Problème de poids: régime ou bistouri?
Journal la Presse, samedi 29 mai 2010 p.A2

Slimband

Sujet: L'hypocrésie baritrique

On peut y lire:

«Votre poids est un problème? Perdez du poids avec Slimband.»

Quand Émilie Dansereau est tombée sur cette petite annonce sur l'internet, elle s'est demandée de quel programme de perte de poids il s'agissait. Quelques clics plus tard, la porte-parole de l'Association québécoise pour la santé publique était estomaquée: la publicité la dirigeait tout droit vers un centre de chirurgie bariatrique ontarien qui accepte de pratiquer des interventions pour des patientes qui ont un surplus de poids, mais qui sont très loin de l'obésité morbide.

Le groupe a décidé de faire enquête en téléphonant à la clinique, prétextant être une cliente potentielle avec un indice de masse corporelle de 25, la limite inférieure pour être considéré comme ayant un surpoids. Réponse: oui, l'intervention pourrait être pratiquée au coût de 16 000$. Une femme mesurant 1,60 m et pesant 70 kg pourrait donc être admissible. «Pour nous, ç'a été tout un choc», confie Émile Dansereau, qui s'occupe du dossier des produits et services amaigrissants à l'Association. «Habituellement, la chirurgie bariatrique est réservée aux gens qui souffrent d'obésité morbide et qui ont un IMC de plus de 35 avec des complications médicales», dit-elle.

À Toronto, chez Slimband, on ne se défile pas. Effectivement, les candidats qui ont un surpoids, sans être obèses, sont admissibles. «Plutôt que traiter une maladie, nous voulons la prévenir», explique Lisa Borg, porte-parole pour le groupe de cliniques.

Il existe plusieurs techniques de chirurgie bariatrique. Celle qu'offre Slimband est une gastroplastie qui consiste à insérer un élastique, par le nombril, et à le placer autour d'une partie de l'estomac en limitant ainsi l'espace disponible pour contenir les aliments. Impossible de manger plus sans être malade, explique Lisa Borg, qui indique aussi que le patient peut retourner au travail trois jours après l'opération. L'intervention est révocable et l'élastique peut être enlevé si le patient n'en a plus besoin.

Geste médical ou esthétique?

«L'obésité est une occasion d'affaires pour toutes sortes de gens, poursuit le chirurgien. Nous serions pas mal plus riches si nous embarquions aussi dans ce bateau-là.» Le Dr Gravel et son équipe ont préféré regarder passer le bateau.

«À la Cité de la santé, nous avons pris position: nous ne faisons pas de la chirurgie (bariatrique) à des fins esthétiques. Nous traitons des patients qui souffrent d'obésité morbide qui entraîne, ou pourrait entraîner, des complications médicales», tranche-t-il.

«Nos patients savent qu'on ne les traite pas pour qu'ils se sentent plus beaux dans leurs maillots de bain l'été.»

Dans ce cas, est-il inquiétant de savoir qu'une patiente que le Dr Gravel aurait refusé d'opérer parce que sa condition ne requiert pas une intervention chirurgicale peut désormais se tourner vers une clinique privée?

Le principal intéressé hésite. Entre la chirurgie esthétique et le geste médical, la ligne est parfois mince, admet Le Dr Gravel.

«Oui, ça m'agace», finit-il par répondre. Le chirurgien précise toutefois que la qualité des soins peut être excellente dans certaines cliniques privées. Le problème, c'est que toutes sortes d'entreprises offrent toutes sortes de services, précise-t-il.

«L'intervention bariatrique n'est pas un geste banal, juge le Dr Gravel. Il peut y avoir des complications et il y a un nombre de ré-interventions significatif.»

Son collègue, le Dr Nicolas Christou, qui pratique des opérations bariatriques à l'hôpital et dans une clinique privée de Montréal, est on ne peut plus d'accord. Lorsqu'on envisage la chirurgie bariatrique pour un patient, explique ce spécialiste, il faut évaluer les risques d'une intervention par rapport aux risques de survie d'une personne sévèrement obèse et malade.

Par exemple, dit-il, une personne diabétique qui a un IMC de 30 peut être un bon candidat. «Pour un patient qui n'est pas malade et dont l'IMC est de moins de 30, il n'y a aucune évidence médicale, loin de là, qu'une intervention chirurgicale pourrait être bénéfique, tranche le Dr Christou. On ne fait pas ce genre d'intervention parce qu'on a 10 ou 20 livres à perdre ou parce qu'on veut être plus joli!»

