait pas exister. 

L'utilisation du mot épidémie sert à manipuler l'opinion publique. Conclure à une épidémie constitue une stratégie de dramatisation afin d'aller chercher des subventions de recherches.

La lutte contre l'obésité n'est pas nouveau. Elle est provient d'une tradition dogmatique d'une certaine classe d'universitaires depuis plus de 100 ans. Pourquoi en parle-t-on plus aujourd'hui ? C'est parce qu'avec les années, ils se sont mieux organisés.

Le congrès international sur l'obésité est organisé depuis 1974 à tous les 4 ans par l'Internatioanl Asociation for the Study of Obésity (IASO). Une organisation qui est plus charismatique que scientifique. Elle n'a aucune indépendance intellectuelle parce que financée par l'industrie pharmaceutique. Finalement, on en parle plus parce qu'ils ont beaucoup plus d'argent pour faire de la propagande.

Dans 40 d'ici, en 2047, on va voir encore de manchettes dans les journaux, pour nous prévenir d'un désastre si rien n'est fait pour endiguer l'épidémie d'obésité. C'est comme les témoins de Jéhovah qui nous annoncent la fin du monde à tous les 20 ans depuis leur existence en 1870.

Complément d'informations:

L'histoire

The first speaker will be the conference organizer who will develop the historical picture of obesity and show that it is not a new problem.

Allan's Anti-fat 25 November 1882

Il n'y a pas d'épidémie:

AUSTRALIANS aren't getting fatter at all, according to a group of academics who claim the obesity epidemic is a money-wasting illusion.

Despite its growing weight, America does not have an “obesity epidemic,” according to new research by Eric Oliver, Associate Professor in Political Science at the University of Chicago.

An Epidemic of Obesity Myths

L'augmentation:

Les parent préfèrent l'illusion à la réalité  

Épidémie d'obèses au Québec  

Les Canadiens sont de plus en plus gros !

Le taux d’obésité a presque doublé dans la région de Québec en l’espace de 10 ans


Les sujets précédents :
La malbouffe dommageable, même à l'occasion
Un richissime médecin a mis en vente son vaste domaine des Cantons-de-l’Est
Le culte de la minceur à la télé québécoise
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2007, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.