Nancy Coulombe est infirmière chez Slimband. Elle-même s'est fait poser une bande élastique car elle faisait des régimes en série sans pouvoir maîtriser son poids. Le classique yoyo. Elle avait toujours faim, et elle était déprimée; ce n'est plus le cas maintenant. Elle a retrouvé son poids idéal et défend vigoureusement la philosophie de son employeur. «Avoir un problème de poids est un problème de santé, dit-elle. Quelqu'un qui a un IMC de 27 a un problème de santé!»

Nicolas Christou, chirurgien depuis 30 ans, n'est pas de cet avis. Il condamne l'approche du groupe Slimband et son «marketing agressif» qui, admet-il, est très efficace.

Même verdict à l'Association pour la santé publique du Québec, qui craint qu'on en vienne à la banalisation d'un acte médical.

«C'est gros, une opération bariatrique», rappelle Émilie Dansereau qui déplore qu'on commence à la présenter comme une alternative à un programme de type Weight Watchers. «Il y a des risques avec de telles interventions, dit-elle. Surtout s'il n'y a pas de changement dans les habitudes de vie (des gens qui ont un problème de poids). Pour quelqu'un qui fait de la boulimie, ce n'est pas du tout recommandé.» L'Association craint que ces opérations deviennent des pansements à apposer sur le bobo. Les problèmes de poids sont extrêmement complexes, rappelle Émilie Dansereau.

Le Dr Gravel est d'accord: «On ne peut pas traiter un problème psychologique par une intervention chirurgicale.»

L'équipe de Slimband le croit aussi, malgré qu'une de ses clientèles cibles soit les gens qui font des régimes en série et qui perdent et gagnent du poids continuellement.

Ces gens n'ont-ils pas d'abord et avant tout un problème de comportement psycho-alimentaire?

«Oui. L'intervention règle 20% du problème, répond Lisa Borg de Slimband. Ainsi, 80% du problème est réglé avec le soutien des diététistes et des psychologues.»

Mon commentaire

Parmi les 2000 personnes qui sont sur la liste d'attente, pour une chirurgie bariatrique, au minimum 90% sont des femmes. Des femmes qui souffrent plus d'être mal dans leur peau que d'une maladie quelconque. Plus les femmes haïssent l'apparence de leur corps, plus elles sont portées à se sentir malade, à se voir plus malade qu'elles ne le sont vraiment ou à s'inventer des maladies.

Le brochage d'estomac conçue pour les malades imaginaires.

Il faut souffrir énormément moralement pour envisager de se faire mutiler par une chirurgie bariatrique. D'ailleurs, accepter de se faire charcuter, tient d'un trouble psychiatrique. Aucun état médicale justifie un brochage d'estomac. Aucune femme a besoin de ça, mais aucune femme n'a besoin de ça là!. Ces femmes ont besoin seulement d'une thérapie psychologique pour accepter leur réalité corporelle.

S'il n'y avait pas d'obsession de la minceur chez les femmes, s'il n'y avait pas une lutte si intense contre l'obésité, s'il n'y avait pas autant de préjugés et de méchancetés envers les gros, il n'en y aurait pas de brochage d'estomac.

On fait la promotion du brochage d'estomac indirectement comme un moyen d'améliorer l'apparence physique. Les arguments au fait que cela serait fait pour améliorer la santé ou prévenir des maladies, c'est de la foutaise.

On fait rêver les femmes avec le brochage d'estomac, elles croient qu'elles vont devenir par miracle minces comme les vedettes du cinéma après. On leur cache la vérité au fait que les brochés l'estomac maigrissent beaucoup au début et après ils reprennent tous du poids et bout du compte la perte de poids se retrouve être relative.

Les femmes risques leur vie que pour quelques kilos en moins avec ça. C'est totalement inacceptable.

Pourquoi les promoteurs du brochage d'estomac ne disent pas publiquement que ce sont des femmes, en majorité, qui veulent subir cette opération. Pourquoi cette hypocrisie?

L'AETMIS, avant de publier une étude en faveur du brochage d'estomac, il n'a pas tenu compte du très grand intérêt des femmes pour la chirurgie bariatrique. Pourquoi le ministre de la santé a décidé de mettre plus d'argent pour faire plus de cette intervention chirurgicale très contestable ?

Pourquoi l'état a décidé d'embarquer dans la psychose des femmes qui sont prêtes à tout pour devenir mince? Pourquoi personne ne suspecte l'arnaque, en constatant qu'aux États-Unis le marché cible pour le brochage d'estomac est clairement les femmes ? Ils utilisent des mannequins standards pour faire la promotion de leur clinique.

Les chirurgiens du brochage d'estomac sont mal placés pour comprendre les femmes qui ont de la misère à accepter leur apparence physique.

En effet, à cause de leur préférence sexuelle pour les femmes minces, ceux-ci ont une tendance à médicaliser les femmes qu'ils trouvent laide (à les percevoir comme malade).

Pourquoi les journalistes québécois ne cherchent pas à faire enquête pour faire la lumière sur ce scandale médical ? Parce qu'eux-même vivent avec des préjugés anti-gros / anti-obésité.

Le président des médecins spécialistes ferme les yeux sur ce scandale médicale qui le concerne, pourquoi?

Que le brochage d'estomac soit bon ou mal, ça intéresse personne parce que cela concerne des personnes qui sont rejetées, qui sont des moins que rien dans la société, point.

Informations supplémentaires

L'histoire:

Problème de poids: régime ou bistouri?

Gastric Lap-Band Complications

Complications of Adjustable Gastric Banding, a Radiological Pictorial Review

Obésité: le bistouri n'est pas le meilleur outil

Québec investit dans les chirurgies bariatriques

Le marché cible pour la chirurgie bariatrique : les femmes

Texas Bariatric Weight Loss & Obesity Surgery, Laparoscopic LAP

Obesity Surgery Center of Monterrey

American Institute of Gastric Banding.

New Life Center For Bariatric Surgery

Florida Hospital Bariatric Surgery Center

SurgiCare

Gastric Surgeon

Are You Ready 4 A Change?

Lap-band for weight loss

Gastric Band Surgery

Vouloir se faire brocher l'estomac sous-entends une psychose

Acute Psychotic Disorder After Gastric Bypass Surgery: Differential Diagnosis and Treatment

Think Gastric Bypass Surgery is the Quick Fix? Think Again.

Woman's weight loss surgery made her baby blind

A Tragic Risk of Weight-Loss Surgery

The psychological effects of gastric bands and stomach stapling

Historique des sujets traités sur le brochage d'estomac

Détermination - 123 lb en moins - "L'opération qui m'a donné une nouvelle vie
En Bref - Roseanne Barr
The Skinny on Carnie Wilson
The incredible shrinking Carnie Wilson
Opérée, Sylvie Laprise sait que 700 patients attendent
Fans fear for 300-lb. Star Jones: I won't diet !
Obésité:une protéine miracle
He's tubby, He's tough - & He's a tiger in triathlons!
"L'oprération qui m'a fait perdre 200 livres"
Elle a subi une opération à l'estomac - "Je suis passée de la taille 24 à la taille 6!"
"Je me suis fait brocher l'estomac"
Carnie Wilson's Plastic Surgery Diary
Après avoir perdu 200 lb "Je suis la bonne fée des obèses"
Obésité morbide - Feu vert pour 30 à 40 chirurgies supplémentaires
Sa perte de poids a entraîné d'autres problèmes
Guess who? Did you guess?
Chirurgie de l'obésité: un traitement risqué
Deux chirurgiens de l'hôpital Laval poursuivis pour 2 M$
L'AETMIS souhaite plus d'intervention chirurgicales
La chirurgie baraitrique et l'encéphalopathie
Le poids qui tue
La chirurgie bariatrique contre le diabète
Si c'est si bon que cela, pourquoi le Dr Gaétan Barrette ne s'est pas fait brocher l'estomac ?
Chirurgie bariatrique les Ontariens avant nous
Encore grosse, malgré sa chirurgie bariatrique
La chirurgie de l'obésité fragiliserait les os
Chirurgies contre l'obésité morbide: Québec investit à l'hôpital Laval pour réduire l'attente à deux ans
Morte 3 jours après l'opération
Une chirurgie de l'obésité qui laisse un goût amer


Les sujets précédents :
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright© 2010, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